AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour tuer l'ennuie.

Aller en bas 
AuteurMessage
Oriana M. Ataway
1ère année de Serdaigle
1ère année de Serdaigle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 53
Age : 29
Maison, Camp, Poste : Serdaigle
Sort préféré : Elève
Age du perso : 11 ans
Date d'inscription : 30/07/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Elle n'a pas de camp pour le moment, elle ne s'en soucis pas
Sang: Enfant de moldus
MessageSujet: Pour tuer l'ennuie.   Mer 27 Aoû 2008 - 13:54

Oriana s’ennuyait misérablement, elle avait beau tourner et chercher une activité, rien à faire !
Le vide total ! L’ennuie mortelle assomment dont on ne se sort pas facilement.
La fillette bien lasse claqua la porte du dortoir où ses camarades roupillaient joyeusement, heureuse de sentir l’air libre et de voir ses longs couloirs tous offert à elle.


* Aahhh, de quel côté je vais !!! *

Bien triste dilemme. La mini Serdaigle connait encore très mal les lieux, surtout que le château ne se prive pas de lui faire des farces comme aux autres. Elle sait qu’elle ne doit jamais croire tout ce qu’elle voit et qu’elle ne doit rien prendre pour acquis.
Chaque fois qu’elle pense avoir repéré quelques choses, cela change d’endroit là fois d’après.
MAUDIT Poudlard tient !
Remontant un peu les manches de son pull bleu Serdy trop grand, l’aiglionne s’avança et commença une exploration en règle. Poussant les portes et esquivant les escaliers, la chute l’avait menacée une fois, pas deux, merci.
Elle est bien consciente que tomber pour elle, c’est quasiment signer son arrêt de mort.
Pourquoi tenter le diable alors qu’elle à encore tant à découvrir !
Sortant de ses pensées, Ori’ découvrit une porte un peu différente de celles qu’elles venaient d’ouvrir. Curieuse elle s’approcha.
Quelques voix retentirent alors qu’elle posait un premier pas dans la pièce.
Devant elle s’étalait sur tous les murs des centaines de tableaux tous plus étranges les uns que les autres.
OH ! Elle savait bien maintenant qu’ici, dans le monde de la magie, les personnages peints pouvaient bouger et parler. Mais voir soudainement des dizaines et des dizaines d’œuvres parler entres elles ! C’était comme si la fillette avait mis les pieds dans un autre monde.
Intéressée mais un peu sur ses garde, Ori’ entra et ferma la porte derrière elle, voulant en savoir un peu plus sur ses peintures gigantesques enfermées ici depuis des lustres.
Une ombre furtive attira son regard dans le fond, ne serait-elle pas seule ici ?
Ses petits doigts se refermèrent sur sa baguette et avec lenteur elle avança.


- Y a quelqu’un ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïs Diamitino
Préfète en 4ème ~ Tity Poursuiveuse ~
Préfète en 4ème ~ Tity Poursuiveuse ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 714
Age : 23
Maison, Camp, Poste : Serpentarée, Préfète, et sirène chaussette
Sort préféré : Chaussetum !!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 30/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp:
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Pour tuer l'ennuie.   Ven 19 Juil 2013 - 23:08



    - Par Merlin, pitié, boucle là où je retire 3654 points à ta maison, souffla une Thaïs
    Diamitino particulièrement excédée à un 1er année terrifié. Le pauvre minot répétait son exposé sur les veracrasses depuis à peine 20 minutes, mais ça en était déjà trop pour la blondinette qui s'était sentie comme particulièrement patiente envers son camarade. Seulement, elle ne supportait pas la voix encore aigûe du pré-pubère et se sentirait mieux si elle n'entendait plus parler du régime alimentaire des plus horribles bestioles de la planète.

    Bien que le première partageât la même maison qu'elle, elle n'aurait pas hésité une seule seconde à retirer des points à Serpentard. La compétition des quatre maisons l'importait peu, elle n'y voyait là qu'une sombre mesquinerie du corps professoral pour soumettre les élèves en créer des rivalités les uns avec les autres. Tsss. Ce point de vue l'avait rendu à la fois un peu séditieuse mais surtout une préfète d'une impartialité parfaite. C'est d'ailleurs une des rares raisons qui raisons qui expliquent sa nomination à ce poste, ça et sa volonté extraordinaire quant aux activités proposées par l'école.

    Mais du haut de ses quatorze années, bien que Thaïs ait des atouts pour convaincre, elle avait parfois du mal à faire respecter sa parole, souvent un peu trop fantasque pour être digérée correctement par la "populace" (comme elle aimait les surnommer). Et cette requête subit le même sort, alors qu'elle pensait avoir pour de bon clouée le bec à ce première année. En effet, elle sentit soudainement une énorme main tapoter son épaule d'une manière peu amicale. Elle leva alors le nez de sa dissertation de DCFM et jaugea de haut en bas un septième année aux airs de véritable armoire à glace.
    - Quoi ? Tu veux ma photo ? tu veux ma photo est une expression très répandu au sein des quatrième année, qui pensent que ça leur donne un air cool et insolent. Même si les années supérieures ne sont pas vraiment du même avis. - Si je te reprends à causer à mon frère sur ce ton, je vais te faire regretter d'avoir été nommée préfète crois-moi. grogna-t-il en lançant des clins d’œil à sa bande de pote qui se poilait du spectacle. Et oui, quand quelqu'un s'amuse à faire redescendre sur terre une préfète qui se sent plus péter, ça amuse drôlement la galerie. Humiliée, Thaïs lui jeta un regard noir. Elle ne pouvait passe laisser faire comme ça, c'était pas juste.

    D'une impulsivité à toute épreuve, la blondinette saisit le pot d'encre bleu près d'elle et le jeta délibérément sur le septième année qui s’apprêtait à faire demi-tour. A peine une demi-seconde plus tard, elle se rendit compte de sa bêtise mais ne put s'empêcher d'être fière d'elle quand la salle commune se mit à se moquer du serpentard trempé. Elle allait se mettre à rire elle aussi quand elle croisa le regard de sa victime, qui ne semblait pas vouloir prendre part à l'hilarité générale. Bien au contraire. Son regard disait clairement : "je vais t'arracher les yeux puis t'étrangler lentement, bise."


    - SALE PETITE BOUSE DE DRAGON
    hurla-t-il d'une voix terrifiante. Tétanisée, Thaïs le vit à peine dégainer sa baguette qu'elle prit la fuite à travers la salle commune sans demander son reste. Le septième année la poursuivait en jetant des sortilèges inaudibles qui se brisait sur les objets de la salle, si bien qu'elle du sortir des cachots des serpentards et tapa un sprint dans le couloir, son ennemi au trousse.

    Jamais, ô grand Merlin jamais, elle ne se savait si rapide, étant donné que le sport n'était pas sa passion première. Montant les escaliers au pas de course, tentant de semer le morceau, elle s’essouffla cependant très vite. Paniquée, sans oser jeter un œil par dessus son épaule, elle se jeta sur la première porte qu'elle vit et entra sauvagement dans la pièce. Sans prêter plus d'attention où elle avait atterri, elle alla se cacher au fond de la salle derrière un vieux tableau qui s'était décroché.
    * Pfiou, enfin l'abri. J'ai risqué ma vie mais ça en valait drôlement la peine * pensa-t-elle en se souvenant de la tête du septième année pleine d'encre bleue qui lui coulait lamentablement sur le visage.

    - Jeune fille ? une voix stridente retentit tout à coup, ce qui fit sursauter Thais qui se recroquevilla dans sa cachette en dégainant sa baguette. La voix provenait de tout près, on aurait même dit qu'elle était à ses pieds. Hum hum... Thaïs murmura un faible lumos qui éclaira le sol : elle aperçut alors le tableau d'un vieil homme à perruque bleue qui jonchait à ses pieds. Surprise et amusée par la position inconfortable dans laquelle il se tenait, elle pouffa. Enfin, je pensais ne croiser personne avant le siècle prochain. Auriez-vous l’obligeance de me raccrocher à mon mur mademoiselle ?

    -Bien sûr, ô mon brave ! dit-elle en imitant le ton théâtral du vieux monsieur du tableau, qui y répondit d'un toussotement vexé. Tandis qu'elle le soulevait péniblement, elle ne fit pas attention à la petite serdaigle qui entra timidement dans la galerie. Ce n'est que quand elle entendit la porte se refermer en un claquement que la blondinette sursauta et laissa aussitôt retomber le tableau en un fracas sur le sol. Paniquée, pensant immédiatement au septième année, elle n'entendit pas la petite voix de la serdaigle et pointa aussitôt sa baguette sur la silhouette qu'elle avait du mal à identifier :  

    - FURUNCULUS ! un jet de lumière fusa aussitôt, et avant même qu'il n'y ait impact avec sa cible, Thaïs se rendit compte de son erreur. Encore une fois, elle agissait, et ne réfléchissait qu'ensuite. * Un sortilège de furoncle mais oui ! Ça va plus l'énerver qu'autre chose, mais pas le ralentir. Bien joué ma petite Titi, et adieu. * Elle s'apprêtait alors à faire face à un assaut du septième année, mais les clameurs des tableaux autour attirèrent son attention :" Quelle honte !" " Qu'est-ce que lui prend à celle là, elle a un grain ?" "C'est bien une vipère,toujours à s'attaquer au plus faible !" "Ô grand dieux, combat entre dames ! Quel spectacle exquis !". Les tableaux s'en donnaient à cœur joie.

    - Comment ça plus faible que moi ? Et comment ça combat de dame ??? Tout en questionnant les tableaux, elle se risqua à s'avancer vers la silhouette. Trois pas lui suffire pour se rendre compte de sa bêtise. Sous le choc, elle étouffa un cri de surprise la main sur sa bouche en s'apercevant qu'elle venait d’agresser sauvagement une pauvre petite serdaigle sans défense. Un million de chose lui traversèrent alors l'esprit : allait-elle être viré de l'école ? destituer de son titre de préfète ? Lapider dans le parc par des serdaigles enragés ? Hanter par la Dame Grise jusqu'à la fin de sa vie ? Non... cela ne devait pas arriver. 

    - Eh, petite ! lança-t-elle faiblement tout en restant à distance, Je te promets de te laisser sortir de cette pièce saine et sauve si tu me jures que tu parleras de ça à personne ! C'était pas volontaire je... On oublie inh ?

    Elle espérait que les dégats du furunculus seraient résonnables...

1208 mots (j'ai mis une bonne heure et demi à écrire ce rp, dur dur de s'y remettre ! j'ai fait intervenir beaucoup de monde je suis pas sûre d'avoir été claire, donc si y a un soucay tu me dis I love you)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlardrpg.forumzen.com/
Oriana M. Ataway
1ère année de Serdaigle
1ère année de Serdaigle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 53
Age : 29
Maison, Camp, Poste : Serdaigle
Sort préféré : Elève
Age du perso : 11 ans
Date d'inscription : 30/07/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Elle n'a pas de camp pour le moment, elle ne s'en soucis pas
Sang: Enfant de moldus
MessageSujet: Re: Pour tuer l'ennuie.   Sam 20 Juil 2013 - 22:58

La petite frimousse de la naine aux cheveux bleu se renfrogna et elle recula avant de chercher à tâtons la poignée de la porte dans son dos. On était jamais trop prudent après tout et même si cette salle l'intriguait, elle n'était pas suicidaire pour autant. Ou du moins pas encore.
Il régnait autour d'elle une atmosphère soudain pesante mais elle n'eu pas le temps de s'y attarder. Sans qu'elle n'y comprenne quoi que ce soit, un rayon de lumière illumina l'obscurité et se dirigea droit vers elle, prise de panique elle sauta sur le côté mais le jet orangé percuta sa main. Heureusement pour elle, elle retomba sur un tas de cartons, de toiles de jutes et autres emballages qui avait du autrefois emballer les œuvres qui peuplaient les murs de la pièce. Ainsi même si elle en garderait une jolie petite série d'hématomes, au moins elle n'avait rien de cassé.
Ca main la démangeait affreusement et elle du se mordre la joue pour résister à l'envie de se gratter jusqu'au sang.

* Je ne comprend pas ce qu'il vient de m'arriver. Pourrait-on m'expliquer s'il vous plais ??? *

La gamine, sous le choc, se redressa péniblement en position assise, tenant sa main pleine de gros boutons contre son torse. D'autres pustules apparaissaient encore. Elle regarda curieusement en direction de la baguette lanceuse de sort. Elle découvrit une silhouette plus grande et longiligne que la sienne, ce qui n'était, ma foi, pas bien compliqué. De long cheveux blond, de grands yeux bleu, une peau pâle... Oui ben ça ne donnait pas foule d'indication sur le pourquoi de cette attaque.

"Eh, petite ! Je te promets de te laisser sortir de cette pièce saine et sauve si tu me jures que tu parleras de ça à personne ! C'était pas volontaire je... On oublie inh ?"

Oriana pencha sa petite tête sur le côté en plissant des yeux pour distinguer le visage de la demoiselle d'en face. Elle était manifestement plus vieille qu'elle et sa tête lui disait quelque chose mais elle ne parvenait plus à ce rappeler qui elle était, ni même de quelle année ou maison.
Elle s'appuya délicatement sur le mur pour se remettre debout, comme un petit faon qui apprend à marcher. Une fois sur ses deux jambes elle se tourna vers la blonde en se gratouillant pensivement la main gauche.

- Comment ça s'enlève ce truc ?

Parce que ça commençait à être vraiment gênant et il lui semblait que ça commençait à remonter le long de son bras. Sans discrétion elle frotta son bras droit contre la pierre rugueuse du mur en soupirant de soulagement.
Des bruits de pas résonnèrent derrière la porte et Ori' se détacha du mur en grognant.

"Elle doit être dans le coin, une blonde. Trouvez là que je lui explique comment détacher un uniforme avec ses dents !!!"

La petite Serdaigle haussa les épaules. Peu importe, ça ne la regardait pas, elle avait d'autres chats à fouetter. Elle se tourna de nouveau vers la blondinette avec une moue boudeuse due au chatouille sur sa main qui la démangeaient. Elle posa son autre main sur la poignée, prête à ouvrir la porte en grand.

- Je ne dirais rien si tu me débarrasse de ça !




[546]

[Désolée c'est très cours par rapport à toi mais je ne savais pas trop si tu souhaitais partir dans la folie du bahut ou si tu voulais rester sage alors, je te laisse l'écrire ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïs Diamitino
Préfète en 4ème ~ Tity Poursuiveuse ~
Préfète en 4ème ~ Tity Poursuiveuse ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 714
Age : 23
Maison, Camp, Poste : Serpentarée, Préfète, et sirène chaussette
Sort préféré : Chaussetum !!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 30/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp:
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Pour tuer l'ennuie.   Dim 21 Juil 2013 - 23:46


    Thaïs laissa un échapper un soupir de soulagement en apercevant la frêle silhouette se relever péniblement. Au moins, elle n'était ni inconsciente, ni morte. On ne sait jamais avec les serdaigles, c'est fragile ces bestioles là.
    La blondinette s'avança prudemment vers la première année sans savoir à qui elle avait à faire. Malgré tout, elle rangea sa baguette, un si maigre profil ne pouvait être dangereux. Du moins elle l'espérait, car Thaïs avait appris à se méfier des apparences.


    - Comment ça s'enlève ce truc ?

    La serpentard aperçut alors plus distinctement sa victime, qui regardait sa main avec une certain appréhension. En effet, le sortilège semblait n'avoir touché que sa petite menotte, heureusement pour son jolie petit visage tout propré. Sa main quant à elle, faisait peur à voir. Les énormes boutons plein de pus la recouvraient entièrement, et cela n'avait pas l'air agréable du tout. Thaïs ne put retenir une grimace de dégout.


    - Beurk. J'en sais rien du tout.

    Thaïs se fichait royalement du destin de la main de la petite au cheveux bleu, et n'essayait même pas de lui faire croire l'inverse. Ce qui lui importait, c'est qu'elle garde cette petite mésaventure pour elle, et pour son journal intime tout au plus. Mais les boutons proliféraient comme de véritables pustules et remontaient lentement le long de son bras. Thaïs commençait à se sentir concernée par ce spectacle répugnant. Mais soudain, des bruits de pas retentirent dans le couloirs : la blondinette se figea et tendit l'oreille.

    "Elle doit être dans le coin, une blonde. Trouvez là que je lui explique comment détacher un uniforme avec ses dents !!!"

    Le visage de la vert et argent se décomposa. Elle regarda avec désespoir la petiote au cheveux bleu qui se contenta d'afficher un air bien peu compatissant. Thaïs joignit alors ses mains comme pour prier et implora silencieusement la serdaigle, qui n'en fit rien. Au contraire, elle posa délicatement sa main sur la porte, comme pour l'ouvrir.


    - Je ne dirais rien si tu me débarrasse de ça !


    * Sale petite.... peste * maugréa Thaïs dans sa tête, affichant un regard noir qui en disait long.
    Seulement, elle n'avait pas véritablement le choix.


    - Très bien, je te promets de tout faire pour...

    - ICI ! LA BLONDE EST LAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
    hurla une voix inconnue derrière elles.

    Thaïs se retourna violemment, et se rendit compte que le sale dénonciateur était un des personnages du tableau d'en face, qui hurlait à gorge déployée. Le sang de la blondinette ne fit qu'un tour, dont la colère était exacerbée par le sourire sadique affiché par le sorcier au costume vert. Aussitôt, le regard lançant des éclairs, elle se saisit de sa baguette qu'elle pointa sur le cafardeur.
    Mais avant qu'elle n'ait le temps de faire quoi que ce soit, elle eut un mauvais pressentiment. Soudainement, tous les tableaux de la galerie commencèrent à trembler sans raison. Thaïs fit un pas en arrière et regarda la fillette aux cheveux bleus avec appréhension : qu'allait-il encore lui arriver ?
    Comme pour lui répondre, les personnages peints dans les cadres commencèrent petit à petit à s'estomper. La blondinette vit alors leur visage se figer avant de les apercevoir disparaître, pour ne laisser qu'une toile et vide. Aucun tableau n'avait été épargné par cette soudaine épidémie.


    - Qu'est-ce que c'est que ça ?
    murmura-t-elle avec une soupçon d'angoisse dans la voix.

    Elle se rendit alors compte que les bruits de pas dans le couloir s'étaient soudainement tus, et que l'on entendait plus les menaces du septième année à sa recherche. Loin d'être soulagée, cela ne fit qu'attiser ses soupçons : elle avait déjà vécu ce genre d'expérience bizarre avant, et elle pourrait jurer que c'était une nouvelle le château fou qui faisait des siennes. Et elles allaient en pâtir.


    - J'ai un mauvais pressentiment, souffla-t-elle à l'oreille de la fillette, je pense qu'il serait plus prudent si je m'occupais de ta main ailleurs, cet endroit commence à me faire froid dans le dos.

    Une infinité de toiles noires aux cadres dorées s'étalaient devant elle, offrant un spectacle d'une obscurité macabre. Ceux-ci c'étaient arrêtés de trembler, mais il régnait dans la pièce un silence loin d'être naturel qui ne présageait rien de bon. Dans une volonté de s'échapper de cet endroit sinistre vite fait bien fait, elle chercha à tâtons la poignée de la porte sans oser tourner le dos aux tableaux vides. Seulement, sa main battait l'air, et la poignée n'était plus là où elle était 5 minutes plus tôt.
    Thaïs n'eut pas besoin de se retourner pour vérifier ses craintes : la porte avait bel et bien disparue, avalée par le château joueur. Les deux fillettes étaient alors piégées dans une immense salle sans issue, sans fenêtre, et recouverte de tableaux incapable de fournir aucune aide.


    - Eh petite, je crois que nous sommes coincées...


    Le timbre sa voix trahissait son anxiété. Elle se préparait déjà à subir une farce du château, qui pourtant, elle le savait, serait bien loin d'être drôle.


838 mots
et c'est parti pour un château qui part en cacahuètes ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlardrpg.forumzen.com/
Oriana M. Ataway
1ère année de Serdaigle
1ère année de Serdaigle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 53
Age : 29
Maison, Camp, Poste : Serdaigle
Sort préféré : Elève
Age du perso : 11 ans
Date d'inscription : 30/07/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Elle n'a pas de camp pour le moment, elle ne s'en soucis pas
Sang: Enfant de moldus
MessageSujet: Re: Pour tuer l'ennuie.   Lun 22 Juil 2013 - 13:03

"Très bien, je te promets de tout faire pour..."
"ICI ! LA BLONDE EST LAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA"

La petite Serdaigle sursauta violement en retirant la main de la porte, elle la plaça sur son cœur en se retourna pour regarder la tableau dénonciateur. Après avoir frôlée la crise cardiaque, le demoiselle regarda la blonde à ses côtés qui n'en menait pas large.
Donc c'était bien elle la fugitive ! Elle gratta un peu plus sa main, provoquant l'explosion peu ragoutante de quelques pustules blanchâtre.

- Je vais vomir.

C'était chuchoté plus pour elle qu'autre chose mais vraiment, il allait falloir une solution, même provisoire. La première année n'eu pas le temps d'interroger la plus vieille, la salle se mit à trembler et les tableaux à faire quelque chose que jamais Oriana n'avait vu au cours de sa courte vie. Miss Ataway se rendit compte que ce n'était pas la pièce qui bougeait, c'était les tableaux !!! Toutes les peintures semblaient soumises à une sorte de torture. Le contenu des toiles commença à bouger, à se distordre puis à s'estomper jusqu'à ne laisser que des écrans noirs, vides, comme morts.
Ori' se tourna donc de nouveau vers la porte mais sous son regard ébahit les briquettes entourant celles-ci bougèrent pour englober la plaque de bois et en moins de temps qu'il n'en faut pour dire "sorcellerie" la porte avait tout bonnement disparu.

"J'ai un mauvais pressentiment, je pense qu'il serait plus prudent si je m'occupais de ta main ailleurs, cet endroit commence à me faire froid dans le dos."

La fillette acquiesça et allait lui faire part de la disparition de la seule sortie de la pièce mais la blondinette n'eu pas besoin de ses commentaires, elle s'en rendit bien compte toute seule. Pour le moment celle au cheveux bleu ne ressentit pas trop d'angoisse, ni de stress. Juste cette impossible démangeaison le long de son bras et l'embarra de ne pas savoir quoi faire.

"Eh petite, je crois que nous sommes coincées..."

*Sans déconner ??? Tu as trouvé ça toute seule ou c'est le fantôme bavard qui te la soufflé !*

La fillette secoua la tête et décida de mettre en route ses neurones pour faire un peu avancer les choses parce que bon, ça camarade elle était, ben... blonde quoi ! Prenant les choses dans l'ordre, la naine en bleu commença par sortir sa baguette pour faire apparaitre un ruban de façon à entourer sa main pleine de jolis boutons bien blanc. Déjà soulagée de ne plus la voir, elle décida d'explorer un peu la pièce.
Oriana était peut-être une petite fille de moldu peu cultivée sur le monde magique, depuis son arrivée à Poudlard elle avait beaucoup lu. Et sa petite taille discrète lui avait permis d'écouter et d'observer bon nombre de situation dans l'école dans qu'on la remarque. D'expérience donc, elle savait que le château était très chahuteur mais qu'en général il ne blessait personne, donc son but n'était pas de laisser les deux gamines se dessécher sur place. Il devait y avoir une porte de sortie, une sortie de secours, un passage secret...

- Il y a quelque temps nous avons eu un problème avec le tableau de ma maison, il a disparut.

Elle se remit en route vers les premiers tableaux et commença à les toucher un part un, essayant d'y plonger sa main mais se heurtant sans cesse à de la toile noire inanimée. Pour ne pas laisser sa camarade sur la touche, elle poursuivit ses explications :

- L'habitante ni était plus et il ne restait qu'un grand noir comme ici, mais non pouvions passer à l'intérieur. Je pense que l'une de ses peintures nous permettra de sortir, mais je ne sais pas laquelle et il est fort probable que c'est l'une de celle tout en haut.

Elle continua de toucher les tableaux un à un, invitant la blonde à en faire autant. C'est là qu'elle s'aperçut qu'elle ne savait pas à qui elle avait à faire, vu qu'elles allaient passer un peu de temps ensemble, autant se présenter.

- Au faite, moi c'est Oriana, je suis en première à Serdaigle et tu es ?

Elle avait terminé d'explorer le premier mur mais elle ne pouvait pas atteindre la rangée supérieur, elle était trop petite. Elle songea que l'autre étudiante bien que plus grande aurait du mal également, il faudrait peut-être empiler les cartons et autres emballages pour faire un petit marchepied.



[737]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thaïs Diamitino
Préfète en 4ème ~ Tity Poursuiveuse ~
Préfète en 4ème ~ Tity Poursuiveuse ~
avatar

Féminin
Nombre de messages : 714
Age : 23
Maison, Camp, Poste : Serpentarée, Préfète, et sirène chaussette
Sort préféré : Chaussetum !!
Age du perso : 14 ans
Date d'inscription : 30/12/2006

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp:
Sang: Sang-mêlé
MessageSujet: Re: Pour tuer l'ennuie.   Ven 26 Juil 2013 - 16:26


    Thaïs avait beau tourner et retourner ses méninges, elle n'avait aucune idée de comment sortir d'ici. Peut-être que si les deux fillettes se mettaient à hurler à la mort, le château en serait vite exaspéré et les libérerait aussi sec ! Mais la serpentard n'osa pas énoncer son idée à haute voix. A vrai dire, son plan était plutôt stupide. Heureusement, la fillette aux cheveux bleus n'attendit pas pour intervenir :

    - Il y a quelque temps nous avons eu un problème avec le tableau de ma maison, il a disparut.


    Thaïs haussa un sourcil, légèrement intriguée par les paroles de la gamine. Elle se souvenait avoir déjà entendu une telle histoire dans les couloirs, par un serdaigle qui crânait devant les filles. La vert et argent en déduit alors que la petite inconnue devait être une serdaigle : ça ne l'étonnait pas, avec ses grands airs et ses cheveux bleus. Ça faisait déjà au moins un cerveau dans la bande, elles avaient peut-être une chance de s'en sortir finalement.

    La serdaigloise se mit alors à tâter les sombres toiles, sans plus d'explication. La blondinette fronça les sourcils. * wtf * Les explications se faisant attendre, ( et ayant une patience inexistante )* Bien digne d'une bleue tiens, elle doit croire que je suis stupide parce-que je porte pas ses couleurs ! * Thaïs n'attendit pas pour la relancer :


    - Et donc ? dit-elle un brin exaspérée,
    - L'habitante ni était plus et il ne restait qu'un grand noir comme ici, mais nous pouvions passer à l'intérieur. Je pense que l'une de ses peintures nous permettra de sortir, mais je ne sais pas laquelle et il est fort probable que c'est l'une de celle tout en haut.

    - Supeeeeeeeeer, soupira-t-elle, totalement agacée par les caprices du château qu'elle trouvait de plus en plus contrariant.

    Peu enthousiaste à l'idée de tripoter des tableaux, elle se fit violence et porta main forte à la fillette. Après tout, la pauvre gamine était infirme par sa faute, elle n'allait pas quand même lui laisser faire tout le boulot.* Je suis trop gentille comme fille. * se complimenta-t-elle par la suite sans ironie aucune.
    Aussitôt, la bleu et argent dû prendre le coup de main de Thaïs pour un signe d'amitié, car celle-ci ne tarda pas à se présenter. Comme elle le pensait, la petite n'était pas bien vieille et venait de Serdaigle. Seulement, comme elle avait un joli prénom, Thaïs lui accorda un sourire :


    - Thaïs Diamitino, Serpentard, tu dois surement me connaître,
    rétorqua-t-elle sérieusement, et encore désolée pour ta main, mais tu aurais dû être plus prudente et te présenter directement en entrant ici.

    Ce fut sans méchanceté que la blondinette sermonna la bleue : il était juste naturel pour elle de rejeter la faute sur les autres, et en plus elle adorait faire la morale. C'était comme une sorte de hobby pour elle. Plutôt triste um ?
    Alors que les deux fillettes avaient finis de vérifier les premiers tableaux, elles se rendirent compte qu'elles étaient totalement incapable d'atteindre les innombrables restants. Thaïs ne se priva pas de ronchonner dans sa barbe, déjà visiblement accablée par la situation.
    Tandis qu'elle avait déjà commencé à bouder, elle aperçut un vieux bureau à l'air miteux qu'elle n'avait pas remarqué auparavant. Agréablement surprise, elle remercia Merlin. Aussitôt elle brandit sa baguette et à l'aide d'un impavide "Accio vieux bureau tout pourri !", le meuble se posa sans délicatesse devant elle. Cela souleva tellement de poussière que Thaïs ne put retenir un éternuement.


    - Bon voila, dit-elle en reniflant, avec ça on va pouvoir au moins atteindre la deuxième rangée.

    Tout en parlant, elle inspecta le secrétaire miteux : il semblait pouvoir s'effondrer au moindre souffle de vent, alors supporter le poids d'un humain, même enfant, relèverait de l'exploit. Au pire, songea Thaïs, si le bureau s'écroule, elle n'aura qu'à brandir à nouveau sa baguette et le réparer. Le seul risque est que l'une d'elle se blesse à nouveau : une belle équipe de bras cassés quoi.
    Naturellement, Thaïs ne comptait pas passer en premier.


    - Vu l'état de ce bureau, il vaut mieux la jouer stratégique,
    commença-t-elle, tu es la plus légère je suppose ? sans vraiment attendre la réponse, elle poussa la bleue et argent vers le meuble.

    Aussitôt, un parchemin pas très frais apparut sur le bureau. Intriguée, Thaïs s'approcha du papier où des mots tracés finement à l'encre noire se dévoilèrent brusquement : "Vous sentez-vous de taille à me défier ?" La vert et argent se retourna immédiatement vers sa camarade, légèrement inquiète :


    - Qu'est-ce que c'est que ça ?
    s'exclama-t-elle la voix à moitié enroué, tu crois que c'est une menace du château ? où est-ce que ce fichu parchemin est la clé pour sortir d'ici ?

    Comme pour lui répondre, les mots écrits sur le parchemin s'effacèrent lentement puis remplacés : "Si vous acceptez de jouer avec moi, je vous aiderai à trouver et atteindre le tableau qui vous fera sortir d'ici."

    - Jouer ? se questionna Thaïs à haute voix, les sourcils froncés, ça ne m'a pas l'air si dangereux finalement. Quoique, on doit s'attendre à tout avec ce fichu château qui perd la boule. T'en pense quoi Oriana ? On tente ?

[hj : si ça te bloque hésite pas à me mp que je change !
876 mots]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlardrpg.forumzen.com/
Oriana M. Ataway
1ère année de Serdaigle
1ère année de Serdaigle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 53
Age : 29
Maison, Camp, Poste : Serdaigle
Sort préféré : Elève
Age du perso : 11 ans
Date d'inscription : 30/07/2007

Feuille de personnage
Histoire et description du personnage:
Son camp Son camp: Elle n'a pas de camp pour le moment, elle ne s'en soucis pas
Sang: Enfant de moldus
MessageSujet: Re: Pour tuer l'ennuie.   Sam 27 Juil 2013 - 12:15

"Thaïs Diamitino, Serpentard, tu dois surement me connaître. Et encore désolée pour ta main, mais tu aurais dû être plus prudente et te présenter directement en entrant ici."

La petite au cheveux bleu préféra s'abstenir de tout commentaire. Elle grattouilla sa main une fois de plus en évitant d'y poser les yeux et elle secoua la tête à la fois amusée par la fantasque Serpentard, et à la fois dépitée de sa mauvaise foi. Mais la blonde avait admis être une verte et argent et visiblement elle l'était jusqu'au bout de ses jolies ongles.
La plus jeune décida de prendre la chose avec bonne humeur.
A quoi bon protester que c'était à la grande de vérifier sur qui elle tirait avec sa baguette ? Pourquoi argumenter que quand elle était entrée elle ne se savait pas en compagnie et n'avait donc pas pensé spontanément à se présenter ? Surtout que la demoiselle ne lui en avait guère laissé le temps.
Bref, elle évacua tout ça et ce concentra sur la suite.
Elle n'osa pas non plus dire à la plus vieille qu'elle ne la connaissait pas. Celle-ci paraissait si sur de sa renommée, elle n'avait pas envie de faire éclater sa bulle. Du moins pas maintenant.
Elle se contenta donc de hausser les épaules en faisant le tour de la pièce pour trouver une solution.
Mais bien qu'elle soit celle qui normalement possédait le cerveau, ce fut sa camarade qui dénicha le bureau qui pourrait leur permettre de vérifier les tableaux du second rang.
En voyant sa carcasse, cette ombre de pupitre lui ficha la frousse. Elle comprit avant même que la blondinette parle que ce serait à elle d'y monter. Et rien qu'à l'idée ses petits os si fragiles frissonnèrent d'angoisse.

*Je ne peux pas lui dire que je risque juste de mourir si je monte là dessus et qu'il s'écroule. Allez, courage. Elle est plus vieille alors elle va peut-être se dire que c'est à elle de s'y coller !!! Sans compter qu'avec mon bras pustulant ce n'est pas pratique, non ?*

La fillette reculait inconsciemment, certaine que l'autre allait la conduire à sa perte. Elles arrivaient à la fin de l'année, elle avait tenue un an sans rien ce casser elle n'allait pas commencer aujourd'hui quand même ???

"Vu l'état de ce bureau, il vaut mieux la jouer stratégique, tu es la plus légère je suppose ?"

Aïe, elle n'avait pas eu le temps d'assez s'éloigner. Elle réussit néanmoins à se freiner pour se tenir au bureau, heureusement qu'elle avait acquit des réflexes au fil de temps. Un peu de sang s'échappa du mauvais bandage qu'elle s'était fait avec un bandeau. Après la démangeaison une douleur s'installait lentement commençant à lui paralyser le bras. Elle maintint son bras blessé avec l'autre en reculant, découvrant alors le parchemin qui était apparut après qu'elle eu heurté le pupitre.

*"Vous sentez-vous de taille à me défier ?" C'est quoi ça encore. Je n'ai jamais lu quoi que ce soit parlant d'un objet capable de communiquer par lui même. A moins que celui-ci ne soit ensorcelé et généralement la magie touchant à l'âme est de la magie noire. Hors ici quelqu'un, ou quelque chose, à donné une sorte d'âme à ce morceau de papier...*

Elle observa à nouveau leur environnement sans y découvrir rien de plus que précédemment.

"Qu'est-ce que c'est que ça ? Tu crois que c'est une menace du château ? où est-ce que ce fichu parchemin est la clé pour sortir d'ici ?"

Oriana manqua de sursauter, elle avait presque oublié la présence, pourtant encombrante, de la verte. Elle eu beau réfléchir elle ne comprenait pas ce que ce parchemin venait faire là. Et quand la phrase suivante remplaça la première, elle s'éloigna carrément. Mais comme la blonde, elle ne voyait pas bien ce qu'elles pouvaient faire d'autre que d'accepter.

- Nous n'avons pas trop le choix. Alors, oui, nous acceptons de jouer.

Elle le regretta presque aussitôt car quelques points blancs avaient clignotés brièvement devant ses yeux. Le sort de la blonde devait être costaux car elle commençait à sentir des démangeaisons dans le cou. Si cela continuait à évoluer elle allait finir en énorme bouton géant, blanc et plein de pus. Beurk --"
"Dans ce fouillis vous devez trouver, la clé pour me parler..."
La mini Serdaigle poussa un soupir, ça s'annonçait long cette histoire.
Elle regarda Thaïs qui commençait à se creuser les méninges et elle se retint de pousser un autre soupir.

*Bon, il s'agit d'un parchemin, d'un papier quoi. Généralement on ne leur parle pas, mais on pourrait dire qu'on communique dessus. Donc pour lui parler, il faut y écrire. Il doit donc y avoir une plume dans le coin, ou au moins de l'encre...*

Elle commença à fouiner le nez pointer vers le sol, taillant ses ongles sur son bras à force de la gratter. Avisant que la Miss avec elle pouvait aussi se mettre à la recherche de l'objet de la quête, elle se tourna vers elle :

- Je pense que nous devons trouver une plume et de l'encre. Ou au moins de l'encre. Probable qu'en la versant sur le parchemin il nous montrera comment partir...

Elle se remit donc à fouiller, soulevant les détritus du bout de ses souliers. Dégageant le sol en poussant les cartons et autres babioles qui jonchaient le sol. Elle tomba alors sur un grand drap un peu poussiéreux qui avait du cacher une peinture autrefois. Elle s'appliqua à le déchirer en plusieurs morceaux et elle réussit à se faire une sorte de bandage bien serré l'obligeant à gratter le tissu plutôt que sa peau. Et en utilisant le reste elle se confectionna une petite attelle pour mettre son bras en écharpe. Ainsi maintenu la douleur reflua, à son plus grand soulagement.

- Tu trouve quelque chose ?

Elle reprit aussitôt son balayage du sol, bien plus facilement maintenant débarrassée de son bras handicapant. Un sifflement se fit entendre du côté du parchemin sur le pupitre et Ori lança un regard intrigué à la blonde qui était la plus proche.




[1016]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour tuer l'ennuie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour tuer l'ennuie.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kura, un être né pour tuer... [Validé]
» Du renfort pour tuer le Démon
» °200 questions pour tuer le temps°
» [FINI] Tuer pour vivre, vivre pour tuer
» Une nuit pour oublier l'ennui

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecole Poudlard :: Pièces et endroits divers :: Lieux divers :: La Galerie-
Sauter vers: