AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Entre folie et divine chimère. [libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sebast Fowl
Serpy de 6ème & Batteur fou
Serpy de 6ème & Batteur fou
avatar

Masculin
Nombre de messages : 404
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Serpentard
Sort préféré : Tchauw Koh Leeh
Age du perso : 16 ans
Date d'inscription : 20/01/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Le sien !
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Entre folie et divine chimère. [libre]   Sam 20 Juil 2013 - 6:24

 Deux jours s’étaient écoulés depuis l’incident du toit, Sebast avait pris la résolution de prendre du repos, beaucoup de repos, afin de se ressourcer. Cela lui avait assez bien réussi, il commençait déjà à reprendre un petit peu de couleurs, ou plutôt il avait l’air moins fatigué, ses cernes commençant progressivement à s’estomper. Quant à la couleur de sa peau, il était évident qu’elle ne reprendrait jamais sa teinte naturelle, mais quelle importance après tout ? Le détail lui paraissait bien futile comparé à la grandeur de son succès. Seulement, sa réussite lui avait laissée comme un goût amer dans la bouche, jamais une victoire  ne lui avait paru aussi solitaire que celle-ci qui fut pourtant la plus grande de toute.

Et si la douleur de la perte de son corbeau avait disparue en même temps qu’il avait lancé son sort suprême, le sentiment d’absence quant à lui était toujours présent, quelque chose lui manquait d’une manière irrationnelle et le rendait mélancolique.

 *Cela fait  sans doute partie des effets secondaires…


…Quelque chose qui m’appartient s’est détaché de moi, et je me sens plus…faible…Ou plutôt…fragilisé. Oui, c’est le mot, mais ou le suis-je donc ? J’ai pourtant la même volonté, la même forme physique, je n’ai pas vraiment changé.* Pensa-t-il afin de rationaliser ce flot d’émotion qui l’envahissait de manière inexpliquée.

Machinalement, il poussa la porte devant lui, puis sortit de sa torpeur lorsqu’il pénétra dans la pièce qui se trouvait derrière. L’endroit était pratiquement vide à l’exception d’un meuble gigantesque recouvert par un drap blanc, tout le reste n’était que des pierres posée les unes contre les autres ; quelques torches les éclairaient, leurs donnant une douce couleur orangée.

Mais comment était-il arrivé là déjà ? Sebast se souvenait avoir pris le chemin de la cours du château afin de s’aérer un peu avant de plonger de nouveau dans ses pensées. Réfléchissait-il au point d’oublier entièrement le monde qui l’entourait ? Il fallait croire que oui, après tout, ce n’était pas un évènement particulièrement rare, quoi qu’il fût surprenant qu’il eut oublié sa propre destination.

Le serpentard s’apprêtait à bêtement rebrousser chemin, mais le meuble attira son attention de manière inexplicable, comme si ce dernier l’avait appelé. Répondant à son appel, le jeune sorcier s’en approcha lentement, un regard aussi suspicieux qu’intrigué sur le visage. Lorsqu’il fut assez proche, sa main ne put s’empêcher de se poser sur le doux drap de velours qui le voilait, puis, la laissant glisser délicatement afin d’en savourer la texture, il le s’en empara fermement et le retira d’un coup sec. Ce qu’il trouva derrière le fit sursauter violement, le faisant reculer d’un pas, les yeux écarquillé.
 
-Toi… Murmura-t-il comme s’il retrouvait quelqu’un de très spécial.

 La jeune fille aux cheveux dorés se contenta de lui répondre par un sourire qui eut le don d’énamouré le serpentard. C’était elle, la fille qu’il avait vue en rêve et qui se décrivait comme étant celle qui vivra grâce à son amour pour elle, celle qu’il aura créé, celle qu’il nommera Eve.

Elle était vêtue de la même manière que dans son rêve, d’une ample tunique blanche dont le scintillement était comparable à celui des plus belles étoiles. Tout son corps dégageait une aura de pureté, comme si elle eut été un ange envoyé sur le monde afin de le purifier d’un simple mot, d’un simple regard…


Sébast qui s’était rapproché de nouveau afin de mieux la contempler posa sa main contre la sienne, mais une surface lisse et froide empêcha leurs doigts de s’entrelacer l’un à l’autre. La tête du jeune sorcier se déposa sur cette même étendue lustrée, celle de la jeune fille en fit de même et ce fut comme si leurs têtes étaient posées l’une contre l’autre.
 
-Tu n’es qu’une de mes chimères, mais pourquoi as-tu l’air si vraie ? Te verrais-je seulement un jour ? Je suis confus…Serais-je en train de perdre la raison au point de m’inventer des…

…Non, je n’invente rien, le jour où je réaliserais mon rêve, ça sera toi qui apparaîtras. Peut-être ne seras-tu pas telle que je te vois maintenant, peut-être ne seras-tu pas aussi parfaite, mais ça sera toi, seulement toi…
 
La petite blonde la regarda avec amour, la candeur qui émanait de ses yeux de saphir était comparable à celle d’un enfant qui découvrait le monde avec émerveillement, sans jamais perdre espoir quant à l’avenir et en la beauté du genre humain. Eve lui sembla être la perfection incarnée, comme si toutes les qualités humaines s’étaient matérialisées afin de former une entité physique qui n’aurait que l’amour pour seul dessein. Amour qui serait bien entendu tourné vers lui dans sa majorité, un amour inconditionnel, désintéressé, un qui le détournerait une bonne fois pour toute de sa quête gloire, de reconnaissance, et de son lot de frustration qui allait avec.
 
*Ressaisis toi Sebast, cette chose n’est pas réelle, ne laisses pas cet objet magique prendre le dessus sur toi…* Pensa-t-il brusquement. Se détachant du miroir, il se retourna afin de sortir de la pièce, mais aperçu quelqu’un juste derrière lui. Regardant cette personne d’un air confus, il lui demanda si elle était là depuis longtemps, regrettant d’avoir laissé son corbeau et la tête réduite dans la salle commune.




[872]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 27
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   Sam 20 Juil 2013 - 22:30

Après sa visite à l’infirmerie, il y a deux jours, la rouge or, était partie dans la salle sur demande, pour dormir. Elle s’effondra littéralement sur le lit, et dormit plusieurs heures sans rêve. Au réveil, elle était en sueur, et un violent mal de tête, la saisit. Elle supposa dans un premier temps que c’était du à sa blessure à la tête, mais en y touchant elle se rendit compte que non. Ce mal de tête lui donnait l’impression que sa tête se fendait en deux. Machinalement, elle mit sa mains sur ses tempes, des sons lui arrivait aux oreilles et c’était juste horrible comme sensation. Elle bloqua toute entré de lumière dans la salle et s’enferma dans le noir, espérant calmer ce douloureux mal de tête.

Elle resta plusieurs heures recroquevillés sur elle-même souhaitant que ces mots de tête s’estompe, elle ne pouvait pas bouger, tout mouvements, augmentaient la douleur de manière fulgurante. Elle essayait de respirer calmement, mais sa respiration était saccadé, son cœur bâtait rapidement, ses tempes, sifflaient comme jamais.

Cette sensation ne lui était pas inconnus elle l’avait déjà vécu, il y avait très très longtemps, c’était très vieux pour elle, pourtant c’était il y a seulement 5 ans. Il y avait 5 ans, son grand père était avec elle, pour la calmer et l’aider. Seulement là, elle était seule, et ne comptait pas parler de ça à qui que ce soit. Elle mis plusieurs heures à se calmer et calmer ce mal de tête. Dans la soirée, après avoir épuisé toutes ses forces pour se battre contre la douleur, le sommeil l’atteint,plusieurs heures passèrent avant qu'elle se réveille, enfin au calme. 

Le calme était relatif, elle avait toujours mal, mais c’était supportable. Il était deux ou trois heures du matin, elle s’allongea sur la pierre froide. Cette différence de température, lui fit grandement du bien, il y avait encore des goutes de sueur sur son front du à la douleur stridente qui l’avait envahie toute la journée. Elle mis ses mains sur son ventre, ferma les yeux, et se concentra sur ses battements de cœurs, qui étaient redevenus normaux. Après une demi-journée, tout allait mieux, elle n’était plus bloquée au sol par la douleur. Cette dernière était toujours là, mais elle était plus que supportable dans la journée.

Elle se releva, et chercha de quoi manger, se doucher et se changer. Elle reviendrait dans la soirée ici, elle ne pouvait consciemment fréquenter les gens actuellement, sa forme ne lui permettait pas, elle risquait de s’énerver rapidement…
Prenant sa besace, elle prit sa baguette et y appela un livre de sortilège. Entre la bague et le journal de Rogue, il lui fallait trouver un moyen de rendre inaccessible son sac ! Elle souhaitait relire le journal, mais dans une autres pièce plus aéré que la salle sur demande, tel qu'elle était actuellement.

Malicia vagabondait, cherchant un lieu ou elle pourrait être seule, lire tranquillement le manuscrit du ténébreux professeur. En déambulant dans les couloirs, elle feuilletait un de ses livres de sortilèges. Elle s’était donné comme mission, de renforcer les sortilèges de son sac, pour que personne excepter elle, ne puisse l’ouvrir ou chercher quelques choses dedans.
C’est tête baissé, qu’elle marchait, suivant le dédale du château. Lorsqu’elle entra dans une salle, sans s’en apercevoir, elle entendit quelqu’un parler,elle releva la tête.


-Tu n’es qu’une de mes chimères, mais pourquoi as-tu l’air si vraie ? Te verrais-je seulement un jour ? Je suis confus…Serais-je en train de perdre la raison au point de m’inventer des…

…Non, je n’invente rien, le jour où je réaliserais mon rêve, ça sera toi qui apparaîtras. Peut-être ne seras-tu pas telle que je te vois maintenant, peut-être ne seras-tu pas aussi parfaite, mais ça sera toi, seulement toi…


Cette voix elle ne pouvait l’oublier, il y avait seulement deux jours qu’elle ne l’avait pas entendu. A son plus grand désespoir, elle ne se retrouvait pas seule ! Elle pouvait encore faire demi-tour discrètement, mais le château ne lui proposa pas d’opportunité aussi heureuse, puisqu’il referma momentanément la sortie. Souhaitait-il un massacre inter maison ?! Il était statistiquement improbable que ces deux jeunes personnes s’entendent un jour, sauf sur leurs haines mutuelles !

Malicia écouta brièvement les paroles du jeune homme, cela ne l’intéressait pas au fond, néanmoins elle ne put éviter son regard, lorsque lui-même se retourna. Elle soupira, elle allait être obligé de passer un peu de temps avec lui tant que le château décide de leurs donner l’accès du couloir. Elle s’assit sur les marches, et continua sa recherche de sort.


-Le château à bloqué l’entrée….alors toi et ta moitié d’âme vous vous êtes remis de votre division ?


Son ton était tout à fait neutre, presque inintéressé, mais pour cela il fallait connaitre Malicia pour le savoir, et aucune personne à Poudlard était en mesure de connaitre ce ton !


 800 et quelques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebast Fowl
Serpy de 6ème & Batteur fou
Serpy de 6ème & Batteur fou
avatar

Masculin
Nombre de messages : 404
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Serpentard
Sort préféré : Tchauw Koh Leeh
Age du perso : 16 ans
Date d'inscription : 20/01/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Le sien !
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   Dim 21 Juil 2013 - 5:46

S’il y’avait bien une personne qu’il ne voulait pas revoir précisément en cet instant, c’était bien la gryffondor de l’autre jour. Et au même moment où il lui demanda si elle était présente depuis longtemps, le serpentard remarqua que la seule issue de la pièce avait été magiquement condamnée. Il ne manquait plus que ça ! Il fallait croire que le chatêau était bel et bien décidé à lui pourrir l’existence, au point de l’enfermer avec cette…fille ! Néanmoins, le jeune sorcier se contenta de pousser un soupir exaspéré, relativisant sur la gravité de la situation. S’asseyant sur une marche, la lionne lui demanda alors :

 
-Le château a bloqué l’entrée….alors toi et ta moitié d’âme vous vous êtes remis de votre division ? 
 
Même si le ton employé était dénué de toute émotion, l’insolence de sa question et l’absence de salutation lui laissa penser que leurs relations n’allaient certainement pas s’arranger aujourd’hui !
 
-Bonjour Malicia, et oui, nous nous portons comme un charme, merci de t’en inquiéter. Répondit-il d’une voix mélodieuse et snob.  Le serpentard lança un dernier regard sur le miroir, puis prit la décision de s’en éloigner afin de s’installer tout juste à côté de la sauvageonne, violant  son espace vitale de manière totalement délibérée. Lorsqu’il prit place, le jeune sorcier était si proche d’elle que sa cuisse frôla légèrement celle de la féroce féline qui ne demandait sans doute qu’à ce qu’il la laisse tranquille. Mais c’était très mal connaître Sebast que de penser qu’il allait se tenir à carreau, lui qui avait un goût exacerbé pour la provocation et la caricaturisation du politiquement correct. Cela se notait rien qu’au son persiflant de sa voix lorsqu’il  tentait (et de manière sincère) de se montrer aimable. L’hypocrisie que dégageait chacune de ses paroles semblait aussi flagrante que la langue fourchue d’un serpent qui venait se dandiner à l’intérieur de votre conduit auditif, à croire qu’il le faisait vraiment exprès.  Une attitude qui d’ailleurs lui avait forgé une bien mauvaise réputation, même chez les gens de sa propre maison.
 
-Tu sais, pour l’autre jour, je t’assure que je n’ai absolument rien contre toi. Pourquoi ne pas essayer de repartir sur des bonnes bases toi et moi ? Après tout, comme nous ne savons pas combien de temps nous allons rester coincés ici, je pense que c’est dans notre intérêt.  Affirma-t-il avec la voix d’un mauvais acteur qui joue un rôle, ou  celle d’un excellent acteur qui en imite un mauvais.

Et si le son de sa voix disait clairement à son interlocutrice « Tu serais vraiment idiote de croire un traître mot de ce que je te raconte. » Son regard quant à lui l’invitait à rentrer dans son petit jeu de rôle, juste histoire de la tester un peu et de tuer le temps de manière ludique.

Dans tous les cas, Sebast ne se faisait pas d’illusion, elle lui avait bien dit l’autre jour qu’elle ne lui faisait pas confiance, de toute façon cela n’avait aucune importance.
 
La réponse que la rouge et or lui donna par la suite n’eut aucun impact sur son comportement, sa main se glissa dans sa poche,  en sortit l’un de ses nombreux chocogrenouilles, puis le tendit le plus naturellement du monde à sa voisine.
 
-Chocolat ?
 
 
(545)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 27
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   Dim 21 Juil 2013 - 20:54

La jeune femme, lisait patiemment son livre, sans rien demander. Elle espérait qu’il ne s’attaquerait pas à elle de front une nouvelle fois, cela semblait trop demander, lorsqu’il s’assit très près d’elle. Cette proximité ne la dérangeait pas, elle était habituée à avoir du monde près d’elle, à la coller. Néanmoins, elle savait que ce n’était pas l’habitude du vert argent. Contrairement à lui, elle était sociable, et était sortit avec quelques serpentard. Ces derniers, lui parlaient de certains élèves, et elle s’était souvenu qu’ils lui avaient parlé d’un jeune homme, ténébreux, noir, taciturne et un peu fou. Son prénom avait été vaguement évoqué mais après le bal de noël, ils lui avaient soufflé que c’était ce garçon, celui qui était très près d’elle maintenant.

Malicia avait à peine écouté la première phrase du vert argent, trop occupé par son livre, qui finalement ne lui apprendrait rien. Puisque ce qui lui fallait c’était un enchantement et non un sortilège. Bien évidement, elle ne pourrait pas récupérer un autre livre en cet instant. Elle referma son livre lorsque le reptile parla.


-Tu sais, pour l’autre jour, je t’assure que je n’ai absolument rien contre toi. Pourquoi ne pas essayer de repartir sur des bonnes bases toi et moi ? Après tout, comme nous ne savons pas combien de temps nous allons rester coincés ici, je pense que c’est dans notre intérêt.

Malicia n’en croyait pas un mot, cependant il l’a faisait rire, il se croyait au dessus de tout et de tout le monde. Se montrant sociable à ses heures. Elle sourit malicieusement, et mit son livre dans son sac. Elle se tourna, percutant volontairement le jeune homme avec son genoux pour le posé sur le coté, sur la marche. Elle était dorénavant assise face au profil de Sebats, une jambe semi fléchit sur la marche, le pied en l’air, et l’autre le pied posé sur la marche du dessous.

Elle arborait un fin sourire, rien ne pouvait démontrer qu’elle s’amusait de la situation, c’était tout de même l’élève qui arrivait à cachait le décès de son grand père, et jouait avec les sentiments des garçons depuis 5 ans !

-Pourquoi pas….

Ce dernier lui proposa un chocogrenouille, cet sorte d’amphibien ensorcelé, au chocolat douteusement sucré. D’un ton des plus chaleureux, elle prit la parole.

-Non merci, je n’affectionne pas ce genre de sucrerie.


La jeune fille se leva, et se mit devant le miroir. Elle savait comment, il fonctionnait, elle était déjà venue. Mais à cette époque elle ne souhaitait rien de spéciale, elle semblait tout avoir. Seul son reflet était présent ces dernières années. Néanmoins, cette fois, elle se vit plus âgées, avec trois charmants enfants près d’elle, le plus jeune dans ses bras. Ils étaient magnifique, ressemblait à leurs mère par leurs expression. Elle vit au loin une chevelure turquoise qu’elle connaissait, elles avaient l’air, assez proches en tant qu’amie. En regardant ses enfants, elle jeta un œil dernière elle, et vit un homme grand, souriant, et fier, en le voyant elle lui sourit en retour.

Elle finit par se retourner, et refit face au vert argent. Elle savait que ce miroir, ne prédisait pas l’avenir, et que ce qu’elle venait de voir, n’était que le fruit de ses souhaits, les plus enfouis, qu’elle ignorait. Se rasseyant dans la même position qu’auparavant, elle finit par prendre la parole, le plus naturellement. Elle ne le haïssait pas, puisque se serait lui donner trop d’importance, elle avait détesté ses parents, au point de les haïr. Le vert argent n’était rien pour elle en vérité.


-Alors Sebats, j’ai remarqué que toi et Kay était assez ami…non ?

S’il y avait un sujet à éviter, c’était probablement celui là, et elle le présentait. Au fond d’elle, elle savait qu’elle pouvait parler de n’importe quoi, mais ce sujet, pouvait irriter son voisin, et rien que l’idée l’amusait. Elle lui sourit, attendant une réponse.


650
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebast Fowl
Serpy de 6ème & Batteur fou
Serpy de 6ème & Batteur fou
avatar

Masculin
Nombre de messages : 404
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Serpentard
Sort préféré : Tchauw Koh Leeh
Age du perso : 16 ans
Date d'inscription : 20/01/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Le sien !
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   Lun 22 Juil 2013 - 7:03

La manière dont la rouge et or avait réagi en avait dit long sur sa personnalité, en effet, le premier réflexe d’une personne un tant soit peu sincère aurait été de s’éloigner ; et encore plus si elle éprouvait de l’antipathie envers l’individu qui se collait à elle. Le jeu avait donc déjà commencé avant même que Sebast ne le lui propose de manière non verbale. Profitant de leur proximité pour le percuter avec son genou, elle lui répondit alors :

 
-Pourquoi pas…. 
 

Finalement, la compagnie de la gryffondor n’allait peut être pas être aussi désagréable qu’il l’avait imaginé, lui qui s’attendait à se confronter à une personne impulsive qui défendait avec violence des valeurs dégoulinante de niaiserie et de mièvrerie, voilà qu’il s’était trompé à son sujet. A la place il avait à faire avec une jeune femme socialement très intelligente, sans doute capable d’inciter les autres à rejoindre sa cause afin d’arriver à ses fins. Si Sebast jugeait la société selon ses observations et les livres afin d’en tirer les conclusions qui s’imposaient, Malicia quant à elle était une femme d’action qui avait sans doute tirée toute son expérience et ses connaissances directement depuis le terrain, et son titre de préfète suffisait largement à le témoigner.

Tout cela n’était que des théories, mais de manière générale, le serpentard se trompait rarement et ses spéculations finissaient toujours par se vérifier.

Il ne put s’empêcher de sourire, au fond, il avait eu tort de la sous-estimer dès leur première confrontation, après tous, leurs rencontre fut brève et les conditions n’étaient peut-être pas optimale pour que la première impression soit la bonne.

Et alors qu’il lui proposa un chocolat, cette dernière, d’une voix chaleureuse qui confirma ses hypothèses quant à sa sincère hypocrisie, déclina poliment son invitation, déclarant ne pas aimer les chocogrenouilles.

En écoutant sa réponse, Sebast ne put s’empêcher de penser à Kay qui elle aussi disait ne pas aimer cette friandise, ainsi que le chocolat. Et comme si elle avait lue dans ses pensées, la lionne l’interrogea alors sur la nature de sa relation avec la préfète.
 
-Alors Sebats, j’ai remarqué que toi et Kay était assez ami…non ?
 
Mais pourquoi avait-elle choisie de lui parler de ça ? Ou voulait-elle en venir ? La question eut le don de le surprendre et de le perturber un peu, c’était bien la première fois qu’on l’eut parlé de ses relations, lui qui restait assez discret à ce sujet.
 
- En toute subjectivité, je me permets de penser que notre sympathie est réciproque. Dans tous les cas, c’est une personne qui mérite tout mon respect et mon appréciation. Déclara-t-il  naturellement, sans rien laisser paraître de sa légère confusion.

Seulement, Sebast ne comptait pas en rester sur cette affirmation, et décida de rendre leur jeu de rôle encore plus burlesque en faisant la déclaration suivante :
 
-En fait, et que cela reste entre nous, je pense qu’elle me plait assez.
 
La prise de risque était énorme, mais  cette expérience pouvait s’avérer intéressante d’un point de vue psychologique et sociologique. Si Malicia avait un mauvais fond, cela était susceptible de causer du tort à Kay, mais les probabilités étaient mince, puisque l’autre jour, il les avait vu partager une espèce de secret, il tira la conclusion que les deux s’appréciaient.
 
*Hypothèse n°1 : Elle ne croira pas un mot de ce que je lui raconte, ou alors elle est complétement stupide. C’est quand même louche de faire une telle révélation à un adversaire.

 

Hypothèse n°2 : Qu’elle le croit ou non, peut être en parlera-t-elle à Kay afin de me nuire. Kay sera sans doute intriguée, mais je pense qu’elle se rendra vite compte de la supercherie, se référant aux éléments de la première hypothèse. Et même, à qui d’autre pourrais-je confier une telle absurdité, susceptible en plus d’arriver jusqu’aux oreilles de Malicia? Kay est intelligente.

 

Hypothèse n°3 : Elle lancera une rumeur, mais cela supposerait de nuire à Kay en même temps. Les probabilités sont minces, mais elles existent, je ne connais pas bien la nature de leurs relations.

 

Hypothèse n°4 (et la plus probable) : Elle me posera d’avantage de question à ce sujet. Si elle le fait de manière sincère, elle est stupide, si elle le fait uniquement par jeu, elle ne l’est pas, et a un certain sens de l’humour.

 

Hypothèse n°5 (et la moins drôle, bien que très probable aussi) : Elle fera comme si elle n’avait rien entendu et s’en moquait éperdument. *
 
Si Sebast ne sous-estimait pas pour autant l’intelligence de son interlocutrice, il était pratiquement persuadé qu’elle sous-estimait la sienne. C’est en général ce que tout le monde faisait, se contentant de le prendre pour un fanfaron qui a des bonnes notes en classe. D’ailleurs, elle avait bien dit de lui qu’il se croyait au-dessus de tout…


-Ne le dis à personne, ou je pense qu'on ne ratera pas une occasion de me ridiculiser. Les gens sont si puerils.


(826)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 27
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   Lun 22 Juil 2013 - 17:51

-En toute objectivité je me permets de penser que notre sympathie est réciproque. Dans tous les cas c’est une personne qui mérite tout mon respect et mon appréciation. En faite, et que cela reste entre nous, je pense qu’elle me plait assez. Ne le dis à personne, ou je pense qu’on ne ratera pas une occasion de me ridiculiser. Les gens sont si puérils.

Malicia, regardait intensément le vert argent, guettant toute réaction, en attendant une réponse. L’attente fut étrangement longue, et sa longueur fut des plus graves, lorsqu’il commença à répondre. Rien d’intéressant ne sortait de la bouche de ce jeune homme! Jusqu’à ce qu’il avoue s’intéresser à Kay, et de qu’émender le silence de la Gryffondor sur cette étonnante révélation.

Malicia le regarda, un sourire se dessinant sur ses lèvres. En quelques secondes, elle éclata de rire, un rire franc et sincère. Comment pouvait-il espérer une seconde, qu’elle pouvait croire un traite mot, de ce qu’il sortait de sa bouche. Néanmoins, cette révélation était amusante, car cela signifiait que Kay, avait passé assez de temps avec lui pour qu’il pense à ce genre de chose.
La rouge or, était des plus amusés, mais se promis de ne pas le dire à Kay. Même si son voisin était des moins sincères, elle ne pouvait pas prédire les sentiments de la verte argent sur la question. De plus elle était souvent victimes des rumeurs, ou potins de l'école. Elle serait la dernière à les créer.

La rouge or, reprit difficilement son sérieux, un sourire illuminant son regard, et se retenait à rire de nouveau.


-Ca doit être dur une relation à sens unique ! Elle ne put s’empêcher de rire, par l’énormité de la situation. Cherchant à reprendre son sérieux, elle toussota un peu, et prit une bouteille 'd'eau dans son sac, dont elle but quelques gorgée. En la présentant à Sebast elle ajouta

-Je t’en proposerai bien, mais je suppose que tu préfèrerais mélanger ta salive avec Kay ! Et de plus belle elle éclata de rire. Après quelques minutes, où elle se moquait librement du reptile, elle reprit possession de son esprit, et lui parla plus correctement.

-Je te trouve présomptueux de penser que ton sort ou tes sentiments, intéressent tant de gens, pour qu’ils se moquent de toi… Mais je ne dirais rien, sur le sujet, je préfère le chantage aux informations gratuites. Le sourire malicieux de la préfète, ré éclaira son visage, avec un peu d’amusement.
Après quelques minutes d'apaisements, elle reprit son sérieux, et reprit
-Tu sais quoi, puisque l’on en est aux confidences….moi aussi j’ai un aveu à faire.....

Elle se leva, et déambula , doucement dans la pièce passant d'un mur à l'autre, du miroir à la seule fenêtre du lieu, en parlant. Son sérieux, et sa douceur féminine était de nouveau présent. Son regard était parfaitement songeur, et montrait que les prochaines paroles n'étaient pas évidentes à dire pour la jeune fille.


-Je suis aussi tomber amoureuse, néanmoins, comme toi, il semble que se soit à sens unique. Si je pouvais définir ce qui s'est passé, je rapprocherais cela d'un coup de foudre....Je n'arrive plus à me passé de ces images où l'on s'est vaguement parlé, et rencontrer.....Cependant, je ne pense pas que ça marchera un jour, il est si différent de moi et plus âgés.........Ce n'est pas évident à comprendre, même pour moi,.....mais il a ce quelque chose de différent des autres, cette chose qui étrangement me fascine......

En se rasseyant près du vert argent, en lui faisant face, de ses yeux chocolat, elle reprit, avec un soupçon de difficulté.


-Sebast....c'est étrange comme sentiment, mais la première fois que je t'ai vu, pour le bal d'halloween, tu m'as attiré.


Son regard était des plus sincère, sa voix était chaleureuse comme jamais. Son visage était des plus attirants, en ce moment, seul une étincelle dans ses yeux pouvait être douteuse, mais seule la jeune femme en connaissait la signification. Elle posa l'une de ses mains sur la cuisse de Sebast, dont la proximité était certaine, elle appuya son regard sur lui.

Si cette scène, était vue par quelqu'un d'extérieur, rien ne pouvait prédire le véritable sentiment de la lionne. Mais son comportement expliquait aisément le nombre d'ex petits amis qui vagabondaient dans Poudlard. Elle savait parfaitement imiter ce sentiment si pur pour la plupart des élèves, qui l'avait lointainement effleuré, il y a de cela 6 ans. C'était un jeu depuis 5 ans, elle s'était promis, de ne plus jouer ainsi, mais la situation était tellement burlesque, que seul un idiot croirait ses paroles. De plus elle savait que Sebast ne tomberait pas aussi facilement dans le panneau après leurs mésaventures sur le toit. Mais qui sait.....seul le futur peut nous apprendre la suite des évènements...

Selon toute vraisemblance, il refuserait cette déclaration qui avait de sincère que l'apparence. Et ce refus ferait rire à nouveau la jeune fille. Si contrairement à toutes les probabilités, il s'amusait lui aussi de cette soudaine déclaration, ils débuteraient ensemble un jeu dangereux, où seul leur orgueil définirait la limite.


842
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebast Fowl
Serpy de 6ème & Batteur fou
Serpy de 6ème & Batteur fou
avatar

Masculin
Nombre de messages : 404
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Serpentard
Sort préféré : Tchauw Koh Leeh
Age du perso : 16 ans
Date d'inscription : 20/01/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Le sien !
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   Mar 23 Juil 2013 - 4:26

 Malicia ne put s’empêcher de rire suite à la déclaration du serpent, elle ne le croyait pas, c’était évident et il n’en attendait pas moins d’elle !  Le rire semblait sincère, contrairement au reste de la conversation, mais Sebast préféra ne pas baisser sa garde pour autant.


 
-Ca doit être dur une relation à sens unique ! 
 
Si normalement l’on affirmait ce genre de chose en prenant une voix remplie de compassion, Malicia quant à elle avait choisie de le dire sur un ton rieur, ce qui ne manqua pas de surprendre le serpentard. A moins qu’elle ne se fiche délibérément de sa pomme, ce qui était fort possible aussi, mais dans ces cas-là, le jeu n’était plus tout à fait courtois. La légère déception que Sebast put sentir à ce moment lui fit tirer la grimace. A force de tant rire, la gryffondor en eut la bouche desséchée, si bien qu’elle sortit une bouteille d’eau afin d’en boire une bonne gorgée. Essayant de reprendre ses esprits, elle lui tendit son récipient :
 
-Je t’en proposerai bien, mais je suppose que tu préfèrerais mélanger ta salive avec Kay !
 
 Son serieux fut de courte durée, elle se mit à rire de nouveau, Sebast sur le coup ne savait plus trop quoi répondre, de plus en plus déstabilisé par son comportement. Le serpentard avait manqué de prudence et s’était aventuré dans un terrain particulièrement glissant, la lionne avait bien trop d’expérience dans le domaine pour que le serpent puisse espérer la vaincre, lui qui ne vivait qu’à travers les livres et ses théories. Seulement le serpentard était bien décidé à user de toutes ses ressources pour se tirer d’affaire avec d’habiles pirouettes verbales dont il avait le secret, et ce sans perdre la face pour autant, ou dans le pire des cas, limiter la casse.

Parvenant enfin à redevenir sérieuse, elle lui déclara alors qu’il était prétentieux de penser que son sort et ses sentiments pouvaient intéresser les gens, au point qu’ils pensent à se moquer de lui. Et paradoxalement, c’était bien ce qui peinait le plus le jeune sorcier, car s’il se moquait qu’on puisse le juger pour ce qu’il était, il n’aimait pas se faire ignorer pour ce qu’il faisait.

Mais qui pouvait vraiment comprendre ce qu’il ressentait ?  Seuls les artistes et les scientifiques en mal de reconnaissance avaient cette constante impression, celle de ne pas être apprécier à sa juste valeurs. Il n’eut pas le temps de rebondir à ce sujet que la féline changea de suite la conversation :
 
-Tu sais quoi, puisque l’on en est aux confidences….moi aussi j’ai un aveu à faire..... 
 
*Allons donc, que va-t-elle m’avouer ?* Pensa-t-il avec une pointe de sarcasme.

 

Malicia se leva, puis d’une grâce féline, commença à marcher le long de la pièce, arborant un air songeur. Sebast savait qu’elle jouait la comédie depuis le début, mais sur ce coups la, si ce n’avait pas été lui qui l’avait invité à se comporter de cette manière, il serait tombé dans le piège, il fallait dire qu’elle avait de sacré talent d’actrice !
 
-Je suis aussi tomber amoureuse, néanmoins, comme toi, il semble que se soit à sens unique. Si je pouvais définir ce qui s'est passé, je rapprocherais cela d'un coup de foudre....Je n'arrive plus à me passé de ces images où l'on s'est vaguement parlé, et rencontrer.....Cependant, je ne pense pas que ça marchera un jour, il est si différent de moi et plus âgés.........Ce n'est pas évident à comprendre, même pour moi,.....mais il a ce quelque chose de différent des autres, cette chose qui étrangement me fascine......
 
Un peu plus, est Sebast se levait pour l’applaudir, quel talent ! Elle méritait vraiment la palme d’or de l’hypocrisie ! Mais il ne se rendit compte que trop tard que la lionne parlait en réalité de lui.
 
-Sebast....c'est étrange comme sentiment, mais la première fois que je t'ai vu, pour le bal d'halloween, tu m'as attiré. 
 
 Lorsque Malicia s’approcha de lui pour poser sa main sur son genou, une intense panique put se lire dans les yeux émeraude du serpentard le temps de quelques secondes, suffisamment pour que la lionne puisse s’en rendre compte. Mais que faisait-elle ? Etait-elle vraiment prête à pousser le jeu à ce niveau ? Ou lui tendait-elle un piège ? Comment fallait-il réagir ? Il n’avait pratiquement aucune expérience dans le domaine dans lequel la féline l’entraînait ! Hormis cette aventure avec une poufsouffle au bal de la saint-valentin, mais c’était quand il avait 11 ans ! Donc rien de comparable à la situation actuelle ! Vite, il fallait trouver quelque chose à dire, n’importe quoi, enfin quelque chose de suffisamment intelligent pour ne pas trop perdre de crédibilité !

Sebast ravala sa salive, puis lui répondit d’une voix légèrement balbutiante:
 
-Je t’ai attiré non pas parce que je suis différent, mais parce que je te ressemble…

 

…Nous avons tous les deux un goût exacerbé pour la victoire au point de ne la céder pour rien au monde, et nous jouons avec la vie. Peut-être  d’une manière différente, mais nous jouons quand même…

 

…Oses me dire le contraire, Malicia…
 
Il voulait faire un geste envers elle, afin de lui prouver qu’il pouvait encore lutter et jouer à son petit jeu, seulement il ne pouvait outrepasser son blocage. Blocage dont il avait ignoré l’existence jusqu’à présent et qu’il venait tout juste de découvrir.

Lui qui ne craignait pratiquement rien, pas même la mort, voilà qu’il se trouvait en position de faiblesse pour une chose aussi stupide que celle là.
 
*Merde…*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 27
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   Mar 23 Juil 2013 - 17:14

Malicia était heureuse, elle était parvenue à son but, le serpentard au près d’elle semblait mal à l’aise. Et elle en fut convaincue lorsqu’il se mit à parler. Néanmoins, elle devait conserver ce rôle dans lequel elle était entrée quelques minutes plus tôt. Ce n’était pas très dure, puisque en cet instant le serpentard peu dupe, était lui-même entré dans ce jeu, où il n’avait pas l’air faible face aux avance de la jeune fille.

-Je t’ai attiré non pas parce que je suis différent, mais parce que je te ressemble……Nous avons tous les deux un goût exacerbé pour la victoire au point de ne la céder pour rien au monde, et nous jouons avec la vie. Peut-être d’une différente, mais nous jouons quand même….oses me dire le contraire, Malicia.

Le regard de la jeune fille, changea.. Au fond d’elle il n’avait pas tout à fait tord, il est vrai qu’elle jouait avec les sentiments des gens, aussi facilement qu’un marionnettiste. Cependant l’analogie entre ses sort quasiment mortelle et ce qu’elle faisait elle était séparer d’un forcé, d’un abime plus grand que l’univers.

La lionne enleva sa main de Sebast, et s’écarta, elle songeait au parole du jeune homme, en se reposant sur ses coudes arrière. Si elle continuait à jouer, ils s’engouffreraient dans une histoire impossible à terminé sur de bonne base. Si elle arrêtait maintenant, elle était gagnante tout de même, puisqu’elle savait que Sebast, le grand le fort, et l’orgueilleux, était des plus maladroit dans ce genre de situation.


-Pour te prouver que tu as tord, j’arrête de jouer ! Je ne tiens pas particulièrement à gagner, surtout face à toi, ce ne serait que partie remise à chaque fois, et de temps en temps j’aurais l’avantage, d’autre fois non…... Cependant tu m’amuse beaucoup comme garçon, toi que je pensais……….détestable, finalement tu es amusant. Puis vois le bon coté des choses, la tension qu’il y avait entre nous est descendu, je pense que c’est bien.

La rouge or le regarda en souriant, elle était redevenue elle, sans jeux obsolète, seul la Malicia que tout le monde connaissait était là. Ce n’était probablement pas la vrai, celle qui est caché tout au fond de cette être jeune fille. Elle ressortit sa bouteille d’eau et lui représenta plus sérieusement cette fois, lui proposant d’en prendre s’il le souhaitait, et la déposa sur les marches entre eux.


-Je pense que tu avais deviné que je mentais, je suis très doué à ce jeu là, et j’avoue que parfois ça me manque……Mais ce n’est pas vraiment loyal, surtout envers mon cobaye !

Elle lui sourit de plus belle, finalement cette jeune fille était difficilement cernable, elle pouvait passer d’une émotion à une autre sans transition. Rien n’était vraiment réel dans ce qu’elle disait, en principe elle ne disait que ce que son entourage voulait entendre. Cependant depuis sa première lecture du journal, certaine chose avait changé, elle n’était plus aussi insensible qu’auparavant. Mais se retenait bien d’évoquer ses sentiments encore complexe et nouveau pour elle.

-Sebast…si je ne mettais pas attaquer à toi, aurait tu été capable de me croire ?

Elle lui demanda sérieusement, c’était une information qui l’intéressait, savoir si par hasard elle aurait pu le faire douter, ne serait-ce qu’une seconde. Voir si dans l’avenir elle pouvait se jouer de lui, aussi aisément qu’elle le faisait des autres garçons.
Cependant, leurs journées, n’allait pas être aussi intéressante, si ils continuaient à parler, de leurs pseudo histoire de cœur, dont ils ne croyaient pas eux même. Malicia réfléchit un instant écoutant la réponse du jeune homme, attentivement pour une fois.


-Tu es en 6ème années, il me semble. Tu as choisit quoi comme orientation pour l’université ? chaos et résurrection ?

La fin de la phrase était avec une pointe d’humour, le reste avait été sérieux. Elle voulait passé, le reste de la journée, de manière un peu plus normal que le reste de la journée.

655
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebast Fowl
Serpy de 6ème & Batteur fou
Serpy de 6ème & Batteur fou
avatar

Masculin
Nombre de messages : 404
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Serpentard
Sort préféré : Tchauw Koh Leeh
Age du perso : 16 ans
Date d'inscription : 20/01/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Le sien !
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   Mer 24 Juil 2013 - 7:27

Sa dernière réplique eut pour don de faire changer son comportement, si bien qu’elle retira sa main du genou du jeune sorcier et à son plus grand soulagement. Le serpentard laissa échapper un soupir d’apaisement, le plus difficile était à présent passé.

 
-Pour te prouver que tu as tort, j’arrête de jouer ! Je ne tiens pas particulièrement à gagner, surtout face à toi, ce ne serait que partie remise à chaque fois, et de temps en temps j’aurais l’avantage, d’autre fois non…... Cependant tu m’amuse beaucoup comme garçon, toi que je pensais……….détestable, finalement tu es amusant. Puis vois le bon côté des choses, la tension qu’il y avait entre nous est descendu, je pense que c’est bien. 
 
Un sourire sarcastique à souhait se dessina sur les lèvres du serpent, lui aussi était redevenu lui-même, elle était si contradictoire dans ses paroles ! Elle disait se moquer de gagner contre lui, et pourtant, elle avait mis fin au jeu qu’ils avaient lancés pour le simple plaisir de le contredire et non parce qu’elle se préoccupait particulièrement du jeu malsain dans lequel elle s’aventurait. Selon toute hypothèse, si jamais Sebast ne s’était pas laissé impressionner et avait répondu aux avances de la lionne, cette dernière par orgueil aurait sans doute continuée. Et qui sait, peut-être se serait-elle retrouvée sur lui à l’embrasser fougueusement, mais cette idée, bien que pertinente, était absolument répugnante !

Et si la tension entre eux deux était redescendu d’un cran, la confiance qu’ils pouvaient se porter l’un l’autre n’avait pas changée pour autant, peut-être même que la situation avait empirée !  De toute manière, Sebast n’avait jamais fait confiance à personne, à part sa préfète qui serait sans doute la première personne à laquelle il songerait s’il devait confier quelque chose de précieux à quelqu’un. Ce qui était surprenant en y repensant, car au fond, elle n’avait jamais rien fait pour mériter un tel honneur, à part être…elle, juste elle…

 

…C’était quelque chose d’étrange, ils n’étaient pourtant pas spécialement amis, ils ne se parlaient pas si souvent, c’était généralement des circonstances tantôt burlesque et tantôt étrange qui les réunissaient…

 

…Se reconcentrant sur la situation, le sorcier écouta alors les confidences de la préfète des lions :
 
-Je pense que tu avais deviné que je mentais, je suis très doué à ce jeu-là, et j’avoue que parfois ça me manque……Mais ce n’est pas vraiment loyal, surtout envers mon cobaye ! 
 
*Son cobaye ?* Pensa-t-il interloqué par la dernière phrase.
 
-Sebast…si je ne mettais pas attaquer à toi, aurait tu été capable de me croire ?
 
Voilà une question qui était forte intéressante, le serpent prit le temps de réfléchir afin de lui répondre le plus sincèrement possible. Après tout, elle jouait si bien la comédie que lui-même aurait pu se laisser prendre.
 
-Peut être l’aurais-je été un tout petit peu Malicia. Mais vois-tu, ma confiance n’est jamais définitivement acquise, car j’estime que toutes démarches d’ordre relationnelle, qu’elle soit amoureuse ou non, n’est jamais désintéressée, étant toujours motivées par des objectif personnels.

En ce qui me concerne, je ne m’engagerais jamais avec quelqu’un sans qu’il ne me fasse part de ses ambitions et de la contribution que je risque d’apporter.

Puis, compte tenu du contexte conflictuel de nos deux maisons, et ce, pour des raisons d’ordre historique et sociologique, j’aurais doublement de raison de me méfier si tu ne me donnes pas de raisons intelligible pour me convaincre de construire quelque chose avec toi.

Je ne suis pas le genre d’homme qui donne sans avoir de garantie de retour équivalent ou qui ne me satisfasse du moins. Si j’avais été un homme comme les autres, peut être que la seule éventualité (et j’insiste sur ce mot) de pouvoir profiter de tes attributs féminin m’aurait amplement suffi, seulement je ne suis pas de ceux-là.
 
Malicia se tût un court instant, comme si elle méditait sur ses paroles, pour une fois qu’elle ne les prenait pas avec mépris, voilà qu’ils avançaient d’un bon pas !
 
-Tu es en 6ème années, il me semble. Tu as choisis quoi comme orientation pour l’université ? Chaos et résurrection ? 
 
Question tout à fait banale, à laquelle Sebast allait répondre le plus naturellement possible :
 
Chaos ? Non, il est plus facile de détruire que de créer. Je me lancerais dans des études en psychomagie et je continuerais mes recherches en parallèle, et toi ?
 
Lorsqu’elle eut finit de répondre à la question, le jeune sorcier rebondit sur une autre question :
 
Et pourquoi considères-tu que mes expérimentations sont immorales ? A ce que je sache, je n’ai jamais causé volontairement de tort à autrui, contrairement à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 27
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   Jeu 25 Juil 2013 - 6:34

La rouge or se demandait combien de temps encore, elle allait devoir être avec le vert argent, non qu'il l'ennuyait, mais ce n'était pas l’individu qui la passionnait le plus. Elle souhaitait également, retrouver son calme et sa solitude, afin de se reposer, et lire tranquillement le manuscrit qu'elle avait volé. Ses migraines pouvaient également réapparaître, tout aussi forte que quelques heures auparavant.

Sebast, avait le don d'être un orateur ennuyeux, au gout de la jeune fille, elle n'aimait pas les grand discours qui ne voulait pas dire beaucoup de choses. Ce qu'elle retint des mots du jeune homme, c'était qu'il ne l'aurait pas crue, car rien n'en lui semblait connaitre le sentiment suprême, le simple fait d'aimer, sans conditions lui semblait inconnue. Pour lui, même l'amour était un compromis, un échange de bon procédé.


Malicia ne fût pas tellement surprise, si il connaissait ce genre de sentiments, il ne ferrait pas autant de recherche immorale, pour elle. Elle même, ne connaissait pas ce sentiment, et ne le souhaitait pas. Elle avait seulement aimé sa famille, et les souvenirs douloureux qui s'y rapportaient lui suffisait pour ne jamais souhaiter aimer de nouveau, et encore moins de manière inconditionnelle.

Chaos ? Non, il est plus facile de détruire que de créer. Je me lancerais dans des études en psychomagie et je continuerais mes recherches en parallèle, et toi ?


-Moi.......je l'ignore encore, peu de chose me passionne. Les professeurs, s'amusent à me mettre la pression, mais j'ai l'impression qu'ils sont plus concernés que moi au final....


Pourtant, elle avait eu le temps d'y réfléchir, et elle hésitait. En parler ne servait à rien. La lionne ne comptait pas parler de ses projets au vert argent. Après plusieurs heures de réflexion, elle s'était décider, sur trois types de projets. Les droits de créatures magiques, en suivant un cursus politique, dans une université française, la plus prestigieuse dans cette catégorie. Il n'était pas surprenant que cette école soit en France, puisqu'il était de bon menteur! Plus jeune, elle s'était toujours demandé pourquoi les centaures, les elfes, nains ou loup garou étaient écarté de la vie en société. Les réponses qu'on lui avait données ne lui convenaient pas. Ensuite, elle pensait aux potions, pour devenir apothicaire, ou guérisseuse. Elle trouvait cet art très simple, et facile. Cependant l'idée de faire le même travail que la gargouille ténébreuse des cachots, la dissuadait. Pour finir, et ce projet était uniquement là si elle ne parvenait pas à se décider, c'était un tour du monde magique pendant un an, où elle espérait trouver une solution. Son avenir était donc très flou, même pour elle.

Perdu un peu dans ses pensées, elle entendit vaguement le Serpentard. Après quelques secondes de répit, où elle essaya de savoir ce qu'il venait de dire, elle percuta.

-Et pourquoi considères-tu que mes expérimentations sont immorales ? A ce que je sache, je n’ai jamais causé volontairement de tort à autrui, contrairement à toi.

Malicia fût, surprise, il considérait qu'elle faisait du tort aux autres! Elle, le petit ange de Gryffondor, l'élève populaire, qui n'avait aucun véritable ami, elle faisait du tort à tout le monde? Mais c'était la question, la plus importante, il voulait comprendre, pourquoi elle ne tolérait pas ce qu'il faisait. La rouge or, soupira, et abdiqua pour lui répondre, peut-être réfléchirait-il autrement, ensuite.

-Premièrement, je ne vois pas ce qui te fait dire que je fais du tort aux autres....Je n'ai jamais demandé à un garçon, pour sortir avec. Et le jeu que je t'ai joué, il y a quelques minutes, est uniquement utilisé pour qu'ils me servent à quelque chose....


Elle ne dit rien ensuite, après quelques minutes où elle mit ses pensées en place, elle se leva, et commença une déambulation, en parlant. Ce qu'elle allait lui dire, n'était pas son meilleurs souvenir de vie, mais c'était tout à fait ce qu'il lui fallait, lui, pour comprendre ses sentiments. 


-Je vais essayer de t'expliquer, c'est une vielle histoire, que j'ai vécu vers l'âge de 6 ans. Et ça ressemblait plus à un cauchemar qu'à la réalité. Mes parents étaient archéologues, donc j'ai passé une partie de mon enfance à voyager, un jour on s'est arrêter en Inde. M'ennuyant sur leurs conférences, je suis partie de l'hôtel toute seule. A 6 ans c'était osé, mais je cherchais juste à m'enfuir de leurs ennuie. Me promenant dans les ruelles de la capitale, à un moment je suis tombé dans une rue, qui peut s'assimiler, au niveau de l'atmosphère, à l'allée des embrumes. Curieuse comme toujours, je me suis engouffrer dans un magasin bondé, afin de savoir ce qu'il se passait. Étant minuscule à l'époque, je me suis faufiler comme un serpent jusqu'à l'estrade. Devant moi, il y avait une femme splendide, pale certes, mais splendide, elle devait avoir 16 ans, et était métisse, ses traits étaient parfait. Je ne compris qu'après qu'elle était....morte en vérité. L'homme, à ses cotés, expliquait qu'il avait tenté la même chose que toi, sauf que lui avait réussit, si l'on peut le dire ainsi, il était fier et se trouvait fort.  A cet époque je n'avais pas tout compris, mais ne pouvant oublier ce souvenir, j'ai eu le temps de le comprendre. [b]Il était plus vieux, et avait le double de l'âge de la jeune fille. C'était son père. La jeune femme m'a regardé, moi l'enfant solitaire du lieu, et son regard m'a transpercé. Elle était triste, vide et criait de douleur, j'ignore comment mais elle m'a transmis ses sentiments, j'ai tout ressentit........et c'était atroce, pire que la mort, elle même. Elle ne voulait plus vivre, et ne pouvait plus mourir, c'est ce qu'elle m'a chuchoté ensuite, elle était juste......un mort vivant, avec une âme absente, juste un souvenir, qui vivait par son père.[/b] 

Elle fit, une pause, le souvenir de cette douleur était toujours puissant pour elle, et n'aimait pas particulièrement cette histoire. Elle se rassit et se tourna vers Sebast.

-J'ai appris en deuxième année, lorsque je lisais un magazine d'archéologie, qu'en vérité il avait tuer sa fille, avant de la faire revenir du monde des morts, pour "la science".....le crime qu'il a commis, n'est pas aussi grave là bas qu'ici, ce n'est pas le premier parent à tuer sa fille en Inde. C'est....inutile une femme là bas, excepté faire des enfants..... Cependant la résurrection à été puni, et la jeune fille, figée dans ses 16 ans, à été enfermé jusqu'à trouver un moyen de la re- tuer...... Le compte de beedle le barde, n'est pas si loin de la réalité.....Voilà pourquoi, je ne tolérerais jamais ce que tu fais!

La jeune fille, ne dit rien ensuite, et attendit la réaction du vert argent. Elle repensa à cette journée, ou elle avait couru de toutes ses forces après le murmure de l'indienne. Rentré à l'hôtel, elle s'était mise à pleurer, de douleurs et de tristesse, ses parents ne supportant pas ce comportement, l'emmenèrent dans leurs chambre d'hôtel, pour la punir. Premièrement de repas, et voyant qu'elle ne se calmait pas, son père avait dé-ceinturer sa ceinture pour la faire taire..... Cette journée était loin d'être son meilleur souvenir. Cependant, c'était le début de quelque choses pour elle, et savait aujourd'hui pourquoi les sentiments de la jeune fille parfaite lui était parvenu.






1195 je pensais pas faire autant Oo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebast Fowl
Serpy de 6ème & Batteur fou
Serpy de 6ème & Batteur fou
avatar

Masculin
Nombre de messages : 404
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Serpentard
Sort préféré : Tchauw Koh Leeh
Age du perso : 16 ans
Date d'inscription : 20/01/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Le sien !
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   Ven 26 Juil 2013 - 3:30

Le serpentard écouta attentivement sa réponse, il ne s’attendait pas à ce qu’elle puisse vivre une expérience de ce genre, était-ce vrai ou disait-elle un mensonge pour le dissuader de continuer ? Les deux hyppothèses étaient plausible, et Sebast ne préféra pas avoir de préférence pour l’une d’entre elle. L’histoire de cette jeune fille était certes dramatique, mais ce n’est pas l’empathie qui étouffait le serpentard, de toute manière, si l’on devait pleurer pour les monstruosités de ce bas monde, la terre ne serait alors qu’une étendue de larmes.


Lorsqu’elle eut enfin finit son long discours, le jeune sorcier haussa les épaules de manière nonchalante :
 
-L’histoire que tu me raconte est fort fâcheuse, et tu me vois désolé (de manière courtoise certes mais non moins sincère) d’apprendre qu’une telle chose te soit arrivée. Mais que veux-tu Malicia, le malheur se trouve partout où l’on va.

Ce n’est pas parce qu’une expérience a ratée que nous nous devons d’abandonner toute autre tentative, autrement nous aurions jeté l’éponge sur énormément de sujet important.

 Cela dit, j’avoue quand même que tuer sa fille n’est peut-être pas le meilleur moyen de lui donner envie de ressusciter, surtout dans un pays tel que l’Inde. L’homme s’y est tout simplement mal prit, pour espérer faire jaillir la vie via la magie, il faut le faire avec un certain état d’esprit, sans quoi le sort est inefficace.  Le véritable secret de la vie, Malicia, provient de la volonté, car la vie, comme toutes les choses qui la composent, ont pour origine une  volonté, qu’elle soit consciente, inconsciente ou transcendantale…

 

Et puis il n’est pas très intelligent de prendre un conte pour unique référence, ou alors on aurait raison d’insinuer que la baguette de la mort existe vraiment, hahaha !

Non, sans rire, il existe de nombreuses histoires (contée par des civilisations bien plus ancienne) faisant référence à la résurrection et des archives sur la vie après la mort, ainsi, il n’est pas insensé de poursuivre les recherches à ce sujet.

 

Mais bon, j’accepte ton opinion, après tout il en faut des gens pour défendre ce genre de valeurs, vous les gryffondors savez d’ailleurs très bien vous complaire dans ces mièvreries.  Déclara-t-il en poussant un petit rire sardonique.
 
Si Sebast n’avait personnellement rien contre la maison de Godric, il ne fallait pas nier que ceux qui y entraient étaient de véritables fanfarons dont la moralité était dégoulinante de miel et de niaiserie. En vérité, à ses yeux, le bien et le mal  n’étaient que deux concepts purement illusoire qui ne dépendaient que de la société qui l’a imposée dans la conscience de chacun. Et les propos de la lionne sur la jeune fille en inde l’illustraient à merveille : Une enfant que l’on assassine n’est pas un acte criminel dans un pays qui le permet. Ces valeurs manichéenne ne  furent inventées par l’homme qu’afin de se préserver de sa propre sauvagerie, et bien naïf ou hypocrite celui qui osait penser le contraire.

Le regard émeraude du serpent se posa sur celui de la lionne, il ne put s’empêcher de lui adresser un sourire moqueur.
 
-Tu m’amuses aussi, Malicia.  Affirma-t-il en insistant bien sur son prénom, de la même manière qu’il le fait avec Kay, une certaine manière de lui donner de l’importance et de le lui faire savoir.

Puis regardant  le mur qui les tenait enfermé, il soupira longuement puis déclara.

-Mais pas suffisamment pour que je me plaise à rester enfermer ici.
 
Le serpentard se leva puis commença à tâter les murs, dans le but de trouver une éventuelle ouverture ou actionner un mécanisme magique qui leurs ouvrirait le passage. Mais il ne trouva rien de tout cela, le mur se dressait toujours devant lui.

 
*Hé bien puisque le château est fou, pensons comme un château fou…*
 
Et sans crier gare, il sortit sa baguette de sous sa manche, puis se mit à gesticuler en criant :
 
-SEZAM OUVRES TOI…

 

…SHAZAAAAAAAAM !
 
Des étincelles orange jaillirent alors de sa baguette dans un petit bruit d’explosion, laissant une traînée de fumée aux senteurs de l’orient ainsi que quelques notes de luth. Il regarda sa baguette avec une certaine incrédulité, c’est qu’il ne s’attendait pas spécialement à ce résultat, cela devait être la baguette qui se jouait un peu de lui.   

Se tournant vers Malicia, il lui dit :
 
-Bein quoi ? Avec un château timbré rien n’est impossible !

(732)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 27
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   Ven 26 Juil 2013 - 18:32

La rouge, or, avait un fin espoir qu’il change sont point de vue, ou au moins qu'il réfléchisse aux conséquences la prochaine fois, avant de jouer dans la magie noire. Elle comprit vite, que discuter cuisine avec le château aurait été plus concluant. Il était convaincu, que la résurrection, ou simplement le fait de donner la vie, était possible. Qu’un être humain, par magie, pouvait créer un être vivant à partir de rien, ou bien à partir d’un cadavre.

Le ton qu’employait, le reptile, était le même que l’indien. Ils se croyaient au dessus de tout, imbattable, et un savant extraordinaire qui savait tout sur tout. Ce jeune homme qui était loin d’avoir finit sa scolarité, se pensait capable de juger la magie des autres. Il jugeait sans savoir par quelle magie, la résurrection avait été faite. Malicia sourit, elle commençait à cerner ce jeune homme, et comme elle le prédisait, ce n’était pas quelqu’un qu’elle fréquenterait même de force. Ce coté hautain et « moi je sais tout », l’ennuyait fortement. Puisque ces individus, n’ont aucune conversation, et souvent n’ont rien fait dans leurs vie à par lire des livres. Il ne serait pas surprenant, que ce vert argent n’ait jamais eu d’ami, ou bien joué avec d’autres élèves. Considérant ces actes comme inutile et stupide, n’apportant rien à leur vie.

La fin de son discours, interpella la jeune femme. Premièrement, il supposait, que les contes, ou légendes étaient que des histoires dont la réalité est incertaine. Pourtant, c'était sur ses mêmes types d'histoire qu'il basait ses recherches. Malicia lui souhaitait qu’une chose, qu’un jour l’un de ses sorts rates, qu’il se retrouve dans une position inconfortable, qu’il subisse les conséquences de ses actes, sans réjouissances. Comme la plupart des gens dans son genre.

Se sentiment fut, profondément encrée chez la Gryffondor lorsqu’il s’attaqua enfin à sa maison. Malicia l’attendait depuis longtemps cet argument. C’est l’une des principales causes de la haine mutuelle entre les Serpentard et les Gryffondors, leur point de vue paradoxal.

-Tu m’amuses aussi Malicia. Mais pas suffisamment pour que je me plaise à rester enfermer ici.


Enfin une parole vrai, finalement ce reptile était capable de faire une chose de bien. S'il trouvait la sortie, se serait super, mais connaissant le château, la rouge or, savait que ce n’était pas cet homme grand par l’égo, et petit par la gentillesse, qui allait le faire plier. Elle le laissa faire, convaincu que ça ne servait à rien de s’acharner. Le château n’était pas fou finalement, il était plus intelligent que tous les élèves mis ensemble. En voyant, l’attitude loufoque du Serpentard dont l’enfermement commençait à peser sur la clarté de l'esprit, l’intelligence des élèves étaient toute relative.
Malicia ne put s’empêcher de rire, une moquerie complètement fausse, mais qui pouvait être dérangeante. La seule défense du vert, fût la folie du château.


-Je croyais que les contes, et légendes n’était que des mièvreries que seuls les idiots de Gryffondor croyaient ! Finalement tu es aussi idiots que moi, puisque tu les utilises aussi……..attend je sais ! Lorsque se sont les histoires auxquelles tu crois ce sont des histoires vraies?! Car le sésame ouvre toi...... elle rit de plus belle.
Je suppose que ça sort de ton jugement, de te dire que certaines légendes sont vraies, simplement par ce qu’elle montre une réalité qui te déplait……..mais je suppose que tu as raisons, les mièvreries enfantine, ces contes et légendes sont probablement fausses. En principe, dans ses histoires, les hommes sont beaux et gentils, et en te voyant, je comprends mon erreur.

Elle le regardait en parlant, et ne pu s’empêcher de sourire malicieusement. Malicia, se mit devant le miroir du rised, de nouveau, le vert argent pouvait parfaitement la voir, et elle le savait. Elle continua à lui sourire malicieusement, tel un défit du regard. Après plusieurs minutes, elle se remit près de la fenêtre, histoire de voir dehors ce qui se passait et occuper leurs temps. Elle ferma les yeux en touchant la bague de Godric dans sa poche. * S'il te plait, laisse-moi sortir!*

Sachant que le château, et elle était relier, depuis quelques semaine maintenant, par la bague. Elle se dirigea vers le lieu où anciennement il y avait la porte. Et s’adressa au Serpentard auquel elle ne prêtait plus attention depuis un moment.

-Et si tu lui demandais gentiment ?
A l’adresse de la pierre elle reprit,
-Pouvons nous sortir, s’il vous plait ?
C’est quelques mots ont eu pour effet, de laisser apparaitre l’ancienne porte. La rouge or, regarda Sebast avec un regard triomphant.
- Tu vois il suffisait de demander!
Elle allait partir mais avant, elle se retourna vers le vert,
-Au plaisir de ne jamais te revoir! Et merci de m'avoir communiqué ton point faible, je le réutiliserai!
Malicia disparu rapidement dans les couloirs, elle se chercha une salle, et finit par retourner dans la salle sur demande.
-C'est que qu'on appelle une journée inutile!!

871
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre folie et divine chimère. [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre folie et divine chimère. [libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» Saloon, alcool et bagarre [LIBRE]
» Toi qui entre ici, abandonne tout espoir... [Libre]
» [Chaü - An 6] Perdu entre folie et alchimie [Lily Petiale]
» Crise de folie... |Libre|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecole Poudlard :: Pièces et endroits divers :: Lieux divers :: Le Miroir du Rised-
Sauter vers: