AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A table. (Pv Erich]

Aller en bas 
AuteurMessage
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 27
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: A table. (Pv Erich]   Sam 24 Nov 2007 - 22:41

Un bel ange blond était près du buffet. Sa jupe lui atteignait les genoux, dans ses simples mouvements, cette dernière se mouvait avec élégance. A chaque fois que le doux tissus touchait ses cuisses, elle vérifiait si la jupe ne se relevait pas, telle une jeune fille pudique. A cet instant un œil ne la reconnaissant pas pourrait croire que cette jeune fille était timide introvertie, et surtout pas alaise. Pourtant Malicia n’était pas du temps ce genre de personne, en réalité sa jupe la chatouillait, elle à une peau sensible.

La jeune fille était au milieu de plusieurs élèves affamés. Elle-même avait faim, elle avait toujours faim, mais elle ne grossissait pas. Pourquoi ? Simplement que tout les jours elle courait dans tous les sens pour arriver à peu près à l’heure en cours, on prend vite la forme avec l’envergure de Poudlard !

Ce soir une longue table était pleine de bon mets, les uns plus appétissant que les autres, de quoi combler la gourmande jeune fille. Mais elle avait demandé aux Elfes des sushi, et peu d’élèves iront en manger, ne connaissant pas vraiment ce fabuleux mets japonais. Elle pris une assiette, et y déposa sushi, sashimi, maki, et des boulettes de riz. Son assiette était extrêmement bien remplit, étrange pour un si petit bout de femme de manger autant de chose.

Une fois qu’elle pris possession de baguette chinoise, elle se dirigea vers les boissons. Hum qu’allait-elle choisir ? Les professeurs avaient eu une idée de métamorphoser tout le contenu des boissons en mixture écœurante. Rien en pouvait vraiment dire si l’une où l’autre était de la Bière au beurre. La seule façon de savoir où était la bière au beurre était d’avoir des « espions » dans le château.
Voilà l’avantage que les autres élèves non pas, puisqu’ils ne sont pas….marginaux, indépendant et intouchable par l’autorité. Le seul moyen de contrôler cette jeune Gryffondore, étaient qu’elle l’ai décidé.
Peut-être penseriez vous que ces parents où ses grands-parents avaient une autorité sur elle. Cependant si vous pensez cela, vous êtes normaux car vous ne connaissez pas l’enfant.

Revenons à nos moutons, la vie de Malicia attendra encore un peu. Elle se servit un verre de ce liquide bleu ciel lisse comme la soie. Celui là n’était sans doute pas écoeurant, mais les apparences peuvent être trompeuses non ?
Une fois son festin en main, elle décida de traverser la piste de danse encore vide pour se retrouver vers les tables.

Dure chemin à parcourir que celui d’éviter de se faire écrabouiller par des élèves stupides qui avaient décider de danser du rock. Elle avait après de nombreux effort et d’attention à se retrouver près des tables.
LA jeune fille ne souhaitait pas manger toute seule, elle n’aimait pas être seule à une table. Puis ce soir c’était l’occasion de devenir sociable.

Au loin elle vue un jeune homme dont elle ne reconnaissait pas le visage car il était de dos. Il paraissait grand, et blond. Elle décida de lui demander s’il était possible qu’elle s’asseye avec.
Elle arriva au niveau du jeune homme qu’elle pensait être un septième années. Imaginez son choc lorsqu’elle reconnue le visage de son professeur de botanique.
Elle respira un bon coup, et décida de comme même demander. On ne sait jamais, puis ce prof n’est pas méchant, spécial, très spécial mais pas méchant !


-Professeur, je peux m’installer à cette table avec vous ?


Qu’est-ce qu’elle vient de dire ? Elle est devenue folle ? Malicia être polie Oo….l’habit fait le moine où elle veux vraiment devenir quelqu’un d’autre. Une personne dont serait fier son défunt grand père.


606mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich Miller
Directeur de Poufsouffle "un peu fou"
Directeur de Poufsouffle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 208
Age : 28
Maison, Camp, Poste : c\\\\\\\'était Gryffyfy =D
Sort préféré : Cafeum Cali (faire apparaître du café quoi XD)
Age du perso : 21
Date d'inscription : 23/09/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: il a oublié
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: A table. (Pv Erich]   Dim 25 Nov 2007 - 1:39

Ha la musique, la véritable symphonie du cœur… Erich secouait la tête comme s’il entendait un quelconque morceau de classique. Point de rock dans ses oreilles, le professeur de botanique n’en avait que pour son petit monde. Celui-ci était relativement vaste d’ailleurs, s’étalant jusqu’au bout de la table 8D. Les montagnes de sorbets aux couleurs oranges, c’était de toute beauté! Et normal aussi puisque c’était l’automne, les arbres revêtaient cette couleur. Puis, il y avait une rivière de boisson verdâtre qui coulait pour finalement aboutir en chute de l’autre côté de la table. Quelqu’un avant lui devait avoir renversé un verre, et le fautif s’était sauvé è_é. Depuis l’accident, cette contrée était déserte malgré la joie qu’elle pouvait procurer. Cela s’appelait le bonheur substensile (XD quel jeu de mot…) potentiel. Les ustensiles jonchaient le coin gauche comme une forêt farouche et épineuse, tandis que les plats qui allaient servir de repas étaient en réalité des offrandes réservées à Halloween. Parce qu’en effet, Erich ne l’avait pas encore rencontré, Halloween, alors il essayait de l’attirer avec toutes sortes de victuailles aussi appétissantes les unes que les autres. La nappe blanche abhorrait donc de bien belles couleurs, même s’il fut préférable pour le personnel responsable du nettoyage qu’elle resta blanche jusqu’à la fin de la soirée et même après, bien entendu.

*Je suis le plus heureux des maîtres du monde*


Mais en pensant, Erich réalisa que tout était d’une durée limité… Il regarda sa douce compagne qui restait muette. Le professeur respectait son silence parce qu’il pensait qu’elle devait être gênée de l’accompagner au bal. Mr Miller souria à sa cavalière pour la rassurer et l’encourager à parler un peu. Pourtant, tout au long de l’après-midi qu’ils avaient passés ensembles, il ne s’était pas soucié de ce mutisme, croyant peut-être à une trop grande joie dans son petit cœur de bois. De toute façon, Erich avait rit pour deux, ce qui avait résolu le problème, mais là, dans le moment présent où la musique chevauchait sa tête et que ses disques dorsales avaient envies de suivre la mélodie qui le faisait bouger comme un serpent indien, il voyait tristement la réalité au travers de son œil vitreux d’humidité : son invitée s’ennuyait près de lui, et il aurait bien pleuré pour elle s’il en avait eu la chance, mais tout ce qu’il pouvait pleurer, c’était lui-même et sans même le savoir.

- Quand je vois les nuages pleurer, je les comprend… les nuages pleurent les morts.


Erich avait arrêté de bougé et son regard absent s’était fixé sur la salière qui était placée au milieu de la table. Ses yeux bruns avec du jaune ne cillèrent pas une seule seconde, et le jeune homme trouvait réconfort à être dans cet état distant… même s’il était distant de la réalité en temps normal XD. Sa robe de joueur professionnel de Quidditch lui allait super bien. Elle était ample, majoritairement verte et or, c’était de belles couleurs. L’enseignant de botanique regarda ensuite sa manche et pendant qu’il pensait justement à ces couleurs qui lui rappelaient la rivière qu’il dominait durant le bal, il s’imaginait en train de se baigner dans celle-ci, et cette petite illusion était facile puisque c’était comme s’il se retrouvait dans l’eau, vêtu de l’eau sèche et textile.

Citation :
-Professeur, je peux m’installer à cette table avec vous ?

Un sursaut le fit bondir hors de l’eau et il retint quand même sa respiration. Il croyait que son balais lui avait adressé la parole!

-Mais très chère, vous êtes déjà auprès de moi! N’empêche que votre voix est magnifique… c’est une musique, une véritable symphonie du cœur!

Mais il avait tord sur un point, une jeune femme venait de s’approcher de lui. Un petit ange tout chou XD. Ce qui eut pour effet de faire s’éteindre le petit pétillement dans les globes oculaires qui surmontaient son joli visage hébété. Déçu, Erich baissa la tête. Il lui fallait penser à quelque chose qui lui ferait penser à autre chose qui en entraînerait une autre et ainsi, le professeur n’allait plus pouvoir s’arrêter, plus pouvoir s’attarder aux moments présents, parce que qui dit moments, dit déceptions et la tristesse l’avait tellement attaqué au cours de sa petite existence d’homme pathétique, et même si parfois, Erich ne savait plus pourquoi il était triste, il n’aimait se sentir mal, tout comme il n’aimait pas voir les nuages pleurer parce que dans ces moments là, il se rappelait. Puis tout faisait une boucle, des moments, des échecs, des pensées, c’était le train de sa vie qui était en véritable chute libre et qui allait sans locomotive.

- Les trains ne s’arrêtent pas alors…

La demoiselle aux ailes et à la jupe s’était avancée encore un peu plus près de la table. Erich se leva de sa chaise et se tenait fermement debout.

- Puisqu’il en est ainsi, prenez place, chère ange, vous allez assister à l’Apocalypse. Ô divine créature, ce sera peut-être un supplice pour vous, mais pensez que tout est éphémère et que je traîne depuis tellement longtemps…

Le professeur saisit brusquement le coin de la nappe quand l’élève fut assise, et il donna un grand coup en tirant! Tout Revola dans la grande salle, les montagnes piquaient du nez, les forêts attaquaient les gens et les monstres, les rivières se déchaînaient comme si elles ne rencontraient aucune limites. C’était la pluie la plus violente de la soirée… une pluie sans nuages pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 27
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: A table. (Pv Erich]   Dim 25 Nov 2007 - 17:23

Le professeur était attablé avec un balais. Sa table était assez remplit ce qui était assez étrange puisqu’il ne donnait pas l’impression de manger les riches victuailles qu’il y avait autours de lui.
Il ne faut pas oublier que ce professeur était étrange donc à y réfléchir cela n’était pas anormal


-Mais très chère, vous êtes déjà auprès de moi! N’empêche que votre voix est magnifique… c’est une musique, une véritable symphonie du cœur!

Malicia le regarda un peu bizarrement un instant, il ne savait pas si c’était à elle qu’il parlait. Mais en regardant près d’elle, elle remarqua qu’a part ce balai il n’y avait rien. Peut-être que ce compliment lui était destiné, mais pour le moment elle préféra passer à côté. Ce n’était qu’un professeur étourdit de nature, se rappelant que rarement de ces propres paroles.

Le jeune ange compris que le professeur ne l’avait pas vue, puisqu’en la regardant, il ne dit mot. Il devient pendant une dizaine de secondes aussi muets qu’une huître. Ce comportement rendit la jeune fille assez mal alaise, elle n’était pas habituer à donner aux gens un regard si stupide seulement avec un déguisement. Elle baissa la tête légèrement pour reprendre ses idées.

Plusieurs souvenirs revenaient à elle, dans tous elle se rappelait avoir ressentit cette gène. Le dernier en date remontait déjà à six ans. Aujourd’hui c’était un peu différent comme même, ce n’était plus la même chose. Car ce n’était plus sa famille qu’elle rendait muette, mais les gens qu’il l’entourait, des personnes qu’elle ne connaissait pas.
Elle ressentait de plus en plus cette gène, ces dix secondes étaient bien trop longue.

Par chance le professeur ouvra la bouche, Malicia ne compris pas ce qu’il dit, mais il n’était plus muet ! Elle aurait voulu le prendre dan ses bras parce qu’il avait dit quelques choses.
Mais elle n’était pas de cette catégorie de personne, elle n’exprimait pas ses joies ni ses tristesses. Bien que ce soir elle essayera d’être joyeuse, de rire, de retrouver l’innocence qu’elle a perdu depuis ses dix ans.

Lorsque l’ange repensa à ses dix ans, le souvenir de ces derniers mois revinrent à la surface.
Il fallait qu’elle le rende fier, lui l’être qui a lutter pendant 5 années pour survivre à la mort de sa bien aimée, lui qui a terminer son éducation, lui, la dernière personne qui la faisait encore sourire.
Elle était encore consciente, mais une phrase raisonnait dans sa tête, une phrase qu’elle comprenait, une sorte de promesse, un conseil, une dernière parole, La dernière parole d’un être qui fût formidable.
«Soit heureuse, ton sourire est une perle. Même avec ces épreuves, soit fier de rire, mon enfant… »

Elle y repensait sans arrêt, elle avait le cœur sérer. Mais à chaque fois qu’elle y repensait elle était heureuse, un sourire de bonheur rayonnait sur son visage, sourire inconnu par les autres élèves.
Elle fût tirer de ses pensées avec les paroles du professeur, mais son sourire calme et joyeux ne s’éteint pas.


- Puisqu’il en est ainsi, prenez place, chère ange, vous allez assister à l’Apocalypse. Ô divine créature, ce sera peut-être un supplice pour vous, mais pensez que tout est éphémère et que je traîne depuis tellement longtemps…

Malicia était encore debout et regardait son interlocuteur. Elle ne comprenait pas pourquoi cet être étrange lui parlait d’apocalypse. Certes le château était bizarre mais de là, à créer le néant, le souc…c’était étrange.
Elle contourna la table pour prendre place à un endroit où elle pouvait poser son assiette.
Une fois qu’elle fût assise, elle voulu poser son assiette mais la nappe glissa de sous sa main. L’assiette fût poser mais sur la table sans la nappe.

La Rouge or ne comprenait pas ce qu’il se passait, de la nourriture se promenait dans les airs telle un feu d’artifice. Les couleurs des sorbets se mélangeaient a la chantilly tels un tableau d’été. Plus loin un liquide bleuâtre se déversait dans le vide telle une cascade d’eau dans une forêt. Les tablettes de chocolats représentaient des montagnes.
Cette catastrophe représentait à un paradis, un tableau grandeur nature de nourriture et de rêve.

Cependant rien ne dure longtemps, comme l’avait dit quelques secondes auparavant le joueur de quidditch, « tout est éphémère ». La terre reprit son pouvoir, elle voulait tout récupérer pour elle, tout ce rêve d’un instant disparu tristement en s’éclatant contre la surface du sol.

Malicia instinctivement leva les jambes pour éviter toute éclaboussure sur son déguisement. La chance devait être avec elle puisqu’elle avait aucune tache et son repas était encore avec elle.

Elle regarda le professeur, celui-ci la regardait également. Pendant une seconde ils se regardèrent, mais Malicia rompit le silence en riant, un vrai rire pour une fois. Elle venait de comprendre le sens des paroles du professeur. Tout cela il l’avait fait exprès, Malicia ne pouvait s’empêcher d’en rire.

Pendant quelques minutes elle riait sans savoir si elle était seule dans cet état ou pas. Elle s’en fichait royalement, elle savait qu’elle était bien à rire pour une fois à Poudlard. Puis elle revint peu à peu à elle. Et elle réussit à parler.


-Merci professeur. Vous savez mettre de l’ambiance au moins.

Elle lui sourit, et regarda son assiette de maki. Elle s’arma de ses baguettes et pris un maki pour le mettre dans sa bouche.

*Hum…qu’elle délice….*

-Vous en voulez ?dit-elle en montrant des sushis.
-Professeur tout à l’heure vous avez dit « je traîne depuis tellement longtemps… » et vous avez pas terminé pourquoi ?

[j'en suis pas fier du tout...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich Miller
Directeur de Poufsouffle "un peu fou"
Directeur de Poufsouffle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 208
Age : 28
Maison, Camp, Poste : c\\\\\\\'était Gryffyfy =D
Sort préféré : Cafeum Cali (faire apparaître du café quoi XD)
Age du perso : 21
Date d'inscription : 23/09/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: il a oublié
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: A table. (Pv Erich]   Mar 27 Nov 2007 - 23:18

Les choses sont contaminées, les sentiments et les expressions des gens surtout. Aussi, arrive-t-il souvent que ces choses soient contagieuses. Erich regarda l’ange exploser de rire au milieu des confettis d’aliments… en fait, une fois que la gravité les avait récupérés rapidement par jalousie. Et notre jeune homme, à la tignasse blonde et aux vêtements amples, commença lui aussi à rire. Il ne savait pas trop pourquoi il riait en fait, lui qui venait de détruire le monde, lui qui compatissait avec les nuages parfois, lui qui ne se souvenait jamais de rien. Il était debout, un coin de nappe entre les doigts, tous les regards illuminés et braqués sur lui. Le professeur riait à se fouler un poumon, à se retourner le tube digestif.

Citation :
-Merci professeur. Vous savez mettre de l’ambiance au moins.

Pour l’ambiance, si ce n’en était pas et bien, c’était forcément des salissures. Bref, semant le doute autour de lui, Erich s’accorda un regard circulaire pour voir ce qu’il en était, des vestiges qui jonchaient le sol rendu vraiment dégelasse par endroits jusqu’aux étranges créatures qui avaient perdu leur regard animal pour reprendre leur stupéfaction purement humaine. Lui-même surpris par la découverte qu’il venait de faire, il se retourna vers l’ange et la scruta.

- Oui, je suis professeur… et vous, vous êtes un ange... pour vrai?

Il n’était pas très sûr de lui, peut-être qu’il allait la vexer, mais après tout ne lui avait-il pas offert le spectacle d’une fin troublante pour un univers entier?

*C’est bien vrai, et elle a rit, la petite diablesse! Rien ne pourrait la choquer davantage!*

-Mais c’est que nous sommes entourés d’élèves!

Oui, Erich… -______- c’est bien d’avoir trouvé ça tout seul… Bref, l’enseigna se rassit, retournant dans l’ombre une fois que tout le monde eut pensé « ça y est, vlà le prof de botanique qui fait encore des siennes… ». Du coup, plus rien de bien étonnant dans cette histoire d’Apocalypse. La jeune fille munie d’ailles commença à manger son repas et Mr Miller se contenta de la regarder faire…

Citation :
-Vous en voulez ?

- Vous savez, on ne mange pas avant la fêtée… Vous ne vous appelez pas Halloween, je me trompe? Ainsi, je préfère me priver de nourriture tant que je n’aurai pas rencontrer cette Halloween que tout le monde fête, mais qui n’est pas encore venue se présenter… décidément, elle veut vraiment nous faire languire, mais la jeunesse ne connaît plus les bonnes manières et l’étiquette propre aux réceptions est finalement allée aux anges…

Il leva le sourcil en regardant la jeune sorcière qui était entre lui et son balais adoré.

- … puis aux petits diables… ainsi on pourrait conclure que tout est revenu au point de départ puisque les jeunes sont à eux-mêmes, ce qu’ils devraient déjà avoir.

Petit fait aussi, Erich Miller n’a jamais bouffé de sushi de sa vie alors la bouffe d’extraterrestres qu’il voyait dans l’assiette de la nouvelle venue l’intriguait un peu, il faut l’avouer.

Citation :
-Professeur tout à l’heure vous avez dit « je traîne depuis tellement longtemps… » et vous avez pas terminé pourquoi ?

Un temps de réflexion. Bien qu’il eut l’estomac vide, la question n’en était pas plus facile à digérer, croyez-le! XD

*De quoi elle parle? Je n’ai pas terminé tout à l’heure? Oh!*

- En effet, je crois que ce n’est pas encore mon tour de terminer, mon heure qui est tout à la fois pour moi comme ça devrait l’être pour le monde n’est pas encore venue à sa fin.

Puis, une chose en enterrant une autre, et en prenant de terre quelque chose à droite pour enterrer ce qui était à gauche dans le tout à l’heure du dit passé, on retrouve certaines notions, mais dont le professeur croit encore qu’il s’agit d’une fraîche nouveauté. C’est le renouvellement continu de son esprit effiloché…

- C’est comme les trains qui ne s’arrêtent qu’à la gare. Vous savez, je traîne depuis tellement longtemps… mais mon heure n’est pas venue et pourtant, je suis porté à me dire que la gare n’est peut-être pas la mort de l’heure comme tout le monde croit, mais la capacité de prendre un nouvel itinéraire!


Avec un drôle de scintillement dans ses yeux bruns-jaunes, on pouvait voir en plus de la démence habituelle, quelque chose que l’on pourrait qualifier d’espoir ou d’excitation, comme si la seule idée d’enfin pouvoir prendre une pause était pour notre pauvre homme une providence quelconque. Bien sûr, il ne savait pas trop une pause de quoi, parce que justement il ne s’était jamais arrêté pour y penser plus longuement. Pour lui, cette idée venait de filer comme un train… Mais en fait, on devrait plutôt dire que le train c’était lui et que toutes les stations qu’il passait, à chaque fois, à chaque instants, à chaque heure venue, il y laissait une pauvre idée orpheline sur un banc de bois et qui espérait peut-être un jour, un moment donné, quand l’heure sera venue, de prendre à nouveau le train et de rentrer chez elle.

- Regardez toujours devant vous, et non derrière, chère ange! … Halloween sera peut-être là, comme Godot! XDD

[ C’était Pouffe de Rire XDDD... ouin bon je m'autobaffe sur demande aussi (avis à tous les psycho wierdo de ce fofo: cette option ne doit pas être l'objet d'abus... :jesort: ) ]

roh pis comme je ne veux pas que Mali travaille pour moi: 850 mots à peu près
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 27
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: A table. (Pv Erich]   Dim 9 Déc 2007 - 13:00

Malicia regardait le professeur rire en cœur avec elle, c’était bien rare de la voir rire. Rire avec un professeur, c’était bien étrange finalement, mais ils l’étaient tous les deux, bien étrange. Chacun gardait une part de mystère, que personne ne pouvait découvrir.
Ils riaient en cœur sans s’arrêter pendant plusieurs minutes, malgré les nombreux visages qui étaient tournée vers eux.

Bien évidement les élèves avaient tous reconnus le professeur de botanique par sa façon très personnelle de ce faire remarquer. Ce dernier était à la fois adorées par les élèves, par sa capacité à être proches d’eux en cours (peut-être car il était jeune, ou qu’il ne suivait pas le programme à la lettre), mais il était également la risée des moqueries permanente de la grande majorité des élèves.
Cependant, il est bien improbable qu’ils aient remarqué la jeune préfète à ses côtés. Malicia était aujourd’hui tout ce qu’elle n’a jamais été pendant ces cinq dernières années dans l’établissement. Personne ne pouvait la reconnaître à ce moment, ce qui étai bien sa chance.

Une fois que Malicia eu repris une attitude « normale » elle regarda autours d’eux. Elle fût surprise de voir autant de regards étranges et amusés, mais aussi d’entendre quelques chuchotement sur le professeur de botanique, le balai et elle.
Malicia sourit pour elle-même, ce soir elle aurait voulu se faire discrète, pour une fois ne pas se faire trop remarquer. Mais elle se retrouve toujours dans des situations vraiment étranges.


- Oui, je suis professeur… et vous, vous êtes un ange... pour vrai?
- -Mais c’est que nous sommes entourés d’élèves!


Malicia s’apprêtait à déguster son met favoris, mais les paroles du professeur étaient…celles du professeur de botanique, rien d’étrange finalement. Elle pensait avoir mal entendu, chose tout à fait possible puisque le bruit autours d’eux commençaient miraculeusement à simplifier. Cela était donc synonyme du début de la fête, avec la musique, les danses et compagnie..

Le jeune ange, commença son repas et en proposa donc au professeur qui avait jeté tout son repas en l’air.


- Vous savez, on ne mange pas avant la fêtée… Vous ne vous appelez pas Halloween, je me trompe? Ainsi, je préfère me priver de nourriture tant que je n’aurai pas rencontré cette Halloween que tout le monde fête, mais qui n’est pas encore venue se présenter… décidément, elle veut vraiment nous faire languir, mais la jeunesse ne connaît plus les bonnes manières et l’étiquette propre aux réceptions est finalement allée aux anges…
… puis aux petits diables… ainsi on pourrait conclure que tout est revenu au point de départ puisque les jeunes sont à eux-mêmes, ce qu’ils devraient déjà avoir.


Lors de la réponse du professeur, Malicia faillit s’étouffer avec un de ses sushi. Elle fût tellement surprise de la réponse du professeur, qu’elle ne mâcha presque pas avant d’avaler. Imaginer un instant du riz dans une algue d’environ six centimètres de diamètre à peine mâcher mais tout juste avaler. Elle a bien faillit s’étouffer, mais elle réussit à tout avaler avec quelques suffocations.

De ses petits yeux bleus coulaient une larme. Lorsque l’on manque de manger les pissenlits par la racine à cause d’un simple sushi, où simplement lorsque l’on manque de s’étouffer nos yeux rejettent un peu d’eau, des larmes, voilà pourquoi l’ange « pleurait ».
Elle regarda le professeur, assez étrangement, ce dernier était sérieux et convaincu de ses paroles, c’était effrayant, et amusant.

La jeune fille voulue lui expliquer, ce que tout le monde sait, excepter lui. Mais il repris la parole, se replongeant dans un de ses monologues dont le fil conducteur paraît invisible.
Mais il avait peut-être raison finalement, il n’est jamais trop tard pour modifier son chemin, pour changer d’horizon. Il suffit seulement de prendre la bonne décision au bon moment.
Pourtant c’est pas si simple de changer, même avec de la volonté, c’est dur de changer tout à coups de route, de chemin d’Horizon ou bien d’itinéraire.
Les pensées de l’enfant se stoppèrent aux dernières paroles du professeur. Il avait un don inexplicable de se rendre à la fois intéressantes et intelligentes pendant une vingtaine de seconde puis en moins d’une demi-seconde, il redevenait légèrement pitoyable.
Malicia souriait au professeur, un sourire mis amusé mis joyeux.


-Professeur, Halloween est une fête, pas un anniversaire ni une personne. Cette fête est en l’honneur des morts….

La voix de la jeune fille se coupa, comme cassé par un sentiment fort, qui déchirait peut à peu sa voix. Parler de mort lui était pénible, elle qui avait beaucoup perdu, et perdra encore beaucoup.
Cependant elle ne voulait pas montrer ses sentiments, encore moins à un parfait inconnu !
Elle repris donc son explication, le plus naturellement possible.


-La fête d’halloween est en l’honneur de mort. Halloween n’est pas une personne. Ce nom est arriver avec le temps, à l’origine, si on peut dire, c’était « All Hallow's Eve », avec le temps, c’est devenu Halloween. C’est pour cela que la plupart des élèves sont déguisée en vampire, en momie, en chevalier noir, en troll, en inferi, ces espèces sont faite pour effrayer, comme la mort. Cette coutume peut paraître étrange aujourd’hui, mais elle a perdu son sens initiale avec le temps.

La jeune fille avait parlé, lentement et calmement.
Elle avait pu remarque au bar des trois balais que le professeur se pommait facilement avec les paroles des autres.
Elle regarda à sa droite, et vu un balai. Elle regarda alternativement le balai et le professeur.


-Professeur pourquoi avez-vous emmené vôtre balais ?


[voilà j'ai enfin terminé^^ 800 mots]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich Miller
Directeur de Poufsouffle "un peu fou"
Directeur de Poufsouffle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 208
Age : 28
Maison, Camp, Poste : c\\\\\\\'était Gryffyfy =D
Sort préféré : Cafeum Cali (faire apparaître du café quoi XD)
Age du perso : 21
Date d'inscription : 23/09/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: il a oublié
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: A table. (Pv Erich]   Lun 24 Déc 2007 - 15:55

Le jeune être aillé toussa soudain, comme si l’air était devenu irrespirable tout d’un coup. Erich avait-il été trop brusque en essayant de lui faire la morale, en lui racontant que le manque de grandeur d’âme était la cause de la petitesse d’esprit? U.U nah…Mais pourtant, ce que l’enseignant déguisé en joueur de Quidditch voyait était bien un petit diamant qui venait de quitter les yeux de sa convive. Et l’éclat de cette pierre précieuse n’échappa pas à l’œil vif du professeur de botanique.

* Je devrais être coupable ou du moins, me sentir comme tel, pourtant je ne suis pas fautif, alors à quoi bon? *

Et il avait raison, le pauvre homme, de ne pas trop s’en faire parce que l’ange lui souriait de nouveau et avec toute l’indulgence d’une délicatesse qui lui accordait raison, au moins dans son cœur. Mais le film s’arrêta net, le train dérapa de la voie ferrée et l’Apocalypse se fit de nouveau sentir, cette fois-ci, avec beaucoup plus d’appréhension. Les mots qui sortaient de la bouche de l’enfant, il les percevait dans leur intégralité jusqu’à ce que les derniers sons qui lui traversèrent l’esprit furent
Citation :
« La fête d’halloween est en l’honneur de mort »
.

Pour le petit discours historique qui enchaîna à cette phrase achevant, il semblait, de loin du fond de la caverne obscure qu’il habitait depuis quelques secondes, bien, mais l’enseignant, lui, n’allait pas de la sorte. Pour une fois peut-être, il aurait aimé ne pas être lui et la conscience de sentiment lui fit un effet étrange. Il aurait largement préféré être comme les mots de la jeune fille; sans but précis, mais qui comblaient un certain vide intermittent dans le monde. C’était impossible, bien entendu. Erich pouvait être tout ce qu’il voulait en temps normal, mais là, même dans sa tête, il espérait s’évader. Il jeta un regard vers la porte comme s’il croyait y voir arriver quelqu’un. Un mélange de crainte et de malaise le faisait languir sur place. Il s’agitait sur son siège, incapable de se calmer en respirant parce que respirer, c’est prendre plus d’oxygène, et que cet oxygène là ne fait qu’amplifier le feu qui le rongeait intérieurement. Le professeur se fit apparaître une tasse de café et prit une gorgée. Il tournait la tête dans tous les sens et constamment, son regard ne cessait de se poser sur tout ce qui émettait un mouvement… Tout d’un coup que s’eut été…

La méthode de «lentement et posément» qu’employait l’élève était la même que Dembledore utilisait à toutes les fois qu’il s’adressait à Mr. Miller… ce qui eut quand même une certaine réussite, bien que l’ange venait sans trop s’en être rendue compte, de troubler son professeur à l’âme sensible de la fleur de l’âge.

Citation :
-Professeur pourquoi avez-vous emmené vôtre balais ?

Le temps d’un sursaut, Erich reporta son attention sur la fillette qui avait un costume presque en lumière.

* Elle sait … elle m’en veut sûrement…*

- C’est ma cavalière.

Le professeur prit une mine renfrognée et croisa les bras. Il fixa la table obstinément pendant trois secondes, mais même ne rien faire pour résister ne lui faisait pas. Il regarda à nouveau la porte et afficha alors une drôle d’expression empreinte de nervosité. D’un geste rapide de la main, l’homme d’à peine une vingtaine d’années tassa les quelques mèches de cheveux blonds qui venaient d’atterrir dans son champ de vision, brouillé par les illusions de ses fantômes intérieurs.

- Ce n’est pas de ma faute, chère ange, ni l’Apocalypse, ni elle…. Toute chose est due, tôt ou tard. C’est une vérité première…


Dans ses yeux bruns à la pupille dilatée venait d’apparaître un éclat, un petit reflet d’un passé agité. La fête de la mort… pourquoi faire honneur à une telle chose? Elle est la source du malheur des hommes…

-…

Le professeur soupira, il avait chaud dans son habit de Quidditch, et les élèves qui courraient partout dans la grande salle n’aidaient en rien à la conservation d’une température confortable et vivable.

* Bon, d’accord, c’est aussi le soulagement des souffrants…*

Mais Erich ne pensait qu’à ses mauvais nuages, et bien qu’il ne fut pas un ange lui-même, ni même une divinité quelconque, il jura que son ombre venait de passer dans les yeux de celle qui l’observait. De toute façon, qui était-il pour porter de tels jugements, aussi ne dit-il rien de cette ombre à cet être de lumière.

- Ce n’était pas de ma faute, vous devez bien comprendre, vous… que je ne l’ai pas vraiment tuée!

Erich regardait son balai, parlant à la fois à la jeune sorcière dont il ignorait la nature véritable. Il se sentait comme s’il était devant un tribunal du salut et il se devait de défendre sa cause, trop de fois il fut incompris, mais il n’aillait pas laisser le bien penser ainsi également. Le monde pouvait bien s’en ficher, de toute la morte qui était omnisciente dans la vie qu’il menait, mais ce n’était pas un être unique. Il savait plus ou moins ce à quoi penser à présent, une force le tiraillait de l’intérieur. Cependant, ce qu’il venait de déclarer dépassait de loin tous ses monologues habituels, toutes ses réflexions peut-être. Fou, mais doux, l’excuse des plus indulgents venait de tomber à l’eau. Quelque part au fond de sa gorge nouée par les années d’exil, son cœur venait de céder contre la pression du temps et des circonstances. Avec un coup d’œil amer sur son moyen de transport qu’il croyait connaître et qui devait l’accompagné pour la soirée en signe d’amitié avec une passion trop souvent inassouvie, Erich se sentait trahi, comme s’il avait été la victime d’un complot une nouvelle fois…

[joyeux noël ^^ encore et encore et même jusqu'à demain parce que c'est bien ^^ amusez-vous bien (mais là U.U pas TROP de conneries, hein?), moi je vais y aller, on se revoit dans quelques jours 8) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 27
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: A table. (Pv Erich]   Jeu 21 Fév 2008 - 22:41

La jeune enfant de quinze ans se posait des questions sur l’ambiance qui commençait à s’inviter entre le balais, le professeur de botanique et sa propre personne. L’atmosphère devenait pesante, le professeur paraissait déstabilisé, il s’agitait sur sa chaise, sa respiration devenait saccader, il semblait appréhendez quelque chose ou quelqu’un.

Tout à coup il fit apparaître une tasse de café, Malicia ne pensait pas que s’était le « meilleur » remède à son étrange comportement. Vous allez me dire que le prof de botanique à un comportement étrange 24h/24h…mais là c’était encore plus étrange. D’un certain point de vue, on aurait pu croire à un psychopathe, alerte au moindre mouvement, au moins froissement de déguisement, chaque bruit était filtré par cet homme égaré.

Il retourna son attention vers Malicia, loin de se montrée effrayé par cet étrange individu, elle le regardait perplexe, partagé entre l’incrédulité et la curiosité.
Elle ne pensait pas qu’il réagirait comme ça, après ses paroles. Non elle pensait qu’il allait simplement mieux comprendre le pourquoi des déguisements, et pas attendre deux cents ans la dénommée halloween qu’il pensait attendre.

Cependant Malicia commençait vraiment à s’inquiété pour la santé mentale de son professeur lorsqu’il lui signala que son balai était sa cavalière.
Venant de quelqu’un de plus où moins normal, (tout dépend de ce que vous entendez comme norme bien évidement, mais ce jeune professeur est bien étrange on est presque tous d’accord là-dessus je pense.), cela aurait été reconnu comme de l’originalité, à ce stade pour MR Miller l’originalité est une autre histoire…

Bien qu’il soit doué pour une chose, surprendre, il arrivait à toujours surprendre l’enfant déguisé en ange. Après avoir fait le remake de l’Apocalypse, avoir jouer le psychopathe, rit aux éclats, il ressemblait maintenant à un enfant pris la main dans le sac. Malicia pencha légèrement la tête, essayant de comprendre le comportement, mais elle n’était pas très doué pour comprendre les êtres humains.

Malicia ne saisissait pas la totalité des paroles du professeur, comme la plupart du temps en faite. Elle perdait rapidement le fil des paroles du professeur, il partait dans ses explications, débordant souvent du sujet de basse. *
Ce gars si vous lui donner à faire un itinéraire, il serait capable de vous faire passer par le Japon pour aller à Alexandrie alors que vous partez de Londres.

Mais arrêtons la les plaisanteries douteuses. La révélation que venait de faire le professeur à l’une de ses élèves, était importante.


« Ce n’était pas de ma faute, vous devez bien le comprendre, vous….que je ne l’ai pas vraiment tuée ! »

Malicia ne savait pas quoi répondre après les paroles du professeur, quel élève aurait pu répondre à ça ?!
L’adolescente, sentait que le professeur avait été sincère sur le coup, ce qui la déstabilisait encore plus en réalité.
Comment lui parler, lui qui ne semble pas avoir reconnu en elle une élève, lui qui semble plus désorienté que d’habitude, lui qui se rend coupable d’une chose qui dépasse l’enfant.
Malicia donna un coup d’œil furtif au alentour, leur conversation était sérieuse, et tout le monde avait reconnu le professeur de botanique sous l’habit d’un joueur de quiditch.
Certes peut de gens auraient pu entendre leurs conversations, mais elle savait que des pseudos journalistes cherchaient à savoir qui était le jeune Miller.


Malicia avait peu de respect envers les professeurs, leurs mettre des battons dans les roues étaient sa spécialité. Mais là, une pointe de maturité avait éclot en elle, elle voulait découvrir ce qu’était le phénomène qui était assis près d’elle.
Mais cela attendra, ce soir était une soirée bien trop risquée pour continuer une tel discutions, qui ouvrait plusieurs portes à l’histoire du professeur.

Malicia, sous son habit d’ange, se leva, mit ses mains sur la table et regarda le professeur. A défaut de réflexion philosophique, Malicia parla avec son expérience de mort, de culpabilité, et de sort bien étrange.


-Monsieur, le sentiment de culpabilité ne mène à rien, il ne ramène ni les mort, et n’apporte aucun pardon. Ne vous rendez pas coupable de chose que l’on ne maîtrise pas, la vie et la mort en l’occurrence.


Elle fit une pause et sortit de l’endroit qu’elle avait occupée, durant cette heure passée auprès d’un individu plein de secret. L’ange se posta auprès du jeune homme, après avoir contourné la table.

-On pourra toujours reparler de ça un jour professeur, dans votre bureau. Bonne soirée avec votre cavalière.


Sur ces derniers mots Malicia quitta la table laissant le professeur avec son balai, méditer sur les mots calmement prononcés par une enfant de quinze ans, éprouvant également cette douleur qu’est la culpabilité du meurtre indirecte.

[776....
Dsl du retard, vraiment gomen nasaï, je suis désoler, en plus il est pas long et bâclée.....tu m'escuse?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich Miller
Directeur de Poufsouffle "un peu fou"
Directeur de Poufsouffle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 208
Age : 28
Maison, Camp, Poste : c\\\\\\\'était Gryffyfy =D
Sort préféré : Cafeum Cali (faire apparaître du café quoi XD)
Age du perso : 21
Date d'inscription : 23/09/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: il a oublié
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: A table. (Pv Erich]   Mar 26 Fév 2008 - 1:01

[… pour te punir, j’ai pris mon temps à rp XD]

L’ange parlait comme un ange. Tous pleins de mots plein de sagesses ou du moins qu’il en semblait ressortir, mais toutes ces charades mystiques étaient dures à assimiler. On s’en doute bien. Le fait est qu’Erich, lui, ne s’en doutait pas le moins du monde et croyait fermement dans sa dite-clairvoyance…

*Ramener les morts? Mais quelle bonne idée qu’elle a eu, cette divinité blanche!*

Jamais le professeur n’avait envisagé une telle issue. Il lui fallait donc trouver le moyen de ramener ce qui par sa faute avait disparu. On voyait bien là toute l’ampleur de son repentir, toute la dévotion de son cœur à racheter ce qu’il avait voler comme un piètre brigand. Sous ses allures de Dandy honorable, Erich n’était pas blanc comme neige. Parfois, il le savait, il s’en souvenait, mais sinon, une mystérieuse culpabilité s’emparait de lui. Il essayait de l’étouffer, de l’étrangler, mais ses tendances meurtrières n’étaient pas aussi actives ou efficaces que ses commentaires le laissaient entendre.

*Mais je ne dois pas me sentir coupable…*

L’ange le lui avait défendu, et cette interdiction donnait la conviction au pauvre homme fou que si jamais il trahissait ses sentiments, l’ange le saurait. Du coup, tous ses projets de résurrection allaient être voués à l’échec.

Citation :
…et n’apporte aucun pardon.

Ainsi donc, comme s’achevait la soirée, Mr Miller se faisait condamné par le blanc au final. Il n’avait pas de retour de juste cause, il n’y avait sans doute plus rien qui lui était dû. Jamais l’obscurité ne lui avait paru aussi confortable et rassurante. Entouré de noir, entouré d’un vide plus qu’enveloppant, accueillant les moindres défauts… ne rejetant personne.

Il voulait mourir dans les ténèbres, y expirer son dernier souffle d’affection, son dernier morceau d’âme charitable à consumer. Combien d’êtres chers périssaient toujours, mon pas pour lui parce qu’il n’en valait pas vraiment la peine, mais à cause de lui? Un être coûte cher, plusieurs coûtent le paradis au complet.

-Par ma faute! Par ma plus grande…

Citation :
Ne vous rendez pas coupable…

Le joueur de Quidditch ravala rapidement ses paroles. Ce n’était ni pardon, ni blâme, ni compassion, ni accusation qu’il recevait en fait, en cette « fête des morts ». Les choses étaient objectivement laissées comme elles étaient, à elles-mêmes et dissimulées sous des habits de poursuiveur, derrière des yeux remplis de tristesse. Toutefois, ce qu’il avait dévoilé, il y avait de cela quelques instants, changeaient bien des choses. Certes, il ne se rappelait déjà plus avoir raconté une sorte de profanation parce que seule la figure blanchâtre d’une victime lui revenait sans cesse à l’esprit, histoire de le hanter un peu et d’honorer l’Halloween véritable qu’il passait dans son subconscient, mais l’impact d’une telle divulgation pouvait-elle porter aussi loin? Haussons donc les épaules… ça ne me tente pas de vous tracasser avec des questions dont le dénouement n’a encore jamais été seulement considéré. Alors, un silence pesant tomba. Le professeur n’avait rien mangé de la soirée finalement…

*Dans mon bureau?*

Erich serra sa cavalière sous son bras, comme un gamin aurait fait avec un ourson en peluche. Il n’aimait pas l’idée que l’être de lumière avait remarqué sa belle puisque ça sous-entendait, dans la tête de l’homme timbré du moins, qu’elle savait quel torture il subissait tout les jours en aimant voler. La passion malsaine! L’ange la lui souhaitait davantage pour augmenter sa culpabilité, il le savait. Malgré tout, il lui était impossible d’arrêté, on le lui avait déjà dit.

-Le sort en est jeté.

Il regarda piteusement l’ange partir. Était-il trop tard pour lui? Était-il voué à vivre dans l’obscurité à l’infini maintenant qu’on l’abandonnait? Que se passait-il dans la tête du pauvre fou? Peut-être qu’il serait plus sage d’en savoir rien, mais comme le dit Erich lui-même : ce qui est fait est fait.

Monsieur Miller, le grand blond sec là, était victime de son tourment par-dessus le fait de devenir victime à nouveau, d’une façon successive par le sort qui avait injustement abouti sur sa tempe. Il aurait aimé que la dame en rouge et qui sentait la pomme vienne perler avec l’ange. Il aurait voulu assister au débat de sa conscience sans avoir à y penser réellement parce que c’était bien au-dessus de ses forces. Mais comme la lumière l’avait à nouveau délaissé, il suivrait qui le leurrerait. Ses souvenirs à ce sujet étaient d’ailleurs un peu flous, qu’avait-il fait au cours des quelques dernières années déjà? Pourquoi la mort de sa sœur lui revenait-elle sans cesse comme une menace, comme un corbeau qui plane au-dessus de sa proie? Erich était tout pâle. Il ignorait que son intérieur se posait autant de questions auxquelles ses facultés affaiblies ne pouvaient apporter de réponse, mais il n’en sentait pas moins la contrariété et le malaise. Il en résultat donc de la rage, ou plutôt une étrange envie d’exploser de l’intérieur. L’enseignant de Botanique était oppressé entre ses sentiments et la façon de les vivre. C’était une évolution quand même… au lieu d’être coincé dans un piège à rats, cette fois-ci, il avait un choix peut-être devant ses yeux fermés par la déraison.

Erich se leva de table et grimpa sur celle-ci. Il en avait assez de soupirer dans cet atmosphère fausse qui n’était pas la véritable Halloween, il voulait que la journée se termine. Comme de fait, quand il regarda sa montre de poche, il vit qu’il était déjà bien tard dans la nuit! Vivement son petit lit, vivement le sommeil sans rêve.

(909 mots :))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A table. (Pv Erich]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A table. (Pv Erich]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Préval Acte II; par Jean Erich René !
» Une bourgeoisie déracinée ! Par Jean Erich René
» Des extraits d'un entretien avec Jean Erich René
» Message de Jean Erich René aux lecteurs et participants du ForumHaiti
» les debut de ma table de jeu .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecole Poudlard :: Archives du forum :: Archives du fofo-
Sauter vers: