AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jumeaux Wellen
Jum's en 4ème ~ Pouffy
 Jum's en 4ème ~ Pouffy
avatar

Nombre de messages : 82
Maison, Camp, Poste : Elèves en 4ème
Sort préféré : SILENCIO !!!!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Eux...
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Ven 19 Juil 2013 - 21:47

 Matéo sourit d'amusement lorsque la jeune demoiselle s'étouffa à moitié dans son café en entendant sa proposition. Etait-il si surprenant qu'il veuille prolonger leur rencontre alors qu'ils n'avaient passé que de bons moments. Pour une fois qu'ils passaient du temps ensembles sans qu'il ne se passe d'incident ou que l'un d'eux soit alité. Il voulait en profiter. Ou peut-être étais-ce l'idée de remonter sur un balai ? Il allait la rassurer en lui disant qu'elle pourrait monter avec lui et qu'ainsi elle n'aurait rien à faire et ne risquerais pas de ce faire punir mais il comprit rapidement, au regard de la rouge, que ce n'était pas l'activité qui la faisait tiquer.

"Tu es sérieux ? Tu ne veux pas retrouver ta sœur ? Tu tiens vraiment à rester avec moi ?!"

Tu es sérieux, hochement de tête positif. Tu ne veux pas retrouver ta sœur, hochement de tête négatif. Tu tiens vraiment à rester avec moi, hochement de tête vigoureusement positif.
Il sourit un peu plus et termina sa tasse de thé qu'il reposa doucement.


"Je serais super contente de revoler, plutôt que de piétiner de nouveau dans le village."
- Alors adjugé, vendu, nous allons voler !!!


Avec entrain le Poufsouffle se leva, débarrassa leur coin et sorti avec sa jolie compagne pour prendre le chemin de château. Le blond plongea la main dans son sac pour caresser la fleur éternelle qui y attendait, il ne savait quand ni comment l'utiliser. Il ne tenait pas à passer une semaine de plus avec une tête de panda. Il préféra attendre un moment plus propice. Tous les deux marchaient côte à côte en silence, savourant le bon air, le beau temps et la simple présence de l'autre. Bientôt le portail se dessina à l'horizon et inconsciemment l'étudiant accéléra le pas pour atteindre leur but plus vite.
Apercevant une blondinette au loin, son cœur se serra brièvement et il eu une pensée pour sa jumelle, seule quelque part dans le château. Il espérait qu'elle allait bien mais se rassurait en se disant que si il arrivait quoi que ce soit à Matéa, il le sentirait, ou serait de toute façon le premier prévenu. La blonde s'avéra être une Serpentard qui s'amusait visiblement à éviter l'attaque d'un buisson ardent. Il soupira et emboita le pas à Malicia qui tournait déjà vers le terrain de Quidditch.


- A tout de suite.

Il lui envoya son plus resplendissant sourire avant de s'engouffrer dans le vestiaire des Poufsouffle. Il bifurqua vers son casier et se laissa tomber sur son banc. Doucement il sorti le Lys étincelant du sachet, il le respira et le posa à ses côtés. Se secouant mentalement car la préfète ne devait pas trainer de son côté, il sorti sa tenue d'entrainement, pantalon noir, débardeur noir aux bords jaunes et baskets assorties. Il passa ses protections, aux cas où... on était jamais trop prudent, surtout depuis l'accident des deux préfètes. D'ailleurs il était temps d'aller rejoindre l'une des deux. Il s'empara de sa "Comète 2" et il jeta un dernier regard à la fleur avant de sortir rejoindre la Gryffondor en verrouillant son vestiaire derrière lui.

* Je ne sais pas ce que je dois faire. Je voudrais qu'elle le sache mais je ne veux pas perdre ce que j'ai difficilement acquit ses derniers jours. Rhaaa, ce que c'est compliqué !!! *

A l'entrée du terrain il se stoppa et plissa les yeux pour trouver la demoiselle à la chevelure rouge. Elle n'était pas là. Il allait poser son balai contre le mur pour l'attendre en s'apprêtant à maugréer sur le temps d'attente des filles et leur besoin quasi surnaturelle de passer trois plombes à se préparer quand il remarqua qu'il n'était pas seul. Mauvaise langue !
La rouge et or tournoyait déjà dans les airs, magnifique les cheveux au vent. Matéo la regarda longuement, buvant son image et l'observant à découvert tout son saoul. Enfin la jeune lionne le repéra et atterrit près de lui en souplesse.


"C'est super comme idée!!!!! Tu veux faire quoi ? Juste voler en rond ? Je me sens un peu coupable pour ta sœur comme même.... Elle doit te manquer et je n’imagine même pas le vide que tu représentes pour elle à ce moment là…. Tu es certain de ne pas vouloir la retrouver  ? Je comprendrais."

Le blondinet retint un soupir mécontent. Quand comprendrait-elle qu'il voulait passer du temps avec elle et non avec sa jumelle qu'il avait largement le temps de voir tout le reste de l'année. Il attrapa la comète et l'enfourcha, tapa du pied et décolla légèrement. Avec un regard malicieux il se pencha vers la préfète, souriant et charmeur :

- Ne me parle plus de Matéa s'il-te-plais. Que penses-tu d'une course ??? Le premier à avoir fait 5 tours ?


La rouge et or apparemment partante décolla elle aussi et quand ils se furent mit d'accord sur le départ, Matéo lança le sort du "Pan"... A trois son balai ferait un bruit de revolver moldu pour donner le top départ. Un... Deux... Trois... Comme une fusée Mathy se pencha sur son balai pour plus d'aérodynamisme, et fonça sans faire attention à son amie. Mais si il allait vite, le Poufsouffle avait bien moins d'expériences que la demoiselle en vol, et il eu du mal à négocier la trajectoire du deuxième virage. La cinquième n'eu aucun mal à passer largement devant lui et c'est alors qu'il le vit. Brusquement, alors qu'il n'y avait même pas de vent, la tenture de la maison des Serpentard se décrocha et toute tendue, elle se dirigea droit sur la jeune fille, à une vitesse fulgurante pour la situation.

- MALICIA !!! ATTENTION !!!

Mais même avec des réflexes aguerrit, elle ne pourrait probablement pas éviter la masse de lourd tissu qui allait s'abattre sur elle. Le jaune et noir hésita, en tant normal il aurait crié au secours et peut-être aurait-il réussit aussi à aller chercher de l'aide. Un professeur ou des élèves. Mais aujourd'hui Matéo n'était plus le même aussi se pencha-t-il encore plus, au risque de tomber ou de briser son balai pour rejoindre la lionne. Tant pis si il ne pouvait la sauver, au moins serait-il avec elle. Il eu juste le temps de se coller à elle quand la tenture les recouvrit et les abattit vers le sol comme si le tissu était une main géante et eux de simples petits moucherons. Au moment ou il pensa qu'ils allaient s'écraser lamentablement, il y eu un bruit assourdissant puis un léger choc. Il réussit tant bien que mal à attraper Malicia dans ses bras pour ne pas qu'ils soient séparé. Il n'y voyait rien emprisonné ainsi dans le tissu, dans le noir, recouvert par cette lourdeur. Il commençait à faire humide.

- Je ne sais pas ce qu'il ce passe mais je crois qu'on s'enfonce dans l'eau.

La tenture se gorgeait d'eau et s'enfonçait inexorablement, les entrainant eux aussi. Il senti comme un vent de panique mais fut surpris de constater que cela ne venait pas de lui. Aussi soudainement que tout s'était précipité, l'épaisse bâche verte et noire commença à glisser dans le bon sens et Matéo comprit qu'ils étaient au centre du lac noir.

/SOUVENIR\
L'eau montait, il paniquait... Malicia essayait de le ramener à la raison mais il avait sincèrement pété les plombs. L'enfermement, la peur, la panique, l'eau qui montait, les murs qui se fermaient... et la jeune femme avait dit quelque chose, quelques chose d'important, enfin outre le fait qu'elle l'ai engueulé et ce soit moqué de lui pour son manque flagrant de courage...  "...Mais si tu veux nager tu m’oublie !"
/FIN SOUVENIR\


Malicia ne voulait pas nager, ne pouvait pas nager. Ils en avaient vaguement discuté plus tard lorsqu'ils se parlaient de leurs points forts et de leurs points faibles. Il lui avait confié, ou plutôt confirmé ce qu'il pensait, elle avait peur de l'eau. Comment allait-elle faire ainsi abandonnée au milieu du lac, ou il était le plus profond et le plus sombre.
Sans réfléchir plus il attrapa la jeune fille par les épaules et la plaqua contre lui, il se mit plus ou moins sur le dos pour se mettre à nager aussi vite qu'il le pouvait vers le rivage. Mais ils étaient lourds avec leurs vêtements plein d'eau et c'était compliqué. Après plusieurs tentatives, il atteignit la berge mais pas celle face au château, celle à la lisière de la forêt qui donnait sur une montagne de pierres derrière laquelle il y avait un ravin des plus mortel.
Il les hissa tous les deux dans la petite grotte sommaire de l'entrée, il alluma un feu d'un tour de baguette et s'installa vers la jeune femme.


- Ça va aller Mali ?




[1461]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Sam 20 Juil 2013 - 21:17



Malicia était follement heureuse de voler de nouveau, cette sensation de liberté et de légèreté était exaltante. Le vent dans ses cheveux, son visage était vivifié, et contrôler ses mouvements à plusieurs mettre au dessus du sol, c'était rien que du bonheur à l'état pure. La Gryffondor, se sentait de nouveau pleine de vie après des semaines difficiles....Tout avait commencé par le blondinet, et après c'était un enchainement entre Rogue, Kay, les bagues, le château, Matéo de nouveau, et Sebats...

Les capacités de Malicia et son sang froid avaient été mis à rude épreuves, elle avait finit par craquer. Elle montrait rarement ses émotions, il était impossible de la voir pleurer à Poudlard, mais là elle n'avait rien contrôlé, elle ne contrôlait plus ses sentiments ce jours là, aux grands désespoirs de sa camarade préfète, sur les toits. Depuis elle avait reprit possession d'elle même et se protégeait à nouveau.

Lorsqu'elle avait atterrit, près de Matéo, elle était prête à repartir, avec ou sans lui, dans les airs, avec se serait plus amusant. Le noir et jaune était du même avis, car en peu de temps il se lança sur son balai, et lui demanda de ne plus parler de sa sœur.  Malicia fût surprise, et ne compris pas pourquoi il refusait de parler de sa moitié, sa sœur...Mais son envie de voler prit le dessus sur ses futurs questions. Elle s'élança au coté de Matéo, prête à gagner cette partie, trop contente d'avoir enfin un challenge intéressant. Clairement, la récolte d'objet du château, avait beau être une mission des plus difficiles, ce n'était pas passionnant!

Les deux élèves cote à cote prirent le départ de leur course, officieuse. Malicia partit juste dernière Matéo, comme une flèche. Le doublant aisément sur le virage, néanmoins cette action n'était pas surprenante, puisque que la jeune Gryffondor avait été capitaine de son équipe, et avait de l'expérience. Son premier vol avait eu lieu pour ses 5 ans, c’était le grand avantage des enfants de sorciers.

La trajectoire était simple, il fallait aller tout droit, puis tourner vers la gauche, elle était concentré sur sa course, comme ci elle vivait un match de quidditch. Tout à coup le ciel sembla s'assombrir, et Matéo cria son nom de toutes ses forces. Elle releva la tête et s'arrêta net dans son élan, erreur, grave erreur, car elle comprit le sens du cri de Matéo. La tenture verte argent s'abattait déjà sur elle, telle un détraqueur sur sa proie. La descente lui rappela un fin et douloureux souvenir d'une journée unique. Elle n'était déjà plus sur son balai, lorsque la chute sembla se terminer. Elle avait percuté quelque chose, elle pensait que c'était déjà la fin, mais ce n'était que Matéo qui l'avait prit dans ses bras, il l’a tenait fermement, de manière à ne pas la perdre dans cette chute probablement mortelle. La rouge or, hésita une demi fraction de seconde, et s’agrippa à lui, si ils pouvaient s’en sortir c’était seulement à deux. Peut-être que la bague de gryffondor, les aiderait cette fois-ci.

Ils s’écrasèrent, sans chocs ni douleurs, c’était encore une folie du château. Malicia en avait marre, elle ne pouvait passer une journée de repos au château, elle avait besoin de vacance loin de cet enfer en pierre, qui la foudroyait de peur, sans la tuer ! Leurs atterrissages les sépara légèrement, la lione se releva doucement sur un sol dont elle ignorait la contenance, Matéo, la reprit près de lui, souhaitant surement s’assurer qu’ils étaient bien deux, et qu’elle était toujours près de lui. Malicia se souvenait de leur dernière épreuve, et cela ne l’étonna pas qu’il s’accroche à elle. Pourtant….

- Je ne sais pas ce qu'il ce passe mais je crois qu'on s'enfonce dans l'eau.


La rouge or, se rendit compte, que ses pieds étaient mouillés, que le lieu était humide, qu’ils ne voyaient pas où ils étaient. L’eau était maintenant au niveau de ses genoux, là elle le sentait bien ce liquide froid sur sa peau. Des frissons la parcouru, et sa respiration s’accéléra, son instinct lui dit de s’agripper un peu plus à Matéo, même si son orgueil, lui proposait de se détacher complètement. Lorsque la tenture disparu, elle pu voir qu’il était dans le lac noir. Des sueurs froides parcouraient la rouge, or, et son cœur battait comme jamais. L’eau lui arrivait maintenant au nombril, il ne lui restait que quelques secondes pour trouver une solution. Quelques secondes, qui passèrent si vite, pour la jeune fille qui se demandait quand elle allait mourir.

Lorsque Matéo, l’attrapa par les épaules, et l’emmena avec lui. Il avait du mal à nager, leurs vêtements le dérangeait, mais c’était le fait de nager à deux, qu’il semblait le bloquer le plus. Par moment la rouge or, sentit la totalité de son corps couler sou l’eau avant que Matéo ne la reprenne difficilement. Le poufsoufle, la hissa jusqu’à la grotte au bord de la lisère, Malicia semblait inconsciente. Son teint était livide, son cœur ne voulait plus se calmer et sa respiration était loin d’être ordinaire.

Malicia ne bougeait pas, ses jambes pliés et entourer par ses bras, elle essayait de reprendre connaissance, de revenir à elle. Des images lui revenaient, celles de ses dernières baignades.

La première fois qu’elle avait approché de l’eau, c’était lors de son premier vol, son balai pour enfants avait eu un disfonctionnement et elle avait été désarçonnée dans l’étang de ses grands parents. A cette époque, elle n’avait pas eu le temps d’apprendre à nager, et c’était son père qui devait la surveiller. Il était si bon dans son rôle, qu’il ne vit pas sa fille tomber dans le lac, se débattre jusqu’à épuisement et couler après quelques minutes de guerre. Seul un des domestiques l’avait vu, et avait couru pour la sauver. C’était la première fois, qu’elle approchait l’eau, et se fut de justesse qu’elle put recommencer. A 10 ans, c’était au Canada lors d’une vague et rapide visite. Elle était avec l’un de ses meilleurs amis, le seul a l’époque, et son premier amour, le seul homme dont elle était tombé amoureuse. Ils étaient entrain de se promener avec les parents de ce dernier, jusqu’à ce que Malicia trébuche et tombe dans une rivière. Mais ce n’était pas une simple rivière, elle débouchait sur des torrents très violents. Elle usa de toutes ses forces pour se débattre et attraper un rocher ou une racine qui dépassait. Après plusieurs kilomètres de descente parfois hors ou dans l’eau, elle finit par attraper quelques choses. Mais son arrêt fut de courte durée, elle avait été percuté par le corps de son ami, qui s’était précipiter pour la sauver. Il l’entraina vers le bord, de toute ses forces afin d’attraper une branche qui dépassait au dessus de la rivière. Du haut de ses 13 ans, le jeune homme avait réussit à se prendre à un arbre, Malicia se tenait à lui du mieux qu’elle le pouvait encore. Les parents du jeune homme, moldus, les hissa sur le sol, et le rouge or survécu à sa seconde baignade.

Aujourd’hui, cela avait été différent, mais passer de 5 centimètre d’eau à 15 mètres minimum, ne lui semblait pas moins dangereux et moins effrayant qu’une rivière. Elle savait qu’elle devait se ressaisir, pour la suite des évènements le château ne les laisseraient pas se reposer longtemps. Après un moment, elle finit par s’allonger, remontant un peu son haut pour mettre ses mains sur son ventre. Cette position calmait, à coup sur son cœur, et son souffle, elle tenta de se concentrer sur le bruit du feu que Matéo avait allumé, pour ajuster sa respiration. Cependant elle ne pouvait ignorer le regard de Matéo, qui se faisait de plus en plus pesant sur elle, peut-être s’inquiétait-il de son état, ou de ses cheveux de nouveau brun par l’eau, ou bien de ses nombreux bleu qui parcourait ses hanches….qui sait….

Cela faisait presque trente minutes qu’ils étaient remonté, et probablement autant que Matéo attendait une réponse. La jeune femme avait réussi à calmer sa respiration, il ne restait plus que son cœur. Elle se rassit et se mit en tailleur, en évitant soigneusement le regard de Matéo.


-Sa va………. Merci Matéo…….


Elle partit rapidement dans ses réflexions, elle s’était complètement calmée. Elle se remémora se qui c’était passé. D’abord, la tenture des serpentards, sur elle, elle était loin de Matéo. Pourtant ils étaient ensemble lorsqu’elle avait atterrit, il l’avait prit dans ses bras pour la protéger. Ensuite, il l’avait sauvé dans le lac. Il n’avait pas paniqué, il n’était pas effrayé et ne semblait pas déliré en cet instant. Malicia se tourna d’un coup vers lui, le regardant alors dans les yeux.

-Pourquoi tu es venu sous la tenture !? Tu aurais pu mourir, en tentant de me sauver ! Tu es fou ou quoi !? Le château nous a évité une chute mortelle, mais tu ne pouvais pas le deviner !! …………………..tu as tellement changé……….Qu’est-ce qui s’est passé ? Elle ne cherchait pas à le réprimander, juste à comprendre, et son regard transmettait parfaitement ce sentiment.

En tant que fille, Malicia avait un cerveau qui fonctionnait à 100 à l'heure lorsque quelques choses sortaient de sa compréhension, encore plus lorsque qu’il s’agissait d’une personne envers qui elle avait un semblant d’affection amicale ! Alors qu’elle venait tout juste de parler, la grotte trembla, et un passage s’ouvrit dans leurs, dos, de fine goutte apparaissant à l’entrer du tunnel. Malicia se rapprocha par instinct de Matéo, lui frôlant la main, elle ne voulait pas perdre sa trace, si la grotte s’écroulait. De plus, elle s’en voudrait si il lui arrivait quelques choses à cause du quidditch !

Etant clairement incité à entrer dans le tunnel, les deux élèves se levèrent et y pénétrèrent toujours trempé de leurs précédente baignade. La rouge or se demandait ce qui les attendaient de nouveau. La bague de gryffondor était apparu à son doigt, à l’entrer du tunnel. Si son intuition était bonne, Matéo semblait être le poufsoufle qui lui fallait. Ils marchèrent doucement dans le sombre tunnel guettant tous les bruits. Le jeune homme n’avait pas eu le temps de répondre encore, lorsque Malicia, maudissant sa curiosité lui demanda, d’une voix presque inaudible.


-Pourquoi tu ne veux pas que je parle de Matéa ?

[1717 j'ai rep ici, je sais pas si ça te conviendra...mais je vois pas l’intérêt d'ouvrir des sujets à gogo....surtout que l'on reste jamais au même endroit -_-]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeaux Wellen
Jum's en 4ème ~ Pouffy
 Jum's en 4ème ~ Pouffy
avatar

Nombre de messages : 82
Maison, Camp, Poste : Elèves en 4ème
Sort préféré : SILENCIO !!!!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Eux...
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Lun 22 Juil 2013 - 13:47

Le Poufsouffle grelottait légèrement, soufflant sur ses cheveux mouillés qui tombaient devant ses yeux bleu. Il se frotta les bras mais impossible de bien se réchauffer, il devrait attendre que le feu daigne le réchauffer. Elle espérait que Malicia allait vraiment bien, car il ne croyait guère à son "ça va" peu rassurant. Elle était perdue dans ses pensées, et lui commençait à être inquiet. Ils allaient devoir bouger d'ici rapidement, il était encore très tôt mais Merlin seul savait par quoi ils allaient encore passer pour rentrer à l'école.

"Pourquoi tu es venu sous la tenture !? Tu aurais pu mourir, en tentant de me sauver ! Tu es fou ou quoi !? Le château nous a évité une chute mortelle, mais tu ne pouvais pas le deviner !! …………………..tu as tellement changé……….Qu’est-ce qui s’est passé ?"

Le garçon sourit doucement et haussa les épaules. Comment pouvait-il le lui expliquer ? Elle ne le croirai pas, lui même trouvait ça fou ! Il avait totalement changé du jour au lendemain, après avoir subit l'électrochoc de sa rencontre avec la Gryffondor de son cœur. Bien pour ça que sa jumelle détestait autant la rouge sans la connaître. Il allongea les jambes et se gratta la tête pour se laisser le temps de la réflexion puis envoya promener ses pensées pour répondre au plus sincère, mais il ne put ouvrir la bouche.
La grotte se mit à trembler et un passage apparut dans le fond, comme par magie. Les deux Poudlariens totalement blasés se résignèrent à s'y engouffrer sans ce poser de question. Ce que château veux, château a... Ils étaient pratiquement collés et quand l'eau commença à suinter des murs, sa compagne se pressa un peu plus contre lui. Lorsqu'elle frôla sa main, son cœur rata un battement mais il se força à rester stoïque. Il avait décidé qu'il avait fait suffisamment de pas envers la lionne et avant qu'il ne reprenne il faudrait qu'elle aussi fasse un pas vers lui.
Comme pour ne pas lui laisser de répit, la châtaine redevenu provisoirement châtain le temps que ses cheveux sèches, remit une couche de question ce qui lui rappela qu'il devait répondre aux premières :


"Pourquoi tu ne veux pas que je parle de Matéa ?"

Une fois de plus il se demanda pourquoi elle ne pouvait s'empêcher de parler de sa sœur. Pour une fois qu'il avait l'impression d'exister uniquement pour lui. Il soupira et cette fois se tourna vers la jeune femme en accrochant ses pupilles bleues dans celles dorées et vertes de la belle :

- Ce n'est pas que je ne veux pas que tu en parle, simplement pour une fois dans ma vie j'aimerais qu'on s'intéresse à moi et pas à elle. Oui c'est égoïste mais je l'ai rassurée alors mis à part si tu veux en savoir plus sur notre passé, j'aimerais autant que tu arrête de m'enjoindre à la retrouver, je suis bien ici et je veux rester à tes côtés.


Il stoppa le temps de reprendre son souffle et ajouta dans un murmure :

- S'il-te-plais.

Maintenant cramoisi de gêne, il oublia instantanément le froid tant il bouillonnait à l'intérieur. Il accéléra le pas, distançant légèrement la collégienne. Pourquoi lui faisait-elle autant tourner la tête !?!  Il reprit plus doucement, pas certain qu'elle l'entendrait :

- Non Je ne savais pas que le château nous sauverais c'est vrai, mais je ne pouvais pas te laisser tomber sans rien faire. Aussi stupide que cela puisse paraitre.

Il évita de regarder dans sa direction, un peu gêné, après tout il venait presque de lui avouer qu'il avait été prêt à mourir pour elle, ou au pire avec elle. Il avait surement rougit mais dans le noir relatif du tunnel il devait passer inaperçu.

Il commençait à en avoir assez de marcher comme ça sans savoir ou il allait ni pourquoi, répondant comme un bon toutou au bon vouloir de Poudlard, quand la lumière lui brouilla la vue au bout du tunnel. Une salle !!!


- Mali, de la lumière, viens ! Vite !

Comme un gosse le blond se mit à courir, ne remarquant même pas qu'il avait usé d'une petit surnom pour interpeller la jeune femme. Il déboucha en moins d'une minute dans une toute petite pièce éclairée de trois grosses torches suspendues aux murs.
Il était un peu déçu, il s'était attendu à plus grand, plus majestueux. Mais après tout c'était mieux qu'un tunnel ou une grotte. Le problème c'est qu'à première vue, à part les murs et le sol terreux, les torches et une sorte de vieux pupitre encastré dans le fond, il n'y avait rien ! Pas de passage, pas d'escalier. Pas de trace de vie à par ce petit bureau et le passage par lequel il venait d'arriver.
Il entendit la Gryffondor qui arrivait derrière lui, il se décala pour lui laisser la place et demanda :


- Tu en pense quoi ?




[824]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Mar 23 Juil 2013 - 6:55

 - Ce n'est pas que je ne veux pas que tu en parle, simplement pour une fois dans ma vie j'aimerais qu'on s'intéresse à moi et pas à elle. Oui c'est égoïste mais je l'ai rassurée alors mis à part si tu veux en savoir plus sur notre passé, j'aimerais autant que tu arrête de m'enjoindre à la retrouver, je suis bien ici et je veux rester à tes côtés. S'il-te-plais.

Il lui avait parlé en la regardant dans les yeux, ses yeux bleu transperçaient le regarde de la rouge or. Il était un peu énervé par ce sujet, et elle le ressentait dans ses mots et dans son regard. Malicia était étrangement gêné, de le rendre aussi nerveux. Ce n'était pas son but, elle souhaitait juste le comprendre. Malicia voulait le comprendre.

Cependant ses sentiments étaient loin, très loin de ceux de Matéo. Elle se sentait presque jalouse de lui et pour plusieurs raisons. Des raisons qu'elle avait du mal à s'avouer, mais il était certain qu'elle en était jalouse. Elle n'avait connu qu'une vie, où tout lui était céder, où ce qu'elle souhaitait, elle l'avait. Et depuis qu'elle était rentrée au château, c'était globalement pareil. Les professeurs ne lui disaient rien, la laissait faire, lorsque enfin ils tentaient de la contredire, elle jouait la comédie, et en principe, un compromis favorable à la jeune femme naissait. Seul sont défunt grand père était autoritaire avec elle et lui donnait des limites, en cinq ans il avait eu du boulot, pour rationalisé la rouge or. Malicia était maintenant plus calme et comprenait qu'elle ne pouvait pas tout avoir.
Son grand père avait également tenté de lui expliquer l'importance des sentiments, certain, qu'elle en comprenait la puissance, pour en ressentir parfois. Néanmoins il était triste et déçu jusqu'au jour de sa mort, qu'elle refuse catégoriquement de les prendre en compte. Pour elle le simple fait d'éprouver de l'amour, qu'il soit envers un ami, ou plus, lui était impossible. Elle ne voulait pas en entendre parler, puisque pour elle, ce sentiment était juste le synonyme de souffrance.

Néanmoins Matéo ne semblait aussi fermer envers ses sentiments, car il les exposait sans limites. Il était énervé, et elle le ressentait bien. Il prit un peu de distance, marchant devant elle, essayant de se défendre à propos du sauvetage. En l'écoutant Malicia fut encore plus gêné qu'auparavant, elle l'avait promptement réprimandé à ce sujet. Cependant à sa place, elle aurait fait la même chose, son instinct lui aurait dit d'y aller, avec l'espoir de le sauver, même si le dénouement aurait été mortel.

La rouge or, s'en voulait mortellement, elle souhaitait lui dire ce qu'elle pensait en cet instant, mais elle n'était pas prête. Parler de ses sentiments, de ce qu'elle ressentait, elle ne le faisait rarement. Elle voulait lui expliquer ce qu'elle ressentait, et pourquoi elle lui parlait de sa sœur, mais rien n'arrivait à sortir de sa bouche. Même si cette distance qu'il mettait entre eux déplaisait à Malicia, elle s'en contenta, comprenant qu'il ne souhaitait probablement plus rester avec elle. De plus, la gène qu'elle ressentait et son regard, qui devait laisser paraitre le conflit intérieur dans lequel elle s'engouffrait, était mieux dans le dos du blondinet.

Dans ses pensées, Malicia ne fit pas attention à la lumière, qui devenait puissante. Matéo était absent de sa ligne de mir, lorsqu'elle releva la tête. Elle l'avait vaguement entendu crier son prénom. D'instinct elle couru à son tour, pour le retrouver. Il se décala lors de son arrivé, afin de découvrir à son tour le lieu qu'ils découvraient.

-Tu en pense quoi?

Malicia le regarda un instant, mais détourna rapidement la tête. Elle s'approcha du pupitre, et lu ce qui y était graver.
"mieux vaut savoir où l’on est sans savoir où l’on va que de savoir où l’on va sans savoir où l’on est."
Cette maxime, elle l'avait déjà lu à quelque part, mais ne se rappelait plus où. Elle soupira, et jeta un œil au noir et jaune qui attendait son avis. En s'approchant de lui, son regard se perdu au plafond, il y avait des gravures, toutes représentaient l'océan, des navires et du vent. Ce souffle de l'air, était représenté par les ondulations de la pierre.


-Je pense que l'on est loin d'avoir finit la journée. J'ai l'impression, de me retrouver dans les Caraïbes où les grottes sont semblables, ces navires sont anciens, mais les tempêtes sont reconnu dangereuse là bas....mais je ne vois pas l'intérêt de cette maxime sur le pupitre. "mieux vaut savoir où l’on est sans savoir où l’on va que de savoir où l’on va sans savoir où l’on est." On est dans une des nombreuses grottes qui entoure le lac.....a part ça je ne vois pas.

A peine avait-elle finit de parler, un brise fraiche, les entourèrent. Par instinct Mali tourna le dos à Matéo, souhaitant voir la source de ce mouvement de l'air. Elle ne voyait rien, à part la gravité de la situation, car la brise s'était doucement transformer en bourrasque puis en tempête et enfin en tornade dont le centre était les deux élèves. Malicia ne comprit pas tout de suite ce qui se passait, et ne souhaitait pas le savoir, le vent les entoura, des liens s'abattit sur la jeune femme, et le sol disparu sous ses pieds. Elle voulu prendre la main de Matéo, pour ne pas le perdre dans leur chute, mais elle ne la trouva pas. La chute fût longue, plus que celle sur le terrain de quidditch. L'atterrissage fut violent, pas autant que ce qu'une tel chute présageait, mais autant qu'une chute de deux mètres.
La rouge or se releva, et vit que Matéo était très près d'elle, elle ne comprit pas pourquoi elle n'avait pas trouvé sa main finalement.
-AAIIIIEEEEE!!!!
Une fois les deux pieds à terre, elle sentit une vive douleur dans sa cheville droite, qui la remit à terre aussi rapidement qu'elle s'était levé. Elle tenta de trouver la source de la douleur, mais n'y parvint pas. Elle regarda Matéo, ce dernier avait l'air bien, mais inquiet.


-Sa va ne t'inquiète pas.
 Elle s'assit, et éleva son bracelet de son poignée, le mis dans sa main, ce dernier prit un peu de hauteur, et se transforma en sac, son sac en bandoulière. Elle en sortit, une sortit une bande blanche, identique à celle que l'on trouve à l'infirmerie, et s'attela à faire un bandage sérrer, afin de maintenir ce qu'elle pouvait et limiter la douleur. Ce n'était pas évident, ses vêtements et son corps étaient toujours mouillé, ses mains étaient glaciale. Elle regarda Matéo et il avait l'air dans le même cas.
La rouge or, ouvrit son sac, et semblait chercher quelques choses de spéciale, une fois trouver son visage s'illumina. Elle en sortit un t-shirt assez large et grand, et une veste. Elle tendit le t-shirt bleu au jeune homme.Tout était sec dedans grâce au sortilège d'étanchéité.


-Change toi, tu auras moins froid, c'est un t-shirt de garçon t'inquiète pas! Je le prends pour dormir en principe, c'est l'un des seuls vêtements que l'on ne m'emprunte pas. Il est propre, je l'ai récupère avant hier, mais tu risques de sentir la fille comme même, il était avec mon parfum!

Pendant que le jeune homme se changeait, Malicia observa le lieu, il était magique. On se croyait dans un jardin japonais, très fleurit. Ils avaient atterrit sur de l'herbe fraiche. Il y avait un pont au dessus d'une petite marre où nageait des poissons. La jeune fille dans son exploration était arrivée sur le pont, où elle regardait les jeunes carpes colorés.

-Je sens que je vais aimer cette aventure, il y a de l'eau partout....
 
elle avait dit ça plus pour elle que pour Matéo. Ce dernier était de nouveau près d'elle. En s'appuyant sur le pont, elle lui fit face. C'était maintenant ou jamais, si elle souhaitait lui parler. Elle plongea son regard, dans les yeux du jeune homme à son tour.

-Matéo.....je ne voulais pas t'énervé tout à l'heure. Je voulais juste te comprendre. J'ai toujours été fille unique, et contrairement à toi, je n'ai jamais eu de personne avec qui être complice au point de parler de ses peurs de ses envies, être simplement soit même et vrai avec quelqu'un. Toi tu as ça avec ta sœur, et je n'ai pas envie que.....que tu perdes ça, simplement......Je ne m'intéresse pas à elle, c'était juste pour toi que je disais ça........

Elle avait enfin réussit à parler de ses sentiments, elle était très sincère en cette instant, et s'en surprit elle même. C'était étrange, de parler enfin avec son cœur et non seulement avec sa tête, à dire ce que veulent entendre les gens. Plus difficile mais mieux au fond.

-Mais je te fais confiance, tu sais ce que tu fais....

Elle lui sourit, et regarda où il devait aller ensuite, mais rien ne semblait être visible, par ce magnifique jardin où Malicia serait bien resté.

 1494 (pas le temps de le mettre au jeux!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeaux Wellen
Jum's en 4ème ~ Pouffy
 Jum's en 4ème ~ Pouffy
avatar

Nombre de messages : 82
Maison, Camp, Poste : Elèves en 4ème
Sort préféré : SILENCIO !!!!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Eux...
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Jeu 25 Juil 2013 - 12:26

Le jeune homme était curieux de voir le visage de la rouge et or mais il ne se sentait pas en mesure de la regarder. Ses émotions étaient un peu incertaines voir contradictoires et il préférait prendre le temps de ce calmer, peu sûr de lui et de pouvoir répondre de ses actes.
Il sentit la demoiselle arriver dans son dos, découvrir la pièce. Comme elle il observa plus attentivement les alentours, les dessins dans la terre, les gravures et autres dessins ornant les murs.


"Je pense que l'on est loin d'avoir finit la journée. J'ai l'impression de me retrouver dans les Caraïbes où les grottes sont semblables, ces navires sont anciens, mais les tempêtes sont reconnues dangereuses là bas....mais je ne vois pas l'intérêt de cette maxime sur le pupitre. "Mieux vaut savoir où l’on est sans savoir où l’on va que de savoir où l’on va sans savoir où l’on est." On est dans une des nombreuses grottes qui entoure le lac.....à part ça je ne vois pas."

A peine la jeune femme eut-elle terminé de parlé, qu'un léger vent se leva semblant sortir de nul part. Matéo pensa brièvement que c'était reparti pour un tour, effectivement la brise tournoyait autour d'eux en accélérant et il senti que la suite ne lui plairait pas du tout. Mais pas le temps de réfléchir ou de s'appesantir. Le sol se déroba sous ses pieds et il tenta de s'accrocher à la rouge mais le vent le repoussait plus loin tout en les maintenant l'un à côté de l'autre. Il ferma les yeux très fort, refusant de cédé à la panique, déterminé à prouver à Malicia qu'il avait changé et pour le mieux. La chute lui parut durer de longues minutes, il eu le temps de ce dire que s'ils s'en sortaient il devrait finir par avouer à la préfète qu'il avait de réel sentiment pour elle, auxquels il ne lui demanderait même pas de répondre. Il pensa à sa sœur aussi, qui devait arpenter le château en furie de ne pas le trouver. Il pensa à ses parents qui seraient surement très triste d'apprendre qu'il lui était arrivé quelque chose de grave. Puis la réception arrivé, le choc fut violent mais au final pas plus que lorsqu'il était tombé du balai. Tout cela n'avait du durer que quelques secondes.

"AAIIIIEEEEE !!!!"

Le cri de la belle eu le mérite de lui remettre les idées en place. Il se redressa rapidement pour s'approcher de la jeune fille, celle-ci s'était fait mal à la cheville, probablement une mauvaise entorse. Elle risquait de faire encore un passage à l'infirmerie mais il préféra ne pas piper un mot là dessus. Elle le rassura avant même qu'il lui demande explicitement comment elle allait et il fut encore plus soulager de la voir faire apparaitre un sac qui contenait des bandages. Lui même prit alors le temps de faire l'état des lieux de sa personne, rien de bien grave. Une légère douleur dans le poignet droit mais ça disparaitrait rapidement. Il s'en sortait vraiment bien, surtout qu'en levant la tête il ne parvenait même pas à voir le plafond. Il aurait presque put croire que la tempête avait agit comme un portoloin en les conduisant dans un autre pays.

"Change toi, tu auras moins froid, c'est un t-shirt de garçon t'inquiète pas ! Je le prends pour dormir en principe, c'est l'un des seuls vêtements que l'on ne m'emprunte pas. Il est propre, je l'ai récupère avant hier, mais tu risques de sentir la fille comme même, il était avec mon parfum !"

Le Poufsouffle baissa les yeux sur le tee-shirt tendu par la belle, il le prit et la remercia d'un signe de tête. Il ne se sentait pas de parler là. Il allait avoir l'odeur de la demoiselle sur lui, juste sous son nez, pour les heures à venir. Il allait mourir, point final, merci d'être venu.
Mais il serra les dents, retira sa chemise en vitesse et enfila le tee-shirt propre sans rien dire. Cela allait être une véritable torture. Mais il était vrai qu'il se sentait bien mieux ainsi partiellement séché. Fin prêt il rejoignit la rouge et or qui arrivait sur le pont. Tout était gigantesque et majestueux, comme sortir d'un rêve. Il sourit à la réflexion de la cinquième, conscient que toute cette eau ne devait pas la rassurer. Mais il ne s'en faisait pas trop, il était très bon nageur et le château n'avait normalement pas pour but de les tuer.


"Matéo.....je ne voulais pas t'énerver tout à l'heure. Je voulais juste te comprendre. J'ai toujours été fille unique, et contrairement à toi, je n'ai jamais eu de personne avec qui être complice au point de parler de ses peurs de ses envies, être simplement soit même et vrai avec quelqu'un. Toi tu as ça avec ta sœur, et je n'ai pas envie que.....que tu perdes ça, simplement......Je ne m'intéresse pas à elle, c'était juste pour toi que je disais ça... Mais je te fais confiance, tu sais ce que tu fais...."

Le blondinet fut légèrement surprit mais surtout heureux du contenu de la déclaration de Malicia. Il comprit aussi mieux sont insistance et il s'en voulu immédiatement d'avoir été ronchon de l'intérêt qu'elle avait porté à sa sœur. Finalement ce n'était pas de sa jumelle qu'elle s'inquiétait, mais pour lui ! Ainsi il avait tout de même un peu d'importance à ses yeux !!!
Il prit le temps de s'accouder à son tour à la barrière du pont, les yeux rivés sur l'eau qui s'écoulait doucement sous leurs pieds.


- Merci d'éclaircir les choses, je comprends mieux et je te demande de m'excuser pour tout à l'heure.

Il s'étira et traversa le pont pour débarquer sur l'autre rive, une étendue verte et moelleuse s'étalait devant lui, il avait hâte de parcourir ce magnifique terrain si tentateur.

- Et sache qu'il n'y a aucun risque que je perde ma relation avec Matéa. Elle est ma jumelle, presque comme une moitié de moi. Il lui faut du temps pour accepter les choses, pour s'y faire, mais ça arrivera tôt ou tard et alors nous redeviendrons tout aussi complices que nous l'avons toujours été.

Il découvrit en marchant qu'il y avait plus loin une sorte de plate-forme. Un belvédère ou comme un ancien manège. Une grande estrade recouverte d'un toit en tout cas. Cela semblait être l'une des rares constructions ici si l'on omettait le pont. Il s'y dirigea, invitant Malicia à le suivre. Ils gravirent les marches en silences, soudain plus intéressé par la découverte que par la parlotte. Il y avait un grand trou dans le sol, et du plafond pendant une corde dans un état tout relatif. Il ne fallait pas être Merlin pour comprendre qu'ils devaient descendre pour continuer.

- Vas-y la première, tu es plus légère et la corde est trop fragile pour nous deux. Tu cris quand tu es en bas et je te rejoins. Ok ?

Il agrippa tout de même la corde pour en enrouler une partie autour de son bras. Ainsi il pourrait aider à la stabiliser et soulager une partie du poids de la belle sur l'attache qui ne semblait pas des plus jeune.




[1203]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Ven 26 Juil 2013 - 6:55


- Merci d'éclaircir les choses, je comprends mieux et je te demande de m'excuser pour tout à l'heure.


Malicia lui sourit, et lui avoua qu'elle ne lui en voulait pas. Elle le regarda traverser le pont, et l'écouta calmement. Il avait peut-être raison, la relation qu'il a avec sa sœur est forte, elle se remettra surement de leurs dispute. La lionne ne pouvait pas comprendre, donc elle ne rajouta rien.
La rouge or, suivit le Poufsoufle, elle essaya de ne pas montrer qu'elle avait mal, son orgueil étant fort. Cependant, le fait était, que sa cheville la lançait énormément. En arrivant, au bout de ce qui s'emblait être leurs prochaine étape, elle souffla. Elle avait l'impression d'avoir un mal de tête à la cheville, et que la douleur remontait dans le genou. Lorsqu'elle vu la suite de leur aventure, elle regrettait déjà ce havre de paix, verdoyant, calme. Une corde, un trou, et faire confiance au château, ça allait être amusant!!


- Vas-y la première, tu es plus légère et la corde est trop fragile pour nous deux. Tu cris quand tu es en bas et je te rejoins. Ok ?


Malicia acquiesça, elle était la plus légère, certes, mais il fallait que la corde de résiste sous son poids. Sinon elle s'exploserait sur le sol, s'il y en avait un, et lui serait paniqué en haut. A l'inverse si la corde se brisait lorsque Matéo descendait, ce ne serait pas mieux.... Elle regarda Matéo, il prenait la corde, pour alléger la charge, afin que lui aussi puisse descendre. Elle prit  à son tour la corde, l'entoura autour de sa jambe valide, pour descendre en toute sécurité.


-On se retrouve en bas alors!

Elle descendit, faisant attention à ses gestes pour ne pas tomber, ou casser la corde. La descente fût longue très longue, il ne devait y avoir environ 5 à 8 mètres de descente dans le vide. Tout à coup elle ne sentit plus de corde autour de son pied, resserrant l'étreinte de ses mains brulantes sur la corde, elle jeta un œil en bas, et vu à sa droite un vide encore plus profond que celui dans lequel elle s'était engouffré, et à gauche une petite plateforme, d'à peine un mètre carrée. Elle se jeta sur cette plateforme.

-Aaaaaaaiiiiiiieeeeeeee!!!! Elle était retombée sur sa cheville.

Se relevant difficilement, elle regarda ses mains, elle était rouge, et par endroit écorché. Elle jeta un œil sur le lieu où elle était, et pour le coup elle ne le sentait pas. Il n'y avait pas vraiment de sortie, juste une petite plateforme de trente centimètres au ras des roches, sur lequel ils allaient devoir marcher. Ils avaient le choix, entre marcher sur se rebord, et sauter dans un vide sans fin. En se concentrant un peu, outre la voix de Matéo, elle entendait un bouillement, comme une chute d'eau, au loin. Elle supposa qu'il y avait une rivière au fond du gouffre.


-MATEO!!! TU PEUX VENIR!!!! FAIT ATTENTION A LA FIN!!!

Elle préférait le prévenir, incertaine qu'il l'entendait distinctement. Malicia attendu le Poufsoufle prête à l'aider dès qu'il arriverait à sa vue, l'endroit était en effet assez sombre.
Les jambes de MAtéo, apparurent à ses yeux, et tout se passa très vite après, la corde céda d'un coup. Elle le vit tomber sur le bord de la plateforme. Elle se précipita pour le rattraper, elle lui attrapa le bras. Allongé alors sur le bord, Malicia tenait le bras de Matéo, qui lui était dans le vide. Ce denier était lourd pour elle, et la tirait involontairement de plus en plus vers lui. La jeune fille ne comptait pas rompre le seul lien qui persistait entre eux. Le cerveau de la lionne fonctionnait à tout allure pour aider le Poufsoufle. Elle ne pouvait pas le tirer, mais il était trop lourd pour elle, et ils risquaient de tomber tout les deux dans le vide.


-Tiens bon s'il te plait!!

Elle tourna la tête pour attraper sa besace, dans laquelle il y avait sa baguette. Elle chercha énergiquement dedans, laissant tomber certaine de ses affaires, des sacs de vêtements, des livres.... elle ne trouvait pas sa baguette, jusqu'à ce qu'elle tombe elle aussi dans le précipice. Retournant le regard vers Matéo, elle était désolé, et lui tendit son autre main, pour qu'il s'y accroche.

-Je vais essayer de te remonter comme ça.


Elle tenta de le relever de toutes ses forces mais ça ne servit à rien, à part s'avancer elle même dans le précipice. Leurs yeux se rencontrèrent de nouveau, et ils purent lire tout les deux la peur mutuelle, qu'ils ressentaient. La rouge or ne trouvait pas de nouvelle solution, et savait pertinemment qu'ils ne tiendraient pas comme cela longtemps.
Malicia eu une idée, après de longue seconde silencieuse. Elle ne savait pas si cela marcherait, ni combien de temps, mais elle n'avait pas d'autre solution potable en cette instant. Elle se concentra un instant, il le fallait, et qu'elle se décide à éprouver des sentiments, c'était l'un des seuls moyens qu'elle avait pour le sauver. Il n'était pas secret, que la magie fonctionnait toujours avec les sentiments. Et en cet instant, elle se résolu à s'avouer, qu'elle appréciait beaucoup ce blondinet, c'était son ami, et elle ne voulait pas le perdre.
Elle inspira une bouffée d'air, il fallait qu'elle utilise un sort qu'elle maniait à la perfection, sinon ce serait trop difficile.


-Matéo, fait moi confiance s'il te plait. Je ne te laisserais pas tomber, mais laisse toi faire. ......................Levis Corpus

Une vague d'air sortie des mains de Malicia, enrobant Matéo, lerus mains se décrochèrent. Matéo planait dans le vide, Malicia le ramena doucement vers, elle, sans se précipiter. La magie manuelle était tellement instable, qu'elle la prenait avec précaution. Par chance elle réussit, et Matéo atterrit sur la plate forme. Elle était soulager, et se releva pour s'approcher de lui. S'inquiétant de l'état de son ami, elle le regarda, avant de le prendre dans ses bras, trop contente qu'il aille bien.
 

-J'ai vraiment eu peur cette fois!


S'écartant de lui aussi vite qu'elle était arrivé, elle se leva, en évitant de s'appuyer sur sa jambe droite. Elle regarda le chemin à prendre....cela semblait être la seule issue. En jetant un œil à Matéo, il s'était lui aussi relevé. Le chemin était vraiment escarpé, ils devraient coller le mur pour marcher. La pierre n'avait pas l'air très solide, mais c'était l'unique sortie.

-Je crois que l'on doit passer par là.....
Elle regarda de plus près le précipice, qui avait l'air tellement loin, lorsqu'elle avait fait tomber ses affaires dedans.
-Faut voir le bon coté des choses....si on tombe, on mourra surement avant de tomber dans l'eau. Dans mon cas, ça m'évitera une noyade!
Elle n'était pas motivée par la suite des évènements, elle tenait un minimum à sa vie tout de même. Mais ils n'avaient pas le choix.....
-Tu es prêt?

1190
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeaux Wellen
Jum's en 4ème ~ Pouffy
 Jum's en 4ème ~ Pouffy
avatar

Nombre de messages : 82
Maison, Camp, Poste : Elèves en 4ème
Sort préféré : SILENCIO !!!!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Eux...
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Ven 26 Juil 2013 - 20:32

La corde lui mordait légèrement la peau quand le poids de la jeune femme pesa sur la liane. Mais il conserva un sourire de circonstance afin qu'elle ne s'inquiète pas plus que nécessaire. Il se campa fièrement sur ses deux pieds pour bien se stabiliser, bandant ses muscles en mode Tarzan dans la jungle. Là il était passé en mode "Je suis un homme fort et costaud poulette".

"On se retrouve en bas alors !"

Il acquiesça mais arrêta son fanfaronnage pour se concentrer sur la descente de Malicia. Malgré sa chevelure flamboyante, il la perdit rapidement de vue. Elle avait déjà été engloutie par l'obscurité et il n'y voyait goutte. Il senti les mouvements de la corde. Soudain tout s'allège et une sorte de hurlement retentit. Il eu l'image furtive de la Gryffondor étendue inconsciente sur un sol dur mais il la chassa et se pencha au dessus de l'ouverture.

- MALICIA ???? CA VA ??

Un grondement prodigieux retentit derrière lui et il se redressa si vite qu'il faillit tomber, il se retint avec la corde mais découvrit avec horreur que le paysage magnifique se teinter de noir. Comme une photo qui brûle. La verdure passa au sombre comme ravagée par un incendie féroce. Une fumée âcre commençait à venir vers lui, le pont qu'ils avaient traversé s'effondra et une ligne enflammée approchait dangereusement, seul son petit belvédère n'était pas encore touché, mais il était en bois.
Soit il plongeait pour rejoindre Malicia, et advienne que pourra. Soit il mourrait là, cramé sur l'hôtel de la magie pourrie.


"MATEO !!! TU PEUX VENIR !!!! FAIT ATTENTION A LA FIN !!!"

Il ne lui en fallait pas plus pour ce décider. Il s'accrocha à la corde et sans plus réfléchir, quitta le sol pour se laisser glisser dans la noirceur. Il faisait plus froid au fur et à mesure qu'il descendait, ce qui lui fit comprendre que le feu avait du le réchauffer en haut. Il serra les dents et accéléra, espérant que le petit chapiteau tiendrait le coup sinon il mourrait par chute vertigineuse. Et ce qu'il craignait arriva, il sentit les prémices par quelques secousses sur la corde, et elle se céda tout simplement, probablement scié par le feu dans le belvédère. Il n'eu sa survit qu'à un réflexe de son corps qui ayant anticipé avait déjà sauté pour atteindre la plate-forme ou l'attendait Malicia. Mais il n'était pas en possession de tout ses moyens et il n'avait pas eu d'appuis, aussi s'accrocha-t-il se le bord en tenant avec les bras mais il ne parvint pas à hisser son corps et il commençait à fatiguer.

"Tiens bon s'il te plait !!"

Il lui aurait bien répondu qu'il n'avait guère le choix s'il ne voulait pas décéder tout de suite mais ce n'était pas l'heure pour l'humour noir et puis il préférait garder ses forces pour se maintenir. La rouge essayait de trouver une solution, il vit passer plusieurs choses qui finirent dans le néant en dessous d'eux. Il du esquiver une sorte de pochette en penchant la tête et il vit la baguette de la demoiselle prendre le chemin du vide. Il faillit lâcher le rebord pour l'attraper mais il savait que cela signifierait sa fin, il ferma les yeux et tenta de se hisser un peu plus. Ses pieds pédalaient dans le vide à la recherche d'un appuis mais désespérément il sentait la roche s'effriter. La rouge et or cessa ses fouilles et lui prit les mains, Matéo senti la sueur couler le long de ses tempes et dans sa nuque. Le pire étant qu'il était si prit par les évènements qu'il n'avait même pas vraiment peur.

"Je vais essayer de te remonter comme ça."

Il leva ses yeux bleu sur elle, confiant. Justement elle ajouta, comme un écho, une demande pour qu'il lui fasse confiance et la laisse faire. Il n'en avait pas le choix mais s'il l'avait eu, il lui aurait confié sa vie aveuglément. Il ferma donc de nouveau les yeux pour faire le vide dans sa tête, il tenta de se détendre au maximum pour une personne suspendue dans le vide à on ne sait quelle hauteur de sol. Après tout il pouvait être à un mètre comme à cent. Mais il avait fait attention quand les affaires de la préfète étaient tombées et il n'avait entendu aucun bruit de réception ce qui indiquait que si sol il y avait, il devait être très loin d'eux.
Il se senti devenir tout léger puis être soulevé doucement et quand il rouvrit les yeux, il était sur l'esplanade contre la rouge. Dire qu'il était choqué aurait été un euphémisme mais ce savoir sorti de ce moment compliqué le laissa pantois. Même quand la lionne le serra dans ses bras il n'eu aucune réaction. Il était sur le sol, assis, les yeux écarquillés.


"J'ai vraiment eu peur cette fois !"
- Et moi donc.

Cette fois il cligna des yeux. Il baissa le regard sur lui, oui il était entier. Il prit même le temps de se tâter un peu pour vérifier mais pas de doute, c'était bien lui, au complet. Il soupira de soulagement, s'écroula totalement sur le sol et éclata de rire, un beau rire nerveux. Puis constatant que la jeune femme, boitillante, était partie voir la suite, il se leva en maugréant silencieusement.


"Je crois que l'on doit passer par là... Faut voir le bon coté des choses....si on tombe, on mourra surement avant de tomber dans l'eau. Dans mon cas, ça m'évitera une noyade ! Tu es prêt ?"
- Non.

Quoi ? Il était sincère. En l'espace de cinq minutes il avait échappé à une chute mortelle, à finir brûlé vif, ou à disparaitre dans un précipice sans fond. Ca vous fou le moral en l'air ces histoires. Il calma les battements de son cœur et ignora les picotements dans ses mains. De toute façon ils ne pouvaient pas rester là alors il allait devoir y aller, même sans convictions.
Il se faufila devant la préfète et posa un premier pied sur le morceau de corniche qui lui servirait de support pour les prochaines minutes, il tourna la tête de l'autre côté de la jeune femme et s'agrippa au mur rocheux.


- Tu sais, avant de monter là dessus et de risquer de mourir une fois de plus, je me sens obligé de te dire quelque chose.

Il commença à avancer, ignorant délibérément le regard de la rouge. Fixant obstinément la petite plateforme pour continuer sa traversée. Il dérapa légèrement après quelques pas et réussit à se rattraper in extremis. Il observa les petits cailloux qui dévalaient et disparaissaient dans l'obscurité sous lui en avalant sa salive de travers.

- Au cas ou Malicia, il faut que je t'avoue que... comment dire... je... t'apprécie... vraiment beaucoup, voilà. Je t'apprécie vraiment beaucoup.


Là dessus il accéléra le pas, au risque de ne pas se maintenir bien en équilibre mais il ne voulait pas que la Gryffondor puisse apercevoir ses joues toutes rouge. En levant les yeux il s'aperçut que la corniche était cassée, cela allait encore ce compliquer. Mais ce constat eu le mérite de le blanchir instantanément. Il allait fallait grimper et escalader sur environs deux mètres pour atteindre l'entrée d'un petit hall avec torches et escaliers. Il eu le temps de se demander quel type de magie les fondateurs avaient utilisés pour construire le château car il y avait tout une ville ou un pays dans les entrailles de ce fichu bâtiment.

- Il va falloir escalader un peu, il n'y a pas beaucoup de points d'encrage alors fait attention.


Et sans attendre il se lança, agrippant un point plus haut, posant son pied dans un creux et se issant. Puis recommençant et essayant de faire attention. Finalement il réussit à traverser sans encombre, quand il posa les deux pieds au sol, un vrai sol, il fut infiniment soulagé et il s'empressa de tendre la main à la rouge et or pour l'aider à le rejoindre, oubliant qu'il venait de lui faire une semi déclaration.




[1346]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Dim 28 Juil 2013 - 12:36

-Non !
Malicia fût partiellement étonnée de la réponse, elle même n’était pas prête à traverser ce lieu. Elle se demandait si ce n’était pas plus rapide de sauter directement. Néanmoins, ils n’avaient pas le choix, ils devaient continuer, et maudirent les fondateurs et le château de ces missions suicides. Elle l’attendit calmement. Dire quelque chose aurait été inutile, le rassuré également, cela n’aurait été que des mensonges, des paroles dont elle ne penserait rien. Il passa devant elle, entamant, la traversé. Malicia allait y aller à son tour, se concentrant sur les rochers, et sur ses pas, elle serait lente, mais elle y arriverait sans tomber. Elle espérait juste que c’était tout cette fois-ci, que plus rien ne leurs arriverait d’aussi effrayant.
Elle mit un pied sur la corniche lorsque Matéo prit la parole.

-Tu sais, avant de monter, là-dessus et de risquer de mourir une fois de plus, je me sens obligée de te dire quelque chose.


Malicia attendait, la suite s’attendant à tout, surtout à une critique, ou quelque chose dans ce genre. Son cœur était étrangement pincé, à la préannonce d’un aveu. Pour elle, il allait lui dire, qu’il ne voulait plus sortir avec elle, à chaque fois qu’ils se voyaient, ou presque ils risquaient leurs vies. Connaissant vaguement le passé de la jeune fille, où la plupart de sa famille était décédé, il était en droit de croire, que c’était elle, qui était maudite. C’est ce qu’elle pensait elle-même.

Elle regardait le jeune homme tout en pensant, et attendant des plus impatiemment la suite. Elle le considérait comme un ami, s’était involontairement attaché à lui, lui faisait confiance. Il lui avait prouvé qu’elle le pouvait, cependant était-ce une erreur ? Il marchait sans la regarder, par moment  la corniche s’effrita, et Matéo réussit à garder son équilibre justesse. Elle sursauta et avait peur, peur qu’il tombe, qu’il se fasse mal. Son dernier pas fut de trop pour la rouge or, des cailloux tombait, et la corniche était casé sur quelques bons centimètres. Son cœur se stoppa de battre quelques secondes.
 
-Mat….Ses mains allèrent instinctivement à sa bouge, pour stopper un futur crie de détresse. Soufflant, en voyant qu’il était toujours debout. Fait attention s’il te plait…..
A peine avait-elle finit, il parla, ne l’ayant presque pas entendu.

- Au cas ou Malicia, il faut que je t’avoue que… comment dire..je..t’apprécie….vraiment beaucoup, voilà. Je t’apprécie vraiment beaucoup.

Le cœur de la jeune fille se soulagea, au final il ne lui dit rien de répréhensible, seulement qu’il la considérait comme une bonne amie. Très bonne amie, serait peut-être exagérer, mais cela ravie tout de même la jeune fille. Elle voulu, lui dire qu’elle aussi, elle le considérait comme un ami, mais il accéléra le pas, laissant aisément la gryffondor entamer sa traverser.

D’un pas tremblant elle s’agrippa à la roche et monta sur la corniche. Sa cheville la lançait, mais elle serait les dents, il n’y avait pas d’autre moyen, que de crier à l’arrivé maintenant. Elle avançait doucement, tâtant les pierres avant de s’appuyer correctement dessus. Elle suivit Matéo, jusqu’à le voir escalader le mur de pierre. Le noir et jaune, était à quelques mètres d’elle. Mais des mètres qui allaient devenir compliqués pour la jeune fille. La corniche sur laquelle elle s’avançait, se cassa, lui laissant comme seule prise ses mains. Elle ne put retenir un crie de peur, voyant le peu de rebord existant, disparaitre sous elle.

De toutes ses forces, elle s’agrippa, cherchant dans le vide un moyen de poser ses pieds. Elle était souple, et cela lui servirait bien, car elle avait à grimper une bonne partie du mur. La plate forme lui paraissait loin, outre les deux mètres de hauteur qui la séparait de Matéo, il y en avait autant, voir plus, qui la séparait en distance. Elle se calma, prit son courage à deux mains, et s’appuya, de toute ses forces sur la roche poudreuse. Cherchant de nouvelles prisent pour se hisser, elle perdait par instant, des points d’attache, mais sa force mentale à résister au château était intacte. Elle se battra contre lui, quoi qu’il lui coute ! Enfin près de la nouvelle plateforme, elle attrapa la main que Matéo lui tendait, soulager d’avoir enfin finit. Une fois en haut, elle s’assit quelques minutes pour récupérer.

Lors de son ascension, la douleur de sa cheville, probablement cassé depuis, avait disparu, la peur l’ayant paralysé. Par conséquent, lorsqu’elle put se reposer, un peu, près de Matéo, la douleur se fit des plus vives et violente, qu’elle ne put en retenir une larme de douleur. Elle s’appuya sur le mur, la tête en arrière, les yeux fermés pour calmer, la sensation de douleur, mais ce n’était pas des plus évidents.

Jetant un regard à Matéo, elle ne put lui sourire pour le rassurer, à quoi cela servirait-il ? Il n’est pas stupide, et à voir sa cheville, qui avait presque doublé de volume, malgré le bandage, même le pire des cancres aurait remarqué qu’il y avait quelque chose d’étrange. Néanmoins, alimenter par l’orgueil et la fierté, la lionne se leva. S’appuyant d’abord sur le mur, puis sur Matéo qui était proche d’elle, il allait devoir l’aider à marcher, sinon, elle allait devoir ramper.


-Tu peux m’aider à marcher ? J’ai horriblement mal.


Sachant qu’il ne la laisserait pas tomber, elle s’agrippa comme il le fallait à lui. Ils commencèrent leurs nouveaux vagabondages dans un tunnel. Malicia regardait attentivement, où ils allaient. Visuellement rien de potentiellement mortel ne les attendait, mais rien n’était certain avec cet obscur monument en pierre. Les murs avaient quelques reliures, des décors, tous de couleurs jaune, ou noir, ça s’apparentait à une décoration asiatique. Aucun mot, aucun dessin n’était sur ces fresques, juste des lignes apaisantes. Les deux amis, marchaient doucement, afin de ne pas brusquer la cheville hors service de la jeune file. Pour Matéo cela devait être dur, ses jambes étant grande, il devait faire un effort pour faire de minuscule pas, afin que Mali claudiquant, suive la cadence en s’appuyant sur lui. Il aurait peut-être été plus simple qu’elle monte sur son dos, mais elle aimait son indépendance, et n’aurait jamais supporté d’être handicapé à ce point là.

Ils marchaient tranquillement tous les deux, en silence. Le seul bruit de leurs pas, devenait pesant pour la préfète, qui préférait parler que d’imaginer ce qui pouvait bien leurs arriver par la suite. C’est dans cette optique qu’elle reprit la parole.


-Sur la cornique, tout à l’heure, j’ai cru que tu allais me dire que tu voulais plus me voir !!! Après tout avec moi, tu es souvent à un millimètre de la mort ! ca ma rassuré ce que tu as dit, et sache que je te considère aussi avec un très bon ami !
Elle n’était que sincère en cet instant, après tout, il avait juste faillit mourir 5 ou 6 fois, en quoi une heure ? Ou plus peut-être elle l’ignorait, la notion du temps leurs était inconnu depuis la chute du balais. Elle se demanda tout à coup, qu’elle heure il était, depuis combien de temps ils étaient enfermer par le château, depuis combien de temps, ils risquaient leurs vies pour le château, et combien de temps, ça allait encore durer.

Une salle se dessina devant, eux, ils étaient enfin arrivés dans un endroit sans risque, enfin elle l’espérait. En entrant, ils se stoppèrent instinctivement, le spectacle qu’ils découvraient était grandiose. Les mots étaient insuffisants pour définir la richesse et la beauté de ce lieu. D’aspect asiatique, cette salle avait au moins six fois la grandeur de la grande salle. Cela ressemblait à un véritable palais, au blason des Poufsoufles, tout était orné de bronze et d’or, avec des liserais noir. Des sculptures à l’image d’Helga, poufsoufle, parcourait les murs, avec d’autre personnes que Malicia ne reconnu pas toujours. Un grand trône, surplombait la salle, il était majestueux à l’image de cet endroit. Des tables étaient disposé de par et d’autre de la salle. La lionne, avait l’impression, qu’il y avait eu des banquets dans cet endroit, ainsi que des bals, l’espace central ressemblait à une piste de danse. Elle s’imaginait quelques secondes, cet environnement vivant, et glorieux dans une ancienne époque. Voyant virevolter les robe des demoiselles et les pas incertains des jeunes garçons, cherchant à courtiser le sexe opposés. Cette époque avait du être magnifique.
Elle regarda Matéo, en le dévisageant.


-Alors c’est toi le poufsoufle……… !

Poussant au détail son regard d’enfant, elle vu une table remplit de victuaille, enfin c’est ce qui lui semblait. De si loin, elle ne voyait pas tout. Elle incita Matéo à marcher jusqu’au point qu’elle avait vu. En effet il y avait à manger, et à boire, Malicia reconnu immédiatement ce qui l’intéressait. Il y avait une potion antidouleurs, et l’autre pour réparer les os, elle s’empara des deux, et prit une gorgée de chaque afin de se soigner.

La rouge or, refit face, à Matéo, elle savait qu’il ne devait probablement rien comprendre à ce qu’elle lui avait dit, et préféra lui expliquer doucement les choses. LA bague de gryffondor apparu alors à son doigt, sans intervenir dans son esprit.


-Tu as remarqué que le château était détraqué. En faite c’est un processus de défense. Les directeurs, et sous directeurs, doivent en principe protéger le château, magiquement, non seulement pour des attaques et sa prospérité, mais aussi pour les sortilèges de contrôle, comme l’invisibilité, l’éternité….. Le sortilège d’éternité est important, puisqu’il permet au château d’être autonome, et de fonctionner, pendant plusieurs années. En principe, il est à refaire tous les 100 ans. Cependant, avec l’état de notre directeur, actuelle, ce n’est pas le cas, il n’a pas été relancé. D’où ses problèmes magiques, les disfonctionnements sont dù à ça, c’est son signal d’alarme. Afin de lui éviter l’implosion, les fondateurs lui ont créés un système de défenses en cas d’urgence. Le château choisit, quatre élèves appartenant chacun à une maison, ces élèves auront pour rôle de réanimer toute sa structure magique, qu’il épuise chaque jour, un peu plus. Le choix des élèves se fait par épreuve, de force et épreuve psychologique, chacun d’eux se verront attribuer une bague, dont le rôle m’est encore inconnu. Tu te souviens, j’ai eu la bague de gryffondor, une de mes amies à celle de serpentard, et toi tu dois probablement être le poufsoufle, la bague est ici……..Je comprends mieux maintenant, pourquoi nous nous sommes rencontré.


Elle s’appuyait sur la table, laissant Matéo planer dans ce lieu si il le souhaitait. Malicia était heureuse, ils avaient presque fini la journée, c’était ce qu’elle pensait…….mais cela n’était peut-être pas au goût du château.
1777
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeaux Wellen
Jum's en 4ème ~ Pouffy
 Jum's en 4ème ~ Pouffy
avatar

Nombre de messages : 82
Maison, Camp, Poste : Elèves en 4ème
Sort préféré : SILENCIO !!!!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Eux...
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Lun 29 Juil 2013 - 16:19

Le jeune homme attrapa la main de la Gryffondor et aussitôt il se remit à rougir. Il allait se mettre à bafouiller lamentablement quand il remarqua à quel point la demoiselle était pâle et pas au mieux de sa forme. Sa cheville semblait pulser au rythme de sa propre vie, doublant son volume habituel et prenant une teinte peu avenante. Aussitôt c'est l'inquiétude qui le gagna et la jeune femme eu beau le rassurer d'un signe de tête, il n'était pas dupe.
Le Poufsouffle chercha du regard quelque chose susceptible de les aider mais rien ne lui tapa dans l'œil alors il avança doucement vers la lionne, au moment ou elle lui demandait son aide.


"Tu peux m’aider à marcher ? J’ai horriblement mal."
- Appuis toi sur moi, y a pas de problème.


Il laissa Malicia prendre appuis sur son épaule et il dut légèrement se baisser pour l'aider, et facilement la maintenir. Le dos courbé ainsi n'était guère pratique mais si cela pouvait soulagée son aimée, il tiendrait des heures si besoin était.
Ils s'engouffrèrent donc dans les obscurs tunnels du château, arpentant sans relâche en regardant les décors et les dorures. Matéo n'osait pas trop parler, de peur de se trahir en terminant chaque phrase en bégayant ou en étant plus mure qu'une tomate. Il se rappelait très bien de la réaction de la rouge à ses précédentes déclarations, il n'était pas prêt à mourir de nouveau tout de suite.

"Sur la corniche, tout à l’heure, j’ai cru que tu allais me dire que tu voulais plus me voir !!! Après tout avec moi, tu es souvent à un millimètre de la mort ! ca ma rassuré ce que tu as dit, et sache que je te considère aussi avec un très bon ami !"

* -_-" *

Le blondinet se fit la réflexion que sa camarade n'était vraiment pas douée sur les sentiments, et qu'elle n'avait encore une fois rien comprit. Il commençait à désespérer de lui faire comprendre la nature de ses émotions. Il était presque prêt à la lâcher, à la plaquer contre ce foutu mur pour juste l'embrasser  mais le rappel des poings de la rouge et or suffit à lui faire garder son sang froid et sa bonne conduite.
Il réfléchit rapidement à ce qu'il pourrait dire sans pour autant faire une déclaration dégoulinante de mièvrerie mais encore une fois il fut sauver par son ami Poudlard qui leur donna enfin accès à une nouvelle salle. Celle-ci était si grande qu'on aurait pu y mettre tout un pan du château... On aurait dit l'aile des jaunes, tout y était aux couleurs de sa maison, magnifique et somptueux. Des portraits de la créatrices de sa maison dansaient autour d'eux, accompagné de divers directeur de Poufsouffle. Il reconnu aussi la petite fille d'Helga, du temps ou elle avait dirigé sa maison. Il posait son regard partout, dévorant avec adoration toutes ses décorations.


"Alors c’est toi le Poufsouffle……… !"
- Quoi ?


Le blond aux grands yeux bleu regarda la rouge sans trop comprendre. C'est quoi cette affirmation, évidement qu'il était un Pouffy, elle le savait déjà depuis longtemps, non ? Elle l'orienta vers un point, le forçant à l'aider pour s'y rendre. Il accepta de bon cœur mais commençait à se demandait ce qu'il faisait ici. Il la regarda prendre les quelques fioles après l'avoir lâché, il fronça des sourcils pas très confiant mais apparemment la jeune femme savait ce qu'elle faisait. Et puis elle était bien plus habituée que lui aux blessures.

- Je ne comprends rien Mali.

La préfète lui fit de nouveau face et un anneau apparut à son doigt. Il avait déjà vu cette bague !!! Lors de leur première rencontre il y avait une éternité maintenant !!! Il remarqua qu'elle était prête à éclaircir sa lanterne aussi reporta-t-il toute son attention sur elle.

"Tu as remarqué que le château était détraqué. En faite c’est un processus de défense. Les directeurs, et sous directeurs, doivent en principe protéger le château, magiquement, non seulement pour des attaques et sa prospérité, mais aussi pour les sortilèges de contrôle, comme l’invisibilité, l’éternité….. Le sortilège d’éternité est important, puisqu’il permet au château d’être autonome, et de fonctionner, pendant plusieurs années. En principe, il est à refaire tous les 100 ans. Cependant, avec l’état de notre directeur, actuelle, ce n’est pas le cas, il n’a pas été relancé. D’où ses problèmes magiques, les disfonctionnements sont dù à ça, c’est son signal d’alarme. Afin de lui éviter l’implosion, les fondateurs lui ont créés un système de défenses en cas d’urgence. Le château choisit, quatre élèves appartenant chacun à une maison, ces élèves auront pour rôle de réanimer toute sa structure magique, qu’il épuise chaque jour, un peu plus. Le choix des élèves se fait par épreuve, de force et épreuve psychologique, chacun d’eux se verront attribuer une bague, dont le rôle m’est encore inconnu. Tu te souviens, j’ai eu la bague de Gryffondor, une de mes amies à celle de Serpentard, et toi tu dois probablement être le Poufsouffle, la bague est ici……..Je comprends mieux maintenant, pourquoi nous nous sommes rencontré."

Le flot de parole lui tomba sur la tronche et il mit un petit moment à ce que les informations fassent leur chemin.  Alors comme ça il était quelqu'un ? Juste lui ? Pas lui et sa jumelle, non, Matéa n'était pas dans l'histoire !!! C'était juste lui que le château voulait et pour une étrange raison cela lui gonfla le cœur de reconnaissance et de joie. Il attrapa les mains de la rouge et or pour l'emporter dans quelques pas de danse tout joyeux !
Et puis mue par une envie subite il serra la Gryffondor contre lui, et déposa un doux baisé sur le bout du nez de la jeune femme et plongea son regard dans celui de sa belle :


- Je t'aime vraiment beaucoup jolie Malicia.

Après quoi il se redressa et ne se rappelant pas les réactions de la cinquième quand elle avait passé la bague, il alla à la table, attrapa le magnifique et très fin anneau et le passa directement à son doigt :

- Tu comprends ce que...

Il s'effondra comme une masse, se cognant violemment la tête sur la coin de la table mais il ne sentit rien, trop enfoncé dans l'espèce de coma/inconscience que provoquait la bague. Un peu de sang s'écoula de la plaie qu'il venait de se faire, teintant sa chevelure blonde de la même couleur que celle de la Gryffondor.




[1088]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Lun 29 Juil 2013 - 21:12

 La lionne était accoudée sur la table, attendant que les effets des potions fassent leurs effets. Elle regarda Matéo, après lui avoir donné au mieu une explication. Il avait l'air absent, à mille lieux de son corps, pensant, ou tout du moins essayant de penser. La demoiselle souriait, c'était amusant de le voir aussi surprit, et encore plus de le sentir impliqué. Elle eu peur une fraction de seconde qu'il refuse son rôle, de peur de mourir encore une fois. Le regard du blondinet, changea, il s'éclaircit d'un coup, fixant Malicia une dizaine de seconde, avant de s'approcher de la jeune femme.
Il lui prit les mains, et l'emmena dans quelques pas de danse. La rouge or, se prit au jeu en rigolant de la situation. Il avait l'air tellement heureux d'avoir été choisit par le château, que cela réjouit également la jeune femme. Néanmoins elle allait rapidement déchanté. Il l'a prit doucement dans ses bras, et lui déposa un baiser sur le nez. La surprise était net sur son visage, complètement étonnée, elle ne comprenait pas son soudain comportement. Mais Matéo, éclaira, à son plus grand regret, sa lanterne.


-- Je t'aime vraiment beaucoup jolie Malicia.

Malicia resta sur place, sans bouger, à moitié paralyser. Elle ne put mettre en garde Matéo sur la bague, ne put lui dire quoi que se soit, ou bouger, et même entendre la fin de la phrase du Poufsoufle, avait été trop dure. Elle ne s'attendait pas à ça. Alors que Matéo, touchait le sol, Malicia elle aussi le touchait, trop choqué pour rester debout encore un instant.
Son cerveau était vide, elle ne pensait à rien, le temps s'était arrêté pour elle, seul les mots de Matéo raisonnaient dans sa tête. Les yeux de se dernier avaient cette lueur de sincérité qu'elle lui connaissait, il ne pouvait lui mentir. En tournant dans tous les sens la phrase de Matéo, cela n'avait aucun sens. Comment pouvait-il l'aimer? Pourquoi lui mentirait-il? Pourquoi s'amuserait-il d'elle? il l'aimait, en faite il était sincère, et c'est sur cette pensée, qu'elle cligna des yeux pour la première fois depuis trois ou quatre minutes.

Le corps de Matéo était endormi non loin d'elle, une bague jaune à la main, la tête écorché. Elle voulu se lever, afin de voir comment il allait, mais c'était trop dure. Elle ferma les yeux. Son cœur criait de douleur, elle avait l'impression qu'il se brisait en mille morceaux. Cette douleur, lui était insupportable. De son point de vue, il l'avait blessé, s'étant jouer de sa confiance, et des sentiments qu'elle éprouvait pour lui. Elle se sentait simplement trahit au plus haut point par l'un de ses amis. La respiration inégale de la jeune fille la fit revenir sur terre. Elle se recroquevilla sur elle même, des larmes coulèrent sans prévenir. Son cœur était déchirée, elle n'en comprenait pas la cause.

Malicia ne comprenait pas ce qui lui arrivait depuis quelques jours. D'abord, elle était devenue amie avec une Serpentard, l'appréciant au point de l'inviter pour les vacances. Puis elle s'était liée à Matéo. Il était différent des autres garçons, il ne lui demandait pas d'être quelqu'un d'autre, au contraire, il la laissait être elle même. A moins, qu'elle se sentait en confiance avec lui, et que son naturelle profond prenait doucement le déçu, comme avec la Serpentard. Cependant, ce n'était pas normal, elle ne se laissait jamais aller d'habitude. Elle ignorait, le point de départ de se changement soudain.
Reprenant doucement conscience de ses moyens, des centaines de sentiments la parcouru. Premièrement elle en voulait à Matéo, profondément, le trouvant injuste, méchant, et égoïste. Elle voulait juste un ami, une personne en qui avoir confiance, et au final il était comme tous les autres! il l'avait trahit. Puis triste pour lui, triste car elle ne partageait pas ses sentiments, le concept amical étant déjà nouveau pour elle, il ne fallait pas sauter trop d'étape d'un coup. Ensuite, elle se sentit seul très seul, comme toujours.

La bague de Gryffondor essaya de la calmer, afin qu'elle contrôle ses émotions, mais elle ne le voulait pas. Pour la première fois, elle l'a contrôla, et se contrôla elle même. Ses sentiments étaient important depuis peu, après les avoir évités, contrôler au point d'en ressentir aucun, pendant plusieurs années, elle voulait les garder. Puisque même si, ils étaient douloureux et désagréables, elle savait au fond d'elle, qu'ils étaient importants.
Malicia se leva, contrôlant ses émotions, des larmes coulaient toujours de ses prunelles. Elle en voulait toujours à Matéo, mais lui ne comprendrait jamais pourquoi. Elle s'accroupit près de lui, vérifiant la profondeur de la blessure, ce n'était rien, juste une égratignure. Il dormait, comme un enfant. Elle le tira du mieux qu'elle pu, pour le positionné plus confortablement, avec des couvertures qu'elle trouva de part et d'autres de la pièce. Personne ne pouvait prédire combien de temps cela allait durer. Par instinct, elle s'éloigna de lui, partit dans un coin et se changea. Ses vêtements de quidditch étaient boueux, humide et froid. Puisqu'une partie de ses vétements, était tombé dans le vide, elle n'avait plus grand choses dans son sac. Elle se résigna, et mit une mini jupe et un simple débardeur. A part cela, elle avait trois robes de soirée, ce qui était loin d'être de circonstance.

La jeune Gryffondor, s'assit à plusieurs mètres de Matéo, elle ne tenait pas à l'approcher. Elle se mit en tailleur, s'appuya de tout son dos contre le mur le plus proche. Son cœur était fatigué. Elle regarda, Matéo dormir, il était si serein, et elle si anéanti...Elle ferma les yeux, des souvenirs lui revinrent à l'esprit.
En réalité, les mots de Matéo, elle les avait déjà entendus, une fois. C'était il y a quatre ans. Son grand père lui avait proposé de rejoindre son meilleur ami, pour les vacances de printemps, lorsqu'elle était en première année. Elle avait évidement accepter, trop heureuse de voir cette homme, qu'elle appréciait tant! Ils s'entendaient comme des frères et sœur. Seulement, ces vacances avaient tourné au drame. Lui aussi était tombé amoureux d'elle. Elle se souvenait de cette nuit comme si c'était hier.
Ils étaient au bord d'une plage australienne, il faisait un peu froid, mais le ciel était incroyablement étoilé. Aujourd'hui, elle aurait peut-être découvert le poteau rose, l'ambiance était assez romantique. Ils marchaient tranquillement, et tout à coup il s'était lui aussi confessé. Ils se regardaient dans les yeux. Malicia ne croyait pas en se genre de sentiment.
-Tu es dingue! Je ne vois pas pourquoi tu m'aimes?!
-Mali', je t'aime c'est tout, j'aime ton sourire, quand tu te trompes, tes yeux quand tu es gênée, tes fossettes quand tu souris avec une arrière pensé. J'aime quand tu me sautes sur mon dos le matin, pour me montrer que tu es là. Je t'aime c'est tout.
- Tu es un abruti!
Sur ces quelques mots, elle s'était enfuie et quitté l'australien en quelques minutes par la poudre de cheminette. Lorsqu'elle était rentré, son grand père l'avait sentit, et il savait ce qu'elle ressentait. Il avait essayé de la faire parler, lui demander ce qu'elle ressentait, qu'elle assume enfin ses sentiments. Mais au contraire elle s'était un peu plus renfermer, et souffert à l'intérieur. Depuis ce jour, elle ne l'avait jamais revu. Avec du recul et un peu de maturité, peut-être qu'elle l'aimait au fond, ou l'avait aimé.....mais elle avait eu peur.
Ce souvenir, en amena un autre, plus récent. Celui de son grand père sur son lit de mort. Avant de succomber, il avait essayé de lui parler, et c'est seulement aujourd'hui qu'elle comprenait vaguement ses mots.
-Malicia, je sais que tu as du mal à aimé les gens, mais.......tu es jeune, et je veux que tu sois heureuse! Je sais que aimer c'est synonyme de souffrance pour toi, mais quand j'ai commencé à aimé ta grand mère....c'était magique. Et malgré sa mort, je ne l'ai jamais regretté.........j'aimerai que toi aussi tu vives ça un jour, que tu prennes conscience qu'aimer peut-être, une merveilleuse aventure.
La Gryffondor, ne put échapper quelques sanglots, ce vieil homme lui manquait. Elle ne comprenait pas le sens de ses paroles, encore aujourd'hui, mais elle savait qu'il avait raison, chose qu'elle refusait il y a deux mois de cela. Elle fut attiré par un bruit, c'était Matéo, il se réveillait. Elle s'essuya les yeux rougient par les larmes, et s'approcha de lui une distance raisonnable.


-Ca va? Pas trop dur le plongeon dans le temps?

Elle aurait pu lui parler, du livre, des bagues, du château pendant des heures, sans en éprouver quoi que ce soit. Mais ce n'était pas sa véritable préoccupation. Elle avait déjà perdu un ami, une fois pour sa bêtise, elle ne voulait pas le perdre lui, mais ne savait pas comment s'y prendre. Elle se résigna à s'approcher de lui plus près, afin de discuter, plus calmement, elle ignorait ce qu'elle allait dire, mais, ce n'est pas à trois mètres de distance qu'elle s'en sortirait. Malgré tout, elle se terra dans le silence.
Et oui, la grande Malicia Kach, qui collectionnait les petits amis, était incapable d'éprouver des sentiments, quel beau paradoxe! Elle se cachait d'elle même, en sortant avec autant de garçon...


-Matéo.............Je.....Mat', tu.......


Elle souffla, elle n'arriverait pas à dire quoi que se soit. Prenant son courage à deux mains, elle respira un bon coup et recommença.


-Tu étais sérieux tout à l'heure?......quand tu m'as dit que tu m'aimais.......

Ne souhaitant pas croiser le regard de Matéo, elle préféra continuer tête baissé.

-Matéo, je ne veux pas te faire souffrir, mais je suis incapable d'éprouver ce genre de sentiment, rien que l'amitié me semblait illusoire il y a deux mois......Je n'ai jamais cru en l'amour, c'est.....à mon sens un sentiment.....horrible. On souffre à chaque fois, même toi tu en souffre......Mais je ne veux pas te perdre........je.........tu es important pour moi, tu es un de mes seuls amis....aussi étrange que cela puisse paraître......

Elle le regardait à présent, en parlant, elle avait eu ce courage. Mais les baissa aussi tôt, après réflexion.


- Tu dois être dégouté non? On a du te dire que je sortais avec pleins de garçons, que je disais jamais non.....c'est surement comme ça que tu me vois au fond toi aussi..............c'est aussi pour ça, que j'ai eu envie de changer.....et de ne plus jamais sortir avec quelqu'un, sauf si je tombe amoureuse, mais ça c'est impossible!!!

1706
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeaux Wellen
Jum's en 4ème ~ Pouffy
 Jum's en 4ème ~ Pouffy
avatar

Nombre de messages : 82
Maison, Camp, Poste : Elèves en 4ème
Sort préféré : SILENCIO !!!!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Eux...
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Lun 29 Juil 2013 - 23:07

Le blondinet ouvrit les yeux, incertain sur la situation. Peu certain alors de ce qu'il devait dire ou faire, il ramena ses jambes contre lui et soupira en se massant doucement la nuque. Sa main était poisseuse, du sang. Il avait du se cogner en perdant connaissance. Il repassa le film du temps en marche arrière, faisant le tri de ce qu'il venait de vivre, de ce qu'il croyait avoir vécu et de ce qui c'était réellement passé.

* Bouse ! J'ai avoué clairement à Mali que je l'aimais !!! *

Il plissa les yeux, les ferma et se maudit durant de longues minutes. Sa tête le lançait un peu, il avait vaguement faim mais la perspective d'affronter la rouge en colère diminuait notablement ce fait. Il entendit les sanglots de la jeune femme et faillit lui aussi se mettre à pleurer. Quel idiot, il ne pouvait pas se taire non ? Mais il voulait être honnête avec elle, même si il ne lui demandait absolument rien en retour, il avait juste voulu être sincère.


"Ca va ? Pas trop dur le plongeon dans le temps ?"

- Ca va merci. Etrange disons.

Ce moment dans les vapes avait été tout à la fois étrange, intense, improbable et jubilatoire. Mais ce n'était pas le moment, d'abord il devait s'expliquer avec la préfète car il voyait bien qu'il lui avait fait de la peine. Peut-être était-elle déçue que ce soit un avorton comme lui, idiot Poufsouffle, qui soit tombé amoureux d'elle. Il remarqua qu'elle l'avait bien installé et son cœur se réchauffa légèrement. Mais il se dégagea, prit sa baguette pour se nettoyer un peu et retirer le sang d'un" Tergeo", à croire que c'était fait exprès car ils l'avaient appris la semaine dernière.

"Matéo.............Je.....Mat', tu..."

Le dénommé leva rapidement la tête, envoyant voler ses cheveux blond en tout sens. Il fixait la jeune femme, percutant enfin qu'elle s'était changée, toute jolie dans sa jupe et son débardeur. Elle cherchait ses mots et il était partagé entre l'envi de se boucher les oreilles pour ne pas entendre ou l'aider à terminer sa phrase. Evidement tout dépendait de ce qu'elle voulait dire mais il ne savait plus si il était pressé ou non de le savoir. Il chuchota tout de même pour l'encourager...


- Je...
"Tu étais sérieux tout à l'heure ?......quand tu m'as dit que tu m'aimais......."

Il hocha vigoureusement la tête mais elle ne le vit pas, elle refusait même de le regarder alors ? Etait-il donc si répugnant ? Etait-il à ce point abject ? Mais elle ne laissa pas libre cours à son interrogation intérieur car presque aussi vite elle enchaina.

"Matéo, je ne veux pas te faire souffrir, mais je suis incapable d'éprouver ce genre de sentiment, rien que l'amitié me semblait illusoire il y a deux mois...... Je n'ai jamais cru en l'amour, c'est..... à mon sens un sentiment..... horrible. On souffre à chaque fois, même toi tu en souffre...... Mais je ne veux pas te perdre........ je......... tu es important pour moi, tu es un de mes seuls amis.... aussi étrange que cela puisse paraître......"

Le jeune homme sourit vaguement, il se sentait inexplicablement soulagé. Il réussit enfin à se lever car il avait capté le regard de la rouge et or, mais celle-ci, à bonne distance, baissa à nouveau la tête pour terminer.

"Tu dois être dégouté non ? On a du te dire que je sortais avec pleins de garçons, que je disais jamais non..... c'est surement comme ça que tu me vois au fond toi aussi.............. c'est aussi pour ça, que j'ai eu envie de changer..... et de ne plus jamais sortir avec quelqu'un, sauf si je tombe amoureuse, mais ça c'est impossible !!!"


Dire qu'il était choqué aurait été un euphémisme. Luttant contre sa tête qui tournait, il se fraya doucement un chemin jusqu'à la Gryffondor. Il lui attrapa le menton pour relever son visage afin de pouvoir aisément plonger son regard dans le sien, hors de question qu'elle le prenne pour l'un de ses connards qui arpentaient le bahut en ce faisant mousser comme un con. Elle pourrait lire en lui comme dans un livre ouvert.

- Ce serait presque à moi de te frapper aujourd'hui pour ce que tu viens de dire. Alors écoute moi bien car je ne recommencerais pas. TU ES UNE PERSONNE MAGNIFIQUE MALICIA !!! Et ne laisse personne te dire le contraire, surtout pas une bande de crétins décérébrés ! Sache aussi que le vent à le temps de devenir tempête de pluie de pétales de roses avant que tu ne me dégoute ! Je me fiche des rumeurs, des on-dit et de ce que tu as fait avant de me connaitre. Regarde qui j'étais avant, ce n'est pas glorieux.

Il l'a lâcha doucement et recula pour lui laisser de l'air. Il ne voulait pas violer son espace vital, il s'adossa à la table en se massant doucement la tête. Mais puisqu'il était lancé, autant vider son sac une bonne fois pour toute.

- Alors oui j'étais sérieux tout à l'heure. Je t'aime. Mais je ne te demande rien ! Ni de sortir avec moi, et encore moins de changer !!! Tout à l'heure tu m'as entendu te demander de sortir avec moi ? T'ais-je demandé officiellement d'être plus que mon amie ? Non. Je sais très bien que tu ne le veux pas, mais je suis sincère et je veux que tu sache ce que je ressent sincèrement pour toi.

Il sourit, et jeta un coup d'œil sur la table. Il n'y connaissait rien en potion, un vrai cancre. La douleur même vague devenait lancinante. Et il mourrait de soif, et un peu de faim. Il attrapa plusieurs choses qu'il renifla avant de les reposer. Aucune raison que quoique ce sois soit empoisonné mais comme il n'aurait pas senti une potion de mort même en ayant la fiole devant le nez... ça le rendait un peu parano.

- Dit tu crois que c'est comestible tout ça ? Et... tu pourrais me dire ce que je dois prendre pour mon mal de tête parce que je n'y connais absolument rien et j'ai pas ma boite de doliprane sur moi !

Il s'assit plus franchement sur la table. Il se sentait mieux que jamais, il allait enfin pouvoir être cent pour cent naturel maintenant qu'il avait tout avoué à la lionne. Et il espérait que ses explications l'avait calmée quand à la nature des sentiments qu'il lui portait.





[1082]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Mar 30 Juil 2013 - 8:40

 Malicia n'était plus en forme, pourquoi à chaque fois qu'elle était avec lui, il l'épuisait plus psychologiquement que physiquement?! Elle devait se l'avouer, en regardant Matéo, si ils se seraient rencontré il y a de cela 6 mois, lorsqu'elle sortait avec Steven, elle ne se serait pas gêné pour sortir avec Matéo à ce moment là, sans sentiments certes, mais ils auraient énervé tellement de monde que ça l'aurait amusé.

Mais aujourd'hui c'était différent, elle refusait de faire certaines choses juste pour choquée les gens. Elle aimait choquer, et faire des choses, étrange juste pour surprendre, mais plus rien n'aurait de rapport avec les sentiments amoureux des autres.

La rouge or, se prit tout à coup une gifle, pas réelle, mais une belle gifle mentale, qui la fit redescendre sur terre. Elle regardait, Matéo, dans ses yeux magnifiquement bleu, dans lesquelles des millions de filles auraient pu se perdre. Malicia pouvait y lire toute la sincérité de ses mots, tous les sentiments qu'il éprouvait. En temps normal, elle se serait sentit gêné avec autant de sentiment déversé sur sa propre personne, mais en cet instant elle trouvait ça agréable.

Elle était surprise, il n'avait jamais fait preuve d'autant de détermination devant elle, sauf pour rejeter sa soeur, mais ça c'était seulement un quiproquo entre les deux amis. Elle était abasourdie et ne dit rien. Il s'écarta, et lui laissa de l'air pour respirer. Malicia l'en remercia en silence. Mais elle n'était pas au bout de ses surprises. Par chance son cœur était relativement bien accroché et jeune!


- Alors oui j'étais sérieux tout à l'heure. Je t'aime. Mais je ne te demande rien ! Ni de sortir avec moi, et encore moins de changer !!! Tout à l'heure tu m'as entendu te demander de sortir avec moi ? T'ais-je demandé officiellement d'être plus que mon amie ? Non. Je sais très bien que tu ne le veux pas, mais je suis sincère et je veux que tu sache ce que je ressens sincèrement pour toi.


Au début, elle pensa qu'il souhaitait juste retourner le couteau dans la plaie, histoire de la clouer au sol pour de bon. Mais pas du tout, il lui parla simplement de ses sentiments. Ne lui demandant rien en retour, il ne voulait pas qu'elle lui réponde, ou qu'elle change de comportement. Il lui avait dit ça pour information, comme lorsque l'on donne son âge, sauf que là le sujet n'était pas aussi anodin. Il était sincère, il faisait attention au sentiment de la Gryffondor, il savait que ses sentiments n'étaient pas partagé, et pourtant il s'était confessé, par sincérité.

Malicia le vit, près de la table, cherchant quelque chose qu'il n'avait pas l'air de trouver. Elle s'avança vers lui, ignorant comment réagir. Elle hésitait, elle savait qu'il voulait qu'elle reste naturelle, mais avait peur de le faire souffrir inutilement. Mais elle reprit ses esprits, être elle même, était le meilleurs moyen. La rouge or s'approcha de Matéo, et s'incrusta dans ses bras, la tête sur le torse de Matéo, elle souhaitait être sincère elle aussi.


-J'imagine que tu aimes et détestes ce que je fais.....mais j'ai plus de sang français qui coule dans mes veines que anglais. Merci Matéo, de ne rien me demander, ça me rassure. Je vais essayer de faire plus attention à tes sentiments maintenant, j'imagine que ça n'a pas toujours été facile hier!
 
Elle se sépara de lui légèrement et continua en lui souriant à pleine dent.

-Tu comptais vraiment, me frapper? Moi une fille!!

Elle regarda ensuite les potions, qu'ils avaient devant eux. Elle sourit, pour elle chacune était évidente à identifier, mais cela ne semblait pas être le cas de Matéo. Ce dernier s'assit sur la table, n'ayant pas l'air au mieux de sa forme, sa rencontre avec la table avait été violente.

- Dit tu crois que c'est comestible tout ça ? Et... tu pourrais me dire ce que je dois prendre pour mon mal de tête parce que je n'y connais absolument rien et je n'ai pas ma boite de doliprane sur moi !

-Des dolipranes? C'est quoi? Un truc moldus? Prend celle là, ton mal de tête disparaitera. Elle lui tendit la plus jaune, elle stopperait les douleurs, mais ne le guérirait pas. Elle en tripota plusieurs, parfois les sentant parfois en examinant la texture, faisant des tas.

-là tu as des potions qui soignent, là celle qui change ton corps de différentes façon, et sur le dernier tas, tu as une potion de mort, un filtre d'amour, et ne tente même pas de m'en faire boire!


Elle prit l'une des potions, qui avait l'air d'une pommade. Elle en prit un peu et s'approcha du front de Matéo, lui en étala un peu sur le visage afin que sa blessure cicatrise.

-Ca te lancera moins comme ça, mais je te promets rien....tu risques de garder une belle bosse. Ca t'apprendra à essayer une bague près d'une table.

Elle lui souriait, elle était plus calme et sereine. Elle était de nouveau elle même avec lui, ne lui épargnant aucune remarque, comme toujours. Elle jeta un œil à la salle, visuellement il n'y avait pas de porte, pas de sortie excepter là où ils étaient venus.....

-Je ne sais pas comment on va sortir d'ici......


A ces mots, une forte tempête les entoura plaquant Malicia contre Matéo, les soulevant du sol. La puissance du vent, leurs fit parcourir, la salle, le tunnel à la vitesse éclair. Malicia s'agrippa à Matéo, elle ignorait où ils allaient, mieux valait qu'ils restent ensemble, juste au cas où l'un d'entre eux se fracassait le crane contre un mur. Tout à coup, la suite des événements devenaient clair! Ils étaient dans le vide, dans le précipice qu'ils avaient soigneusement évité plusieurs fois. Ils descendaient rapidement, sans fin, sans atterrissage. Si le château ne les protégeaient pas, ils mourraient à l'arriver.

Une chute d'eau était dernière eux, et bouillonnait, une grande étendu d'eau était près d'eux maintenant. Ils s'y enfoncèrent avec bruit, la puissance de la chute les séparèrent, les bouillons de la chute d'eau se mélangeant dans la rivière créait d'important courant. Malicia se faisait emmener comme une simple feuille dans le vent, lorsqu'elle percuta violement un rocher qui l'assomma et évacua le peu d'oxygène qui lui restait dans les poumons. Doucement elle s'installa dans des abimes où elle n'était pas sur de revenir. Une chose fût sure lors des dernières seconde où elle était consciente, Matéo était seulement un ami pour elle.
Tout à coup, son corps se courba, et elle recracha toute l'eau qu'elle avait avalé. Comment était-elle revenue sur la terre ferme? Comment était-elle sortit de l'eau? elle l'ignorait complètement. Reprenant son souffle, elle pu articuler quelques mots, en toussant...


-Matéo?
1114
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeaux Wellen
Jum's en 4ème ~ Pouffy
 Jum's en 4ème ~ Pouffy
avatar

Nombre de messages : 82
Maison, Camp, Poste : Elèves en 4ème
Sort préféré : SILENCIO !!!!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Eux...
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Mer 31 Juil 2013 - 14:07

Assis sur la table, les jambes dans le vide en tapant nerveusement ses pieds l'un contre l'autre, une main en appuie derrière lui et l'autre sur son crâne, Matéo se demandait ce qui allait arrivait par la suite. Il espérait de tout cœur que Malicia parviendrait à rester elle même car c'était ça qu'il adorait chez elle. Quand soudain la Gryffondor vint se blottir contre lui, il sourit au plafond. Alors oui elle avait comprit, il la serra doucement puis relâcha son étreinte, soulagé.

"J'imagine que tu aimes et détestes ce que je fais...  .... .... Tu comptais vraiment, me frapper? Moi une fille !!"

Il attendit qu'elle termine de parler pour prendre la parole à son tour, il avait baissé ses mains et regardait intensément la jeune femme, battant des jambes dans le vide sous la table.

- Je ne déteste pas, je peux pas dire non plus que je n'aime pas. J'aime juste que tu sois toi ! Et j'avais remarqué que tu étais une fille, pour ça que je ne t'ai pas frappée figure toi !

Il éclata de rire, mais du se stopper rapidement car sa tête pulsait douloureusement. Il lui demanda donc si elle pouvait l'aider à dénicher quelque chose dans tout ce qui occupait la surface auprès de lui car si il ne faisait rien il allait finir par ne plus pouvoir bouger.
Dingue comme après toutes leurs aventures, c'était une simple petite plaie à la tête causé par un évanouissement qui risquait d'avoir raison de lui.


"Des dolipranes ? C'est quoi ? Un truc moldus ? Prend celle là, ton mal de tête disparaitra."
- Oui c'est médicament moldu. Efficace mais plutôt long pour agir par rapport aux potions.

Il s'empressa de prendre la fiole pour en boire un gorgée, peu après la rouge et or armée d'un baume massait doucement la plaie pour la faire disparaitre à son tour. Il fut rapidement soulagé et si il restait une mince trace du choc, la douleur et l'inconfort eux, étaient bel et bien partis.
Elle lui avait expliqué la façon dont elle avait trié les diverses décoctions après les avoir regardées ou senties, mais cela ne le préoccupait guère. Maintenant qu'il se sentait mieux, ne persistait que la faim et un vague sentiment de soif.
Le jeune garçon se plongea donc dans l'observation... de la table, pendant que Malicia parcourait la salle.
Mais ils n'eurent le temps de rien, ni l'un, ni l'autre. Le Poufsouffle, une main en l'air prête à attraper une coupelle remplie de fruits apparemment délicieux, fut plaqué contre la lionne, férocement. Il ne s'en plaindrait pas même sous la torture mais la tempête venant avec ne le rassurait pas tellement.
Néanmoins, il ne donnait pas cher de sa peau sans la rouge, alors il l'agrippa et ferma les yeux en adressant une courte prière à tous les dieux qu'il connaissait pour que tout s'arrête et qu'ils se retrouvent sain et sauf l'un à coté de l'autre en sécurité.
Mais il n'y a pas de Dieux dans le château, ou celui-ci se nomme Poudlard et il n'en fait qu'à sa tête !
Les deux, toujours accroché comme une moule et son rocher, atterrirent dans l'eau avec violence. Le courant était fort et cela bouillonnait férocement. Le jaune eu le temps de penser qu'il n'aurait pas survécu à cette chute si Malicia ne l'avait pas soigné la haut.
La force de l'entrée dans l'eau lui fit tout lâcher, il avala plusieurs grandes gorgées d'eau qui lui brûlèrent aussitôt la gorge, le nez et les poumons. Mais il réussit à se maintenir la tête hors de l'eau et à attraper une sorte de grosse branche. Il remonta le long de sa prise, s'apercevant qu'il s'agissait en faite d'une énorme racine d'un tout aussi énorme arbre.
Il grimpa dessus aussitôt pour essayer de voir ou était sa camarade, voulant l'orienter vers lui. Mais il vit le corps de la jeune femme percuter un rocher avant de s'enfoncer lentement dans les profondeurs.
Matéo n'est pas toujours très futé, mais il fallait croire que l'amour, en plus de donner des ailes, pouvait vous mettre un peu de plomb dans la cervelle.
Si vite qu'il eu fut étonné lui même après coup, il sorti sa baguette, fit apparaitre une corde qu'il noua d'un autre sort à l'arbre pendant qu'il attachait le reste à sa taille. Puis sans plus réfléchir, il sauta de nouveau dans le torrent déchainé. Il eu de la chance de rapidement trouver la Gryffondor dont le corps inconscient était bloqué par d'autres branchages et rochers un peu plus bas. Il avait laissé un peu de longueur à la corde et il s'en servit pour attacher la jeune femme avec lui, puis il commença à essayer de remonter le courant vers le gros arbres.
Seulement seul ça aurait été dur, mais avec le poids de la rouge dont il fallait maintenir la tête hors de l'eau, c'était pratiquement impossible.
Une fois encore, le jeune homme eu un éclair de géni. Il attrapa la belle pour la plaquer contre lui et se laissa partir sur le dos, flottant. Récupérant ainsi l'usage d'un bras, il usa d'un sort d'attraction sur l'énorme tronc derrière lui. Evidement, le chêne immense ne bougea pas et à la place ils avancèrent lentement vers l'endroit d'où il avait sauté peu avant.
Il du aller lentement, pour maintenir sa prise sur la préfète ainsi que sur sa baguette. Mais enfin il parvint à son but et pu contourner la racine afin qu'elle les retiennent.
Il jeta alors sa baguette sur la rive et monta sur le rivage à son tour, entrainant Malicia avec lui d'un cri. Il était à bout de force, mais ils étaient tous les deux hors de l'eau.
La Gryffondor était toute pâle et trempée. Comme lui s'il s'était regardé mais il n'en prit pas le temps.
Il les détacha puis emmena la jeune femme à l'abri dans la petite clairière derrière le chêne. Il la tenait comme une princesse, ce qui le fit sourire doucement mais l'était de la demoiselle Kach le préoccupait.
Il récupéra sa baguette après avoir allongé la belle, puis il alluma de nouveau un feu. Il alla alors au chevet de la lionne. Hésitant, il essayait de trouver une autre bonne idée, mais il avait épuisé le stock.


* Bon, pas le choix, j'espère juste qu'elle ne me tuera pas *

Là dessus il remercia mentalement ses parents de les avoirs collés, Matéa et lui, dans un centre aéré aux dernières vacances car ils y avaient apprit quelques trucs utiles...
Il prit le pouls au niveau de la carotide et fut un peu rassuré. Il les sécha d'un sort venu du fin fond de son cerveau, puis il s'agenouilla auprès de la demoiselle. Il lui pinça le nez et attendit qu'elle ouvre légèrement la bouche. Alors il inspira (autant pour faire le plein d'air que pour se donner du courage), puis il descendit vers elle pour commencer à lui insuffler de l'air. Trois fois. Il allait recommencer quand le corps en dessous de lui hoqueta, il se recula et elle expulsa une grande gerbe d'eau.


* OUI !!!! Elle revient à elle !!! *

"Matéo ?"
- Je suis là. Va doucement, tu as faillis te noyer. Tu me croira jamais sur ou nous sommes.

Il avait en effet eu le temps d'observer les alentours, le chêne était l'énorme arbre qui donnait tant d'ombre... au lac... Etrangement, oui, ils étaient de retour au bord du lac, à quelques pas du terrain de Quidditch.
Il constata que ses connaissances magiques n'étaient quand même pas super car ils étaient encore bien mouillés. Pas trempés, mais mouillés.


- Je sais que tu vas râler, mais laisse moi faire, s'il te plais.


Et pour étouffer ses éventuels protestations, il prit la Gryffondor dans ses bras, en mode princesse, comme il l'avait fait plus tôt. Marchant sereinement mais avec détermination vers les vestiaires. Il donna un grand coup dans la porte de celui des Poufsouffle et il entra. Il posa la jeune femme sur le banc devant son casier d'ou il se dépêcha de sortir une serviette qu'il posa sur les épaules de sa belle. Puis rougissant lamentablement, il lui tendit la fleur. Fleur qu'il avait acheté la veille mais qu'il n'avait pas encore eu le courage de lui offrir, le lys enchanté pour être éternel. Il la lui mit dans les mains avant de se tourner pour presque entrer dans son casier, fouillant dedans pour se donner contenance en attendant la réaction de Malicia.





[1425]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Mer 31 Juil 2013 - 18:56

L'eau s'était invitée dans le corps de la rouge or, l'emportant doucement dans des abimes qu'elle commençait doucement à connaitre, grâce au château.

Elle se sentit revenir à la vie, respirer et devenir capable de se relever. La jeune fille se retrouvait sous une douce chaleur, un fin vent lui souleva ses cheveux. Elle ne voulait pas ouvrir ses yeux, ne souhaitant pas quitter ce sentiment de plénitudes. Attiré par un bruit qui s'approchait, elle se réveilla, une petite main, lui caressait le ventre. En ouvrant les yeux, elle pu voir, petite fille, qui lui ressemblait comme deux goute d'eau. Elle était brune, les cheveux long et fluide, sa peau était rosé, et ses yeux d'un marron très clair. Malicia sourit à cette vison, cette enfant était splendide.


-Maman, il va comment?

La rouge or, qui ne devait plus l'être depuis des lustres, était complètement paumé. Premièrement, la petite fille, l'appelait maman, donc Malicia était mère, ensuite qui était ce "il"? En regardant de plus près dans qu'elle direction regardait, la petite fille, qui était la sienne. Elle pu y voir un ventre, un gros, gros ventre. Elle comprit après plusieurs seconde que c'était le sien, elle était énorme, une montgolfière avait prit possession de son corps. Quel sortilège l'avait à ce point métamorphosé. La future maman, était allongé sur l'herbe, sous un arbre, se redressant difficilement avec ce ballon en plomb au niveau de son estomac. S'adossant à la structure de bois, elle aperçu où elle était. Ce jardin lui était familier, mais ne pouvait vraiment l'expliquer. Il était grand, au loin on pouvait voir un lac, le parc était arboré et la maison, semblait toute neuve. Pourtant, elle connaissait ce lieu, il semblait que c'était la maison de son enfance, mais.....elle avait été complètement rénovée, et le terrain aussi.

Reportant son attention, sur l'enfant qui ne se lassait pas de caresser son airbag avant, et parfois qui y collait son oreille espérant entendre quelque chose. La jeune mère, ne put s'empêcher de sourire, ce qu'elle voyait la ravissait. Cependant elle se demandait qui était le père de ses enfants, oui un père pas deux!!


-Tu parles du bébé? L'enfant releva la tête, probablement habitué aux longues réactions de sa mère. Ses yeux étaient puissants, et sensibles. Tout individus qui auraient vu ses prunelles brillante, auraient pris dans ses bras la jeune fille.

-Oui de mon petit frère, il va comment?

-Bien, il va bien ma puce. D'instinct, Malicia savait comment réagir, et comment elle appelait sa fille. Elle l'embrassa sur le front, et l'approcha d'elle, la prenant comme elle le pouvait, dans ses bras. La curiosité qui animait toujours l'ancienne Gryffondor, ne pouvait se calmer, malgré l'âge qu'elle avait prit.

-Dit moi mon cœur, il est où ton père?


-Il essaye de faire à manger. Il m'a demandé de venir te voir, sans faire de bruit. Maman, on pourra commander une pizza ce soir? Ce n'est pas bon quand Papa fait à mangé!


Malicia ne put s'empêcher de rire, elle ignorait avec quel homme elle était, mais cela la fit rire comme même. Elle présentait, ou ressentait que c'était un homme très attentionné, pour se mettre en cuisine en pleine après midi. Cependant elle n'avait aucun souvenir, de ses talents culinaires, et à en juger par les mirettes de sa fille, se n'était pas un cadeau.


-Papa, fait de son mieux, alors on goutera....et si ce n'est vraiment pas bon, on commandera des pizzas, c'est promis.

La futur maman, aurait pu rester ici, plusieurs heures, voir l'éternité, ce lieux et ce qui l'entourait semblait tellement agréable, que sa vie d'adolescente ne lui manquait pas. Pourtant une douleur apparu, aigue et insupportable au niveau du ventre, elle ne pu s'empêcher de crier. Sa fille inquiète décampa pour aller chercher son père. C'est la dernière image, qu'elle vu, avant de sombrer une nouvelle fois dans l'inconscience.

Elle sentit du liquide chaud remonter de ses poumons, jusqu'à sa bouche, le coté acide du liquide lui hérita la gorge violement. Elle était cambrer, et recrachait toute l'eau qu'elle avait pu boire involontairement. Ouvrant légèrement les yeux, elle vu de la terre battu, et de grosse racine, son rêve était bel et bien un rêve, et il était terminé. Cherchant son ami, elle l'appela, puisqu'elle ne le voyait pas. Elle haletait, elle pensait que d'autre liquide allait jaillir de sa bouche. La douleur que le reste lui avait infligée, était douloureuse jusqu'à ses cotes.

- Je suis là. Va doucement, tu as faillis te noyer. Tu me croiras jamais sur ou nous sommes.

La voix de Matéo, la rassura, il était là et allait bien, enfin elle le supposait. Elle essaya de retrouver sa respiration, ce n'était pas évident, son cerveau était hors service, et son corps endoloris par les spasmes qui l'avaient parcouru. Elle avait froid, très froid, ce qui lu était arrivé avait du lui prendre beaucoup de force, résultat son corps était fragile, et sensible. D'important frisson la parcourait. Elle essayait de se concentrer, mais elle avait besoin de repos, de reprendre sa respiration. C'était une noyade, encore une fois, elle avait faillit succomber au terrain de Poséidon. Pour la troisième fois de sa vie, elle avait échappé à la mort par l'eau, et pourtant elle n'était jamais habituée à ce sentiment d'impuissance que ce liquide avait sur elle.


- Je sais que tu vas râler, mais laisse moi faire, s'il te plait.

Malicia se retourna, pour faire face au blondinet, qui avait l'air d'avoir une idée dans la tête. Idée que la lionne n'allait surement pas apprécier à en écouter le jeune homme. Comme un devin, il avait raison, Malicia grogna lorsqu'il commença à la prendre dans ses bras. Cependant elle se laissa faire, elle se sentait incapable de marché. Ses forces étaient insuffisantes et le froid la bloquait pour l'instant. Le corps chaud de Matéo était agréable, et la réchauffait. La Gryffondor devait se reprendre, passer au dessus de cette histoire, s'en remettre, et cela pouvait prendre encore quelques minutes. Des minutes que Matéo ne semblait pas vouloir lui accorder. Elle posa sa tête dans le cou du Poufsoufle ne pouvant rien faire d'autre à cet instant que se concentrer sur la chaleur qui venait doucement la réchauffer. La rapidité qu'avait mis le noir et jaune impressionna Malicia, il était plus que déterminer à atteindre son but, et peu importait le poids qu'il avait dans es bras, et le probables effort qu'il avait du fournir avant. 

Il l'emmena dans les vestiaires des Poufsoufles, dont elle n'avait vu jusqu'ici que les douches, par l'intermédiaire du château. Comme elle l'imaginait, il était à l'identique de celui des Gryffondors à l'exception des couleurs. Il la déposa doucement sur l'un des bancs, avant de lui poser une serviette sur les épaules. Malicia était ravit et se réchauffait dans les vestiaires, elle s'emmitoufla dans la serviette, pendant que Matéo sortit une fleur, et lui mit dans les mains. La rouge or, fût surprise, mais elle sourit, c'était sa fleur préféré, et elle sentait comme l'original. Elle ne put s'empêcher de sourire béatement, amoureuse de la fleur. Son regard chercha Matéo, ce dernier lui tournait le dos, probablement gêné par ce qu'il venait de faire. Elle n'avait rien dit depuis qu'elle était revenue à elle, mais là elle n'avait plus le choix.


-Matéo...........

Elle ne savait pas quoi dire, il avait le don, de lui cloué le bec ce jeune homme. Pourtant, elle aurait aimé déverser de longue et importante parole. Malicia souhaitait qu'il l'a regarde, parler au dos du jeune homme n'était pas son envie. Elle se leva, ses jambes la soutenaient difficilement, et des frissons la parcouraient encore. Elle le força à se retourner, elle lui sourit, le voyant tout rouge. Elle se mit sur la pointe de ses pieds, et lui fit un bisou sur la joue.
-Merci, elle est superbe.

La Gryffondor retrouva sa place sur le banc, mettant ses jambes de chaque coté de la planche en bois. Elle n'avait pas envie de rentrer dans son dortoir pour l'instant, préférant rester un peu avec Matéo, encore. Elle souhaitait surtout s'assurer qu'il allait bien. Elle leva son regard sur Matéo, afin qu'il puisse le regarder aussi, malgré la gène qu'il devait ressentir.


-Merci aussi de m'avoir encore sauvé, il y a un mois je n'aurais pas parié dessus....


Matéo......je comprends l'intention que tu as eu en m'achetant la fleur, mais je..........je ne veux pas que tes sentiments te rendre si distant. J'imagine que c'est juste horrible,.........mais je ne veux pas que ça crée une barrière entre nous..............Je.............tu es adorable avec moi, mais j'ai pas envie que tu en souffres......je préfèrerai presque ne plus te voir, que te savoir souffrir.......même si c'est loin de mon souhait!

Ils étaient enfin au calme, le château n'allait plus les attaqué, ils avaient réussit leurs missions. Au fond-elle, elle espérait que c'était la dernière fois que ça leurs arrivait avec cette intensité. Repensant à leurs missions, elle finit par reprendre la parole.

-La bague......elle ta montrer quoi?

1501
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeaux Wellen
Jum's en 4ème ~ Pouffy
 Jum's en 4ème ~ Pouffy
avatar

Nombre de messages : 82
Maison, Camp, Poste : Elèves en 4ème
Sort préféré : SILENCIO !!!!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Eux...
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Mer 31 Juil 2013 - 22:56

"Matéo..."

L'interpellé serra plus fort la porte dans sa main droite et ferma plus fort les yeux. Le ton était doux mais il s'avait qu'avec la Gryffondor, il n'y avait que deux choix possible. Ou elle le prenait bien et cela ne changeait rien, ou elle l'enfermait dans le casier après lui en avoir collé une et elle le laisserait dépérir dedans jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Il avait acheté celle fleur la veille, espérant alors lui faire comprendre ses sentiments, ou trouver le courage de le lui avouer. Mais finalement tout s'était précipité et il n'en avait jamais eu le temps. Il espérait juste qu'elle ne le prendrait pas mal.
Soudain une main se posa sur son épaule et la rouge et or le força à ce retourner. La demoiselle se hissa alors sur la pointe des pieds pour planter un bisou sur sa joue.
Rêveur le garçon y posa la main et il sourit quand la jeune femme le remercia.
Après quoi elle retourna s'asseoir et il se réanima enfin. Il tira un jean et un tee-shirt propre de son casier, ainsi qu'un caleçon et des chaussettes qu'il prit soin de dissimuler aux yeux de la rouge en les planquant dans sa serviette puis il alla se poser en face de Malicia, serrant ses affaires contre sa poitrine.


"Merci aussi de m'avoir encore sauvé, il y a un mois je n'aurais pas parié dessus....
Matéo...... je comprends l'intention que tu as eu en m'achetant la fleur, mais je.......... je ne veux pas que tes sentiments te rendre si distant. J'imagine que c'est juste horrible,......... mais je ne veux pas que ça crée une barrière entre nous.............. Je............. tu es adorable avec moi, mais j'ai pas envie que tu en souffres...... je préfèrerai presque ne plus te voir, que te savoir souffrir....... même si c'est loin de mon souhait !"


Il lâcha son paquet et attrapa les mains de la cinquième en souriant calmement, la regardant de nouveau dans les yeux, confiant et sincère. Oui il n'était pas facile à suivre mais contrairement à ce qu'il montrait parfois, il se sentait très maladroit mais surtout très incertain et timide. Si bien qu'il rêvait à de belles choses à faire, mais quand il les appliquait la timidité le rendait fou.

- Je t'en supplies, ne fait pas une telle chose. Ce n'est pas une question de souffrir ou pas, c'est une question d'assurance dans mon cas.

Il prit un petit moment pour placer les mots correctement dans sa tête car il voulait vraiment expliquer ce qu'il ressentait à la préfète mais c'était la première fois qu'il se risquait à parler ainsi à une femme et il ne voulait pas s'emmêler les pinceaux.

- J'aime être avec toi, passer du temps avec toi, parler, rire... et même risquer nos vies.

La phrase fut dite avec humour, il gardait les mains de la rouge et or dans les siennes et fixait toujours ses prunelles bleu dans celles pralines de son amie. Il s'avança un peu sur le banc, sa serviette et toutes ses affaires tombèrent à ses pieds mais il s'en fichait éperdument.

- J'ai aussi envie de te faire plaisir, parce que j'aime ton sourire. Seulement parfois, j'ai peur de t'embêter avec mes sentiments. J'ai peur de te gêner, je crains que tu ne te lasse et m’envoie balader.

Il leva alors le regard vers le plafond en soupirant, décidé à vider son sac et à tout expliquer à la lionne pour qu'elle le comprenne mieux, il replongea son regard dans le siens avant de poursuivre dans un souffle.

- L'année dernière une fille de Serdaigle est "soit disant" tombée amoureuse de moi. Je m'en fichait pas mal et Matéa s'occupait de l'éloigner en général mais rapidement, j'en ai eu marre. Elle m'écrivait des poèmes, m'envoyait des cadeaux et essayait sans cesse de me suivre. Un jour je me suis énervé après elle et lui ai demandé de me laisser tranquille, je n’ai pas été très gentil et j'ai du la blessée. Mais je m'en fichait.

Il soupira, content de lui avoir confier cela. Il serra un peu ses doigts fins dans les siens et haussa ensuite les épaules en se redressant. Inconsciemment il s'était penché vers la demoiselle, jusqu'à être tout contre elle.

- Bref, je ne veux pas nous faire vivre ça. Alors si ma façon d'agir te gêne, dit le moi. Ainsi nous pourrons rester nous même et arrêter de nous prendre la tête régulièrement, non ?

Sur ce il lâcha ses mimines et se gratta la tête en riant. Puis il s'étira, se leva rapidement et réunis ses affaires au sol pour les poser sur le banc. Se rappelant alors que la lionne l'avait questionné sur la bague, il haussa nonchalamment des épaules.

- Je n'ai pas tout compris, nous étions toute une foule dans une sorte de grande pièce pleine de glace et de miroir, nous étions en rond et chantions des sortes d'incantations. Il y avait des potions, de la fumée et, tu étais là. Ta copine aux cheveux turquoise aussi, je t'ai vu avec elle près des toilettes de Mimi Geignarde. Enfin bref, c'est assez flou. Je me rappel des sabliers aussi, ils s'ouvraient après que l'on ai passé nos bagues sur les cristaux qu'il y a sur chaque. La salle de glace était derrière. Je portais un grand chaudron, il y avait un autre mec qui portait une sorte de gros sac et puis toi tu avais des objets dans un panier et ta copine des fioles dans les bras. J'ai aussi vu un duel à l'épée et j'ai assisté au jour ou ils ont ensorcelés le plafond de la grande salle. Mais il faudrait que je me pose pour repenser à tout ça, que je fasse le trie, c'est déjà si lointain dans ma tête.

Après quoi il désigna les douches à la Gryffondor en souriant narquoisement :

- Je t'inviterais bien mais je sais que tu n'es pas partante. Je vais prendre ma douche, tu veux m'attendre cinq minutes ou on se voit plus tard ?





[1015]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Ven 2 Aoû 2013 - 20:48

Matéo sortit enfin du casier, il semblait s'y être enfoncé jusqu'à disparaître, cherchant désespérément quelques choses. Il se retourna et s'assit en face de Malicia portant une serviette bien pleine. Une fois qu'elle eu finit de parler, il lâcha sa serviette, la rouge or, y jeta un œil, mais son regard fut rapidement détournée. Matéo venait de lui prendre les mains, avec empressement. Il l'a regarda, avec ce regard qu'elle lui connaissait si bien maintenant, car il l'a regardait souvent ainsi, cependant elle en avait compris le sens, que quelques heures avant.

La plupart des filles, se seraient sentis gênées, rougir, le cœur battant la chamade. Le ventre leurs aurait fait surement ressentir un fourmillement, et la simple texture douce des mains de Matéo, et son regard perçant, leurs auraient suffit pour lui sauter dessus et l'embrasser avant qu'il n'ait pu dire un mot. Cependant Malicia n'était pas "toutes les filles" ou "la plupart des filles", elle était, elle. Elle ne se sentait pas gêné de la proximité de leurs peau, et trouvait ça agréable puisque ses petite mains étaient glacée et aux creux des mains chaude de Matéo. Son cœur  était des plus normal, après un risque de noyade, son teint plus pâle qu'à l'ordinaire, et la seul sensation qu'il y avait dans son ventre était du à la faim.


- Je t'en supplies, ne fait pas une telle chose. Ce n'est pas une question de souffrir ou pas, c'est une question d'assurance dans mon cas.
-Je n'ai pas dit que j'en avais envie!

Elle ne le comprenait pas. A un moment, il était complètement intimidé, rouge pivoine à s’emprisonnée dans son casier, pour ne pas voir la Gryffondor. Ensuite, il était sur de lui, s'approchait de la jeune fille, sans stress et lui prenait les mains. Il hésita quelques instants, puis reprit la parole. Ce qu'il dit fit rire doucement Malicia, elle aurait préférer éviter ne pas risquer sa vie, mais elle n'avait pas toujours le choix. Comme lorsque Matéo, s'approcha un peu plus d'elle, elle n'y pouvait rien. Cela ne  la gênait pas particulièrement, mais se demandait où il voulait en venir.
Le Poufsoufle, lui expliqua rapidement, s'approchant de plus en plus d'elle, conservant son regard vers de la rouge or. Par expérience, elle savait que ce n'était pas de très bonne augure, lorsqu'un garçon, s'approchait autant. Mais, elle se devait de faire confiance à Matéo, et elle ne bougea pas, le laissant faire. Si il faisait un geste, qu'elle considérait comme déplacé, il allait lui falloir du self contrôle pour ne pas mettre Matéo à terre.
Il s'était confié, le plus sincèrement, expliquant à la fois ses sentiments, et ses inquiétudes face à ceux de la rouge or. Il avait été à sa place, et avait violemment réagit, insensible aux sentiments des autres. Malicia eu un étrange sentiment, à cet instant, elle ne comprenait pas comment le Matéo, qu'elle connaissait avait pu être aussi froid avec une fille. Lui qui était si avenant avec elle.....c'était juste étrange.

La rouge or avait eu raison de lui faire confiance, il l'a lâcha après qu'il ai parlé, et reprit une distance raisonnable.

-C'est promis, dès que tu me gêneras je te le dirai!

Elle aurait voulu dire autre chose, mais rien de concret, et clair lui ne venait à l'esprit. Elle voulait le rassurer, mais ça ne servait à rien, il pouvait le voir par lui même qu'elle était sincère, et qu'elle aimait également passer du temps avec lui.

Allez savoir pourquoi, mais ce que Malicia avait retenu le plus du récit de Matéo sur la bague, c'est qu'il l'avait vu elle et Kay près des toilettes de mimi. Il l'avait croisé sans lui dire bonjour, sans s'arrêter, probablement intimider par la présence d'une Serpentard, ou seulement celle de Malicia. Après tout, à ce moment là, elle ignorait royalement ce qu'il ressentait, ne l'avait pas revu depuis la découverte de la bague de la rouge or, et la dernière fois qu'elle l'avait vu, elle avait volontairement mis sa sœur en colère, avait manqué de le tuer....

Partit, un peu dans ses pensées, la rouge or, redescendit d'un étage lorsque le noir et jaune la regarda, avec une expression qui lui était alors inconnu, mais qu'elle identifia rapidement lorsqu'elle entendit les paroles.


- Je t'inviterais bien mais je sais que tu n'es pas partante. Je vais prendre ma douche, tu veux m'attendre cinq minutes ou on se voit plus tard ?


Elle se leva et s'approcha de Matéo, gardant une distance de sécurité très fine.

-Et si j'étais partante?

Avant même que Matéo ne puisse percuter l'information, elle ajouta

-Je rigole, mais j'en prendrais une après toi. Donc j'attends!


Puis elle retourna s'assoire sur le banc en rigolant joyeusement. Elle réfléchit un instant, entendant Matéo faire couler l'eau. Son sac avait du tomber dans l'eau donc elle n'avait pas de vêtement de rechange, ni de baguette pour nettoyer les siennes....Elle se leva et regarda dans le casier de Matéo, cherchant des vêtements. Elle trouva rapidement sa tenu de quidditch, et l'a prit. Cela ferra l'affaire pour ne pas se promener en serviette de bain dans le Parc. Elle lui emprunt également une serviette.

Elle s'allongea sur le banc, ses yeux se fermèrent et le dernier rêve qu'elle avait fait, lui revient en mémoire. Elle touchait son ventre aujourd'hui plat, un magnifique sourire illumina son visage, au souvenir de ce rêve.
*Je me demande qui était le père.....*
Son ventre se mit à gargouiller, elle ignorait l'heure qu'il était, probablement deux ou trois heures du matin, et elle était affamé et assoiffer. Le château ne les avait pas épargné cette fois-ci, mais ce dernier, semblant lire dans ses pensées, créa un buffet de fortune sur l'un des murs des vestiaires. Malicia le regarda avec envie, ses yeux étaient fortement intéresser par ce balai de nourriture, mais Matéo sortit des douches propres et habillés. Cette fois-ci, et pour la première fois, elle regrettait sa présence, car la nourriture devra attendre qu'elle se lave. Se résignant à prendre les affaires, elle se leva et passa à coté de Matéo, se dirigeant vers les douches.


-Je t'ai pris des vêtements, j'espère que tu ne m'en voudras pas.........


La rouge or, s'engouffra dans les douches et s'attela à son nettoyage en chantonnant, comme à son habitude. L'eau chaude sur son corps complètement endoloris était incroyablement agréable, et bénéfique. Elle aurait pu rester des heures entières sous cette eau bouillante, mais l'appel de la faim était beaucoup plus forte. Elle sortit donc rapidement, se séchant sommairement les cheveux, les préférant châtain, au risque d'avoir froid. Elle mis le t-shirt qu'elle avait subtilisé a Matéo, ainsi que le short. Le reflet qu'elle projetait au miroir était complètement flou, donc il ne servait a rien de s'admirer longtemps et elle retourna dans les vestiaires ou Matéo l'attendait probablement. Elle arriva comme une fleur sans discrétion dans la salle!


-Eh!!! Tu m'as pas attendu pour manger!!! J'en aurais fait autant!! Matéo regarde je porte ton nom!!!


Sur ce elle se tourna pour qu'il regarde, en montrant de ses pouces "WELLEN" en grosse lettre jaune dans son dos.


-Mais personnellement, je préfère l'uniforme des Gryffondors, le rouge me va mieux au teint que le noir, non? C'est si triste le noir!


Elle s'assit faisant face au jeune homme, et s'attela à se restaurer un peu. Alors qu'elle s'attaquait à une part de sandwich, elle prit la parole le sourire en coin.

-Alors, il n'y a qu'une Serdaigle qui s'est attaqué à toi...........j'aurai mis ma main à couper que des Gryffondors t'auraient couru après.....J'ai la moitié des filles de ma maison qui te trouve "canon", elles t'on mis dans leurs top 5! Donc ça me surprend que tu n'as eu qu'une fille en tant qu'admiratrice... Pour anticiper ta question, non je ne fais pas partie de ses filles qui font des classements. Je ne supporte pas l'idée de classer les gens par leurs physique, et je suis déjà sortit  quatre des membres du top 5! Et je suis bien placée pour savoir que ce ne sont pas tous des anges......mais il n'y a que le physique qui comptes pour elles!!!......et  je suis au courant, car elles basent leur coin potins dans mon dortoir! Mais ça reste entre nous, sinon tu signes littéralement mon arrêt de mort!!! Il n'y a vraiment aucune fille qui te cour après, sérieux?!

Malicia, attendit la réponse de Matéo, sachant pertinemment qu'il n'allait pas vraiment répondre et s'intéresser au sujet. Cependant elle ne voulait pas lui parler des vacances qui approchaient à grand pas. Elle se sentait étrange sur se sujet, car elle savait qu'elle ne le verrait pas pendant deux mois, que leurs seul moyen de communication sera les lettres, ou au pire ces trucs rectangle que les moldus utilisent pour parler...Pour une fois, qu'elle avait un ami, elle partait à des milliers de kilomètre de lui....ça ne la réjouissait pas....


1467
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeaux Wellen
Jum's en 4ème ~ Pouffy
 Jum's en 4ème ~ Pouffy
avatar

Nombre de messages : 82
Maison, Camp, Poste : Elèves en 4ème
Sort préféré : SILENCIO !!!!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Eux...
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Dim 4 Aoû 2013 - 14:08

A sa grande surprise, d'humeur taquine, la jeune femme presque collée à lui, lui proposa quasiment de l'accompagner, mais il n’eut pas le temps d'ouvrir la bouche que la demoiselle reculait en riant, annonçant qu'elle prendrait la douche après lui et non en même temps. Il soupira, faussement vexé, souffla sur sa mèche avec un air dépité et tourna les talons avec plus de classe que la chauve-souris des cachots en personne.
Le blond pénétra donc dans la partie douche commune du vestiaire. Un brin de nostalgie lui pinça soudain le cœur. Voilà plusieurs mois qu'il n'était pas venu ce doucher ici, depuis l'accident des deux préfètes capitaines de leurs équipes respective, tous les entrainements et matchs avaient été suspendus et annulés.
Il se rendit compte que cela lui manquait. Il ne volait plus très souvent et l'ambiance du jeu, l'esprit d'équipe, l'effervescence des matchs lui manquait. Il soupira de nouveau, pas pour les mêmes raisons toutefois. Il déposa ses affaires sur une petite tablette en hauteur, éloignée de la douche qu'il avait choisit. Il commença à se déshabiller, se tenant au mur pour garder l'équilibre, maintenant vraiment fatigué après que toutes les émotions du week-end ce soient calmées.
Il alluma le jet et prit quelques minutes pour régler la température puis il s'engouffra dessous en soupirant de bien être. La chaleur évacua immédiatement les tensions et il regarda, tête baissée, les sillons gris qui partaient dans les évacuations, toutes les saletés de leur dernière aventure. Il y eu quelques sillons rouge quand il lava son crâne anciennement ouvert.
Quand l'eau redevint translucide, il augmenta un peu la chaleur en attrapant son gel douche senteur menthe poivrée. En quelque minutes il se senti totalement neuf, rafraichis et décontracté. Il éteignit la douche, attrapa sa serviette qu'il noua autour de sa taille et reparti vers la tablette pour mettre ses vêtements propres.
Fin prêt, il se parfuma légèrement puis il déposa son linge sale, ou mouillé, dans la panière des elfes. Comme à chaque fois il sourit en voyant le contenu disparaitre dans un "Plof" sonore. Quand il reviendrait toutes ses affaires de Quidditch serait de nouveau bien rangées dans son casier. Et quand il rentrait à son dortoir tout à l'heure, il trouverait le reste de ses vêtements propres et pliés dans son armoire. D'une efficacité à toute épreuve ces petites bêtes là.
Il s'assure qu'il était présentable dans le miroir près de la porte puis il se décida à rejoindre la Gryffondor à côté.


"Je t'ai pris des vêtements, j'espère que tu ne m'en voudras pas........"
- Évidement que non !

Les cheveux rouge disparurent et derrière lui, contre le mur, il aperçut de quoi largement sustenter sa faim. Il était un peu malpoli de commencer sans elle mais il avait vraiment la dalle, et manger lui éviterait de penser à la lionne sous la douche, nue à quelques misérables mètres...
Il se jeta sur un petit sandwich puis attrapa une part de pizza qu'il fit passer avec un grand verre de soda. De là, il se calme et poursuivit plus paisiblement en picorant à droite et à gauche afin de goûter un peu à tout.


"Eh !!! Tu m'as pas attendu pour manger !!! J'en aurais fait autant !! Matéo regarde je porte ton nom !!!"

Le Poufsouffle se retourna brusquement, comme prit en faute, il lâcha les quelques chips qu'il avait dans la main. Puis soulagé par le ton de la redevenue châtaine, il se décrispa et sourit en apercevant son nom en grosse lettre sur tout le dos de Malicia. Ça lui allait plutôt bien d'ailleurs. Il n'était pas d'accord du tout avec l'avis de la demoiselle !

- Non ! Ca te va bien, le jaune rehausse un peu. Encore qu'avec tes cheveux rouge ça jurerais !

Il sourit, le noir, le jaune et le rouge ferait un assemblage multicolore assez étrange. Mais cela pourrait être marrant. Il prit une assiette ou il fourra pèle même divers trucs comestibles, il se servit un verre de soda et en remplit un autre qu'il laissa auprès de Malicia si elle le voulait, puis muni du gobelet de son petit plateau, il alla s'asseoir sur le banc pour écouter sa camarade en mangeant.

"Alors, il n'y a qu'une Serdaigle qui s'est attaqué à toi........... j'aurai mis ma main à couper que des Gryffondor t'auraient couru après..... J'ai la moitié des filles de ma maison qui te trouve "canon", elles t'on mis dans leurs top 5 ! Donc ça me surprend que tu n'as eu qu'une fille en tant qu'admiratrice...  Pour anticiper ta question, non je ne fais pas partie de ses filles qui font des classements. Je ne supporte pas l'idée de classer les gens par leurs physique, et je suis déjà sortit  quatre des membres du top 5 ! Et je suis bien placée pour savoir que ce ne sont pas tous des anges...... mais il n'y a que le physique qui comptes pour elles !!!...... et  je suis au courant, car elles basent leur coin potins dans mon dortoir ! Mais ça reste entre nous, sinon tu signes littéralement mon arrêt de mort !!! Il n'y a vraiment aucune fille qui te cour après, sérieux ?!"

Au fur et à mesure du long discourt de la miss, Matéo sentit ses joues rougir doucement. Il n'était pas habitué à ce qu'on lui parle comme ça de son éventuel succès auprès de la gente féminine, encore moins venant de la femme qu'il aimait. Mais il écouta religieusement et bien qu'un peu gêné, il en fut plutôt flatté.

- Je te promet qu'une seule est venue me voir. Il faut croire que je plais mais pas assez pour qu'on sorte avec moi.


Il se gratta de nouveau la tête puis haussa les épaules. Au fond il s'en fichait pas mal, jusqu'à Malicia il n'avait même jamais pensé à sortir avec une fille. Il s'imaginait mal poursuivit par une bande de groupies de toute façon, et Matéo aurait probablement pété un plomb.
Il termina sa part de quiche et vida son verre. Puis il alla reposer tout son bazar sur la table, reput. Il regarda la jeune femme dont les cheveux redevenaient rouge par endroit. Dans un moins il ne la verrait plus. Il lui faudrait patienter deux bons mois pour la revoir. En espérant que le château n'ai pas implosé d'ici là. Ce serait long quand même, alors il enchaina :


- Mali, je pourrais t'écrire cet été ? Je retourne chez mes parents, on vit dans une banlieue moldu pour le moment mais je tâcherais d'être discret sur les hiboux.

Ces deux mois serait tout de même l'occasion de parler avec sa jumelle et de mettre un peu les choses à plat. Peut-être que cette année ils partiraient un peu aussi, l'année dernière ils avaient passé un mois en Egypte et l'année d'avant un mois au Canada. Il faudrait qu'il demande à Matéa si leurs parents avait déjà décidé pour cette année.

- Tu vas faire quoi cet été ?





[1173]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malicia KACH
Gryffi en 5ème & Préfète
Gryffi en 5ème & Préfète
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1466
Age : 28
Maison, Camp, Poste : Préfète de gryffondor
Sort préféré : Leviscorpus
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 29/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: le bien
Sang: Sang-pur
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Dim 4 Aoû 2013 - 19:00

- Non ! Ca te va bien, le jaune rehausse un peu. Encore qu'avec tes cheveux rouge ça jurerais !

La rouge or lui sourit, elle n'en croyait pas un mot. Elle savait que le noir ne lui allait pas en général, car lorsqu'elle s'énervait on croirait voir un démon, ou un mage noir. Mais Matéo, n'avait pas eu beaucoup l'occasion de voir ce visage effrayant. Malicia était ordinairement souriante et gaie, elle jouait ce jeu avec tout le monde, et c'est ce comportement qui l'avait rendu si populaire. Lorsqu'elle était avec Matéo, elle souriait souvent, mais c'était simplement, car il l'amusait, ou était gentil avec elle. Cette gentillesse, ou plutôt l'amour qui lui portait, elle ne pouvait que l'apprécier, elle trouvait ça agréable, car il ne l'étouffait pas. Se promener, le côtoyer, ou simplement parler avec lui la rendait heureuse, donc il ne pouvait pas l'avoir vu avec son regard meurtrier.
 

-Mes cheveux rouges......j'ai hâte qu'ils redeviennent naturel!! J'en ai marre de ressembler à rien avec cette couleur!!! Mais bon, j'assume c'est moi qui ai joué en premier à ce jeu.....c'est un simple retour à l'envoyeur....puis c'est plus "sympas" que du rose bonbon!! La c'est clair je me les serai rasé!! et toi tu ne serai jamais tomber amoureux!!

Malicia le remercia d'un signe de tête lorsqu'il lui apporta un verre de soda. Elle ne se fit pas prier, et le vida pour les trois quarts, à deux doigts de la déshydratation. Se concentrant sur son repas, et ce qu'elle prenait au fur et à mesure pour remplir son estomac. En principe elle mangeait entre 3 et 6 fois par jours, et là elle avait juste fait un repas!!

La rouge or, s'amusait avec Matéo, elle savait qu'en discutant de ses potentielles admiratrices il se sentirai gêné. Il lui avait demandé d'être elle même....et elle même c'était ça! Elle aimait s'amuser, mais surtout le connaitre encore un peu mieux. Elle était peut-être doué en relation sociale, mais amoureuse, elle était complètement à la ramasse. Donc l'idée de le blesser sur cette conversation lui était complètement inconnue.


-Je te promets qu'une seule est venue me voir. Il faut croire que je plais mais pas assez pour qu'on sorte avec moi.


Malicia le regarda, elle planta ses yeux praline dans les yeux bleu de son ami, il était sincère. Pourtant pour la Gryffondor, c'était évident!! La raison pour laquelle aucune fille ne l'approchait était évidente. Il avait une barrière humaine qui rebutait toutes les autres filles, une barrière humaine qui les faisaient toute fuir! Cette même personne qui ne souhaitait que l'hospitalisation de longue durée de la rouge or, pour conserver son frère. Pour Malicia c'était évident!!

-Matéo! Je vais essayer d'être la plus claire possible! Si aucune fille ne t'approche, ce n'est pas parce qu'elles ne veulent pas sortirent avec toi, au contraire!! La plupart pensait que tu sortais avec Matéa, moi même je l'ai cru. Si Matéa, n'avait pas fait fuir autant les filles, tu serais probablement surmener par les demandes......après....tu préfères peut-être que se soit ainsi. De toute façon, maintenant que l'on s'est promené ensemble à pré au lard tu vas être tranquille. Tout le monde va croire que je m'intéresse à toi ou que l'on sort ensemble, donc elles ne t'approcheront plus non plus......je ne sais pas pourquoi, mais les gens ont peur de moi......

Ce n'est pas comme si, elle était particulièrement violente, prête à se venger à toute attaque, et dont la réputation avait fait le tour de l'école, par rapport à ses méfaits. Dès son arrivé elle s'était accaparer les couloirs, pour les rendre glissant ou givrant. Elle s'était vengée sur des 5 èmes années, qui l'avaient lâchement attaqué. Les Gryffondors, l'avaient déjà vu énervé à vouloir tout fracassé, et savait que cette petite fille pouvait devenir une vraie tornade à ses heures. Donc par principe ils n'allaient pas à l' opposer de son sens.
Malicia, continuait doucement son repas, et s'attaquait enfin au dessert. Les brownies de l'école étaient ses préférés! Elle en prit une grosse assiette déterminé à en venir à bout! Plus d'un brownies pour elle!! Il fallait avouer que les elfes étaient de fin cordon bleu! Elle dégustait son péché mignon, les yeux rond comme ceux des enfants à qui on offre le cadeau qu'ils attendent depuis des lustres.


- Mali, je pourrais t'écrire cet été ? Je retourne chez mes parents, on vit dans une banlieue moldus pour le moment mais je tâcherais d'être discret sur les hiboux. Tu vas faire quoi cet été ?

-Bien sure que tu peux m'écrire...Mais ça risque d'être compliqué puisque je vais vagabonder...Je pars une semaine à Paris, et après je vais au Japon. C'est Kay, la Serpentard, qui en a eu l'idée...je ne voulais pas passer les vacances seule cette année. Sinon, puisque tu es moldus d'origine, tu pourras me....téléphoner je crois...j'ai un téléphone portable...mon grand père adorait ce principe et m'a obligée à l'utilisée....alors que l'on a les miroirs longue distance...mais c'est plus rare et cher chez nous! Sauf si tu préfères écrire, à ce niveau là, je demanderai à ce qui me sert de tuteur de me rapatrier mon courrier..........il faut juste que je retrouve ce truc rectangle dans mes affaires! Et demande en moi pas de trop! Je sais juste répondre, le reste c'est pire que un cour de sortilège pour moi!

Ce n'est pas une sorcière pour rien, les objets moldus, relevait parfois de l'occulte pour elle, même si s'intégré à leurs mode de vie, ça allait. Leurs coutumes ou leurs lenteurs elle maitrisait, mais leurs objets étaient assez complexes parfois, alors que la magie faisait beaucoup plus simple! Son grand père l'avait difficilement convertit au mode moldus...cependant elle servait avouer, que parfois c'était agréable de faire un break magique, juste vivre simplement, et apprécier les simples joies de la vie" comme il le répétait souvent. Lorsqu'elle repensait à lui, elle sentait son cœur se serrer et ses yeux, s'embué sans retenu. Elle retient les larmes qui étaient sur le point de sortir en baissant la tête. Ces pensées, lui coupèrent l'appétit, et elle laissa quelques morceaux de gâteau dans son assiette, qu'elle reposa sur le buffet. Ce dernier disparu rapidement.

-On rentre? Il est tard, et je commence à être fatigué....


Sur ce elle, se dirigea vers la sortie, sa fleur à la main. Matéo la suivit. Elle se sentit soudain morose, et cela ne devait pas échapper au Poufsoufle. L'air extérieur était glaciale, Malicia frissonna, et accéléra le pas. Elle ne comptait pas lui parler du décès de son grand père...premièrement car elle n'en parlait à personne, deuxièmement car ça la blessait. La traversé du parc se fit en silence, un silence assez pesant, mais la rouge or, ne préféra pas le rompre, ses sentiments étaient trop fort pour être capable de se retenir longtemps.

Les deux élèves se séparèrent au quatrième étage, où la salle commune de Poufsoufle était. Malicia souhaita une bonne nuit à Matéo, en l'embrassant sur la joue. Alors qu'elle allait le quitter le champ de vision de Matéo, elle se retourna et lui sourit.


1188
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeaux Wellen
Jum's en 4ème ~ Pouffy
 Jum's en 4ème ~ Pouffy
avatar

Nombre de messages : 82
Maison, Camp, Poste : Elèves en 4ème
Sort préféré : SILENCIO !!!!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Eux...
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   Ven 9 Aoû 2013 - 12:09

Matéo resta pensif, repassant l'avis de Malicia en boucle dans sa tête sur le manque d'entrain des filles à venir lui parler. Il est vrai que sa sœur faisait cerbère et ce n'était donc pas évidement de l'approcher mais il n'en revenait pas que les gens aient pu croire un instant que sa jumelle était sa copine. Ils se ressemblaient tellement quand on prenait le temps de les regarder.
Toutefois il devait avoir que lui avec ses cheveux courts, elle avec ses cheveux longs, ont ne voyait que deux blonds aux yeux bleu, sans remarquer que les traits du visage étaient les mêmes. Sans compter qu'il était un peu plus grand que Matéa, cela compliquait la tâche pour voir leurs similitudes.
Il soupira donc alors que la Gryffondor commençait à lui parler de ses vacances, il allait devoir parler à sa jumelle, et vite.
Il revint à la lionne en l'entendant parler de sa copine aux cheveux bizarres.


"...je ne voulais pas passer les vacances seule cette année. Sinon, puisque tu es moldu d'origine, tu pourras me....téléphoner je crois...j'ai un téléphone portable...mon grand père adorait ce principe et m'a obligée à l'utiliser....alors que l'on a les miroirs longue distance...mais c'est plus rare et cher chez nous ! Sauf si tu préfères écrire, à ce niveau là, je demanderai à ce qui me sert de tuteur de me rapatrier mon courrier..........il faut juste que je retrouve ce truc rectangle dans mes affaires ! Et demande en moi pas de trop ! Je sais juste répondre, le reste c'est pire que un cour de sortilège pour moi !"


Le blond sourit, amusé. Pour lui le monde moldu n'avait aucun secret, ils y vivaient depuis si longtemps. Mais ça n'avait pas toujours été le cas, ils avaient aussi vécu chez les sorciers. Néanmoins il en connaissait moins sur ce côté de sa famille que sur le côté moldu.

- Je serais ravi de pouvoir te téléphoner, mais il faudra que tu me donne ton numéro. J'en ai un aussi à la maison, je ne l'emmène pas ici car je ne sais pas le faire fonctionner à Poudlard. Et je t'écrirais aussi, j'aime bien écrire.


Matéo regard le buffet disparaitre, cela sonnait vraiment la fin de leur escapade. Il en avait savouré chaque minutes, aussi dangereuse avaient-elles été. Il regarda la porte, il n'avait pas trop envie que ça se termine mais ça ne pouvait pas non plus durer durant des semaines.

"On rentre ? Il est tard, et je commence à être fatiguée...."


Le blondinet acquiesça, il n'avait aucune raison de la retenir plus longtemps. Il avait envi de lui parler, d'essayer de la faire sourire. Mais l'humeur ce dégageant de la jeune femme l'en dissuade, c'était une de ces soirées un peu froide ou il faut savoir se taire.
Ils marchaient rapidement, silencieux, deux petites ombres parcourant le château. Au quatrième, Matéo attrapa la main de la rouge pour la serrer fort brièvement afin de la saluer correctement. Il y avait des yeux partout depuis qu'ils étaient rentré aussi préférait-il rester à bonne distance.


- Merci Malicia, bonne soirée et nuit.

Une fois de plus sa douce le surprit en s'avança pour déposer un chaste bisou sur sa joue. Il sourit dans le noir, appréciant, se forçant à ne pas y porter ses doigts. Il murmura de nouveau un merci puis il s'engouffra chez les blaireaux pendant qu'il avait encore le courage de la quitter.
Quand il entra, tout le monde s'arrêta soudain de parler, une furie blonde lui sauta dessus et il tomba à la renverse, muet.


- TU ETAIS OU ???
- Heu...




[603]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit vole entres amis [PV Mali&Matéo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit pari entre amis
» Un petit bonjour aux amis !!
» TERMINE : Petit meurtre entre amis. (Edward)
» Vole petit papillon !
» Salut à vous mes vieux amis !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecole Poudlard :: A l'exterieur du château :: Le terrain de Quidditch-
Sauter vers: